Archives - ‘magazine’


Tonic 217 - Octobre 2017

Tonic 217 – Octobre 2017

3 octobre 2017 à 15:43 - Aucun commentaire

RINGENDORF – UHRWILLER :
Élection de la jeune fille et jeune femme d’Alsace-Lorraine : anguille sous roche ?
RÉGION BRUMATH :
Liste de naissance : tous les magasins spécialisés ne sont pas à la hauteur
ZITTERSHEIM :
Stop… on ne touche pas à mes mûres !
HAGUENAU-BRUMATH :
9 ème édition du prix « Complétement livres »
TIEFFENBACH :
Logement communal : pourquoi la commune souhaite effectuer d’importants travaux ?
DIEMERINGEN :
L’automne arrive, et les paysans rendent encore les routes glissantes
SCHILTIGHEIM :
À la nuit tombée…
EUROMÉTROPOLE :
Le Conseil de développement au service des citoyens
WINTZENHEIM-KOCHERSBERG :
Qui gagnera la bataille du cheminement piéton-cyclable ?
ROHRBACH-LÈS-BITCHE :
Distributeur automatique de pizzas : ils atirent les nuisances sonores et les détritus
COLMAR :
Quel avenir pour la SPA ?
SÉCURITÉ ROUTIÈRE :
Nouveau contrôle technique : attention, la facture sera salée
DOSSIER :
LES VINS D’ALSACE : Tendres. Forts. Impertinents.

C’est l’automne…

Terminées les belles soirées autour d’un barbecue accompagné d’un bon petit cru de la région, place à un temps automnal avec les feuilles mortes, la pluie, le vent et le retour de la fraîcheur ! « Le changement c’est maintenant ! » qu’ils disaient il y a quelques mois, pour l’instant changement il y a mais côté température…
Le climat international, lui aussi, ne s’arrange pas : des petits chefs guerriers se titillent depuis des mois et lorsqu’une partie se calme un peu c’est l’autre qui provoque, mais où cela va-t-il s’arrêter ? Et je n’ose aborder ce climat de peur qui continue à se développer un peu partout, ces attentats à répétition qui, malgré nos dires, nous empêchent de vivre sereinement.
Nous avons également une pensée émue pour la petite Maëlys et sa famille et pour toutes ces victimes des perturbations climatiques dans nos lointains territoires, celles qui ont tout perdu en peu de temps. Faut-il vraiment s’acharner à lutter contre la nature ? Reconstruire alors que l’on sait par avance que ces catastrophes se reproduiront ?
Côté politique, rentrée rime avec manifestations, c’est une vraie spécificité française, dire non à toutes les réformes, même minimes, mais affecteront-elles vraiment votre quotidien ? Ne sommes-nous pas « un peu » manipulés par toutes ces chaînes d’information en continue ? En attendant, nous avons droit à de belles opérations de « com » de notre monde politique, mais certains, comme notre président de la région Grand Est, se font plus discrets, nous ne doutons pas que c’est signe qu’ils sont en plein travail… Ou pas…
Chez Tonic, nous nous efforçons de rester neutre dans nos reportages, pas toujours facile, et vous trouverez dans ce nouveau numéro vos rubriques préférées. Certaines vous feront réagir, réfléchir mais d’autres vous feront sourire.
Bonne lecture à tous !

Patricia Krauth

Tonic 216 - Septembre 2017

Tonic 216 – Septembre 2017

1 septembre 2017 à 09:51 - Aucun commentaire

SARRE-UNION :
Une hôtesse de caisse n’a pas à se moquer d’un client dialectophone…
BISCHWILLER :
Maria et Manuel, en « conquistadors » à Bischwiller !
ASSOCIATION :
Ma petite entreprise à but non lucratif…
DANNELBOURG :
Le père d’un maire a-t-il tous les droits ?
DAMBACH-NEUNHOFFEN :
Qui s’en est pris lâchement à un cheval sans défense ?
ESCHAU :
La virée de Médor est très coûteuse
WINGEN-SUR-MODER :
Un abri de guerre rempli de semelles usées en caoutchouc
SIEWILLER :
Mais pourquoi donc l’ancien maire a-t-il jeté l’éponge ?
WEISLINGEN :
Une rue au stationnement interdit… on n’aurait pas pu faire plus bête !
PLOBSHEIM–FERGERSHEIM–ESCHAU :
58 enfants interdits de périscolaire à la rentrée 2017 !
LA WALCK – VAL DE MODER :
La propreté des rues n’est pas que l’affaire des riverains
SÉCURITÉ ROUTIÈRE :
Cyclistes tués sur les routes de France : pas toujours la faute des automobilistes !
WEITERSWILLER :
Les agresseurs ont pris trois mois… et après ?
WINGEN-SUR-MODER :
Les trottoirs impraticables qui mènent au Musée Lalique

C’est la rentrée !

Pour la plupart d’entre nous les vacances sont déjà un lointain souvenir et nous voici à nouveau prêts  et en pleine forme pour reprendre le travail, les études.  La fin de l’été nous délivre encore de belles journées…  à nous d’en profiter un maximum.

Les évènements ne sont pas très réjouissants (Barcelone) et nous font hésiter à participer et fréquenter des endroits où il y a foule. A cause de tous ces attentats, nous devenons méfiants et l’instinct de survie prend le dessus. C’est aussi cela, le but recherché par les terroristes : frapper et nous intimider. Les gouvernements ont beau essayer d’assurer notre sécurité pour nous protéger mais cela ne suffit pas.

Avec la rentrée, nous découvrons également les mesures mises en place pendant nos congés, ajout de taxes, discussions et projets pour en instaurer d’autres, bref le changement dans la continuité. Ce qui m’a frappé, voire outré, c’est le prix du maquillage de notre président, 16 000 € depuis son élection, dire que certains ne gagnent même pas cela en un an. Et que dire des sommes folles dépensées lors des transferts dans le monde du football, et je ne parle même pas des salaires ! Qui d’entre nous gagne un euro par seconde ?

Soyons positifs tout de même et notons la performance du Racing qui débute bien la saison en ligue 1… et comme je suis de nature optimiste, je vais profiter un maximum de ces belles journées de septembre et je vous invite à en faire autant en feuilletant votre magazine préféré, celui qui vous a tant manqué en août.

Nous voici à nouveau prêts pour vous livrer les dernières informations concernant votre région, nos rubriques conseils, santé, jeux et détente

Bonne lecture et bonne rentrée à tous.

Patricia Krauth

Tonic 215 – Juillet-août 2017

Tonic 215 – Juillet-août 2017

1 juillet 2017 à 10:12 - Aucun commentaire

MEISENTHAL :
Enlèvement des poubelles : mais de qui se moque-t-on ?
STRASBOURG :
Expertise médicale inexistante, un maçon-coffreur ne touche pas d’IJ depuis février dernier
TECHNOLOGIE :
Nos villages à l’ère de la numérisation et de l’automatisation
WALDHAMBACH :
La vie… n’est-elle pas plus importante qu’une épave de voiture ?
WASSELONNE :
1 an après les inondations…
SIEWILLER :
Guerre de voisinage : un chemin privé n’est pas une voie publique !
SARRE-UNION :
Un cabanon dangereux en plein centre-ville
SOCIÉTÉ :
La pression des chaînes de magasin
SARREBOURG :
Limitation de vitesse : des « feux intelligents » qui ne servent à rien
ILLKIRCH :
« Pas moyen de dormir, avec ce tram ! »
POLITIQUE :
Un nouveau nom pour les socialistes en Alsace : « En marge » ?
PLOBSHEIM :
Incivilité ou vengeance ?
DOSSIER : Le sans gluten : Effet de mode, mode de vie ou nécessité ?

Vive les vacances !

On nous a promis du changement, mais depuis les présidentielles, des affaires ont déjà rattrapé un certain nombre de ministres. Alors, comment voulez-vous que le peuple ait encore confiance en ces professionnels de la politique ?

Certes, il y a généralement présomption d’innocence, mais j’ai vraiment l’impression que rien ne change. Ne faudrait-il pas mettre ces gens à l’écart de toutes leurs fonctions tant que la lumière ne sera pas faite sur leurs affaires en cours ? La présence de très nombreux députés issus de la société civile – une grande nouveauté pour notre nation – va-t-elle assainir tout cela ?
Ce qui est certain, c’est que nous allons devoir mettre la main à la poche ! Ce que l’on nous donnera d’un côté, ce sera pour mieux le reprendre de l’autre, puissance dix. Bon nombre de retraités ayant cotisé toute leur vie seront les dindons de la farce et verront leur pouvoir d’achat se réduire. C’est triste, car c’est eux qui souvent aident les jeunes, les soutiennent, et encouragent leurs projets de vie, mais à L’avenir le pourront-ils encore ?
Gardons espoir en l’avenir, le nouveau gouvernement a toutes les cartes en mains pour redresser le pays. Espérons qu’il y parviendra, même s’il faudra serrer les f… dents au début.
En attendant, profitions de ces belles journées, parfois trop chaudes, c’est vrai dans notre cuvette alsacienne. Certains partiront en vacances, d’autres resteront ici et en profiteront pour découvrir ou redécouvrir le charme de nos contrées, notre région est si belle…
Entre deux sorties, comme celles que nous vous avons proposées dans nos magazines précédents, vous pourrez également vous reposer en lisant un petit polar des Editions Du Bastberg sous un parasol, à côté d’un petit cocktail rafraîchissant. Tous les moyens sont bons pour se déconnecter.
Et c’est ce que nous allons faire aussi : toute l’équipe de Tonic vous souhaite de très bonnes vacances à tous, et nous vous donnons rendez-vous en septembre.

Patricia Krauth

Tonic 214 - Juin 2017

Tonic 214 – Juin 2017

1 juin 2017 à 12:04 - Aucun commentaire

BRUMATH :
Tout le monde n’est pas beau, tout le monde n’est pas gentil
GOETZENBRUCK :
Sécurité, police, justice… dans quel monde vivons-nous ?
KESKASTEL – SARREGUEMINES :
Association « Sourires et Partages »
BAS-RHIN :
Vente de tabac aux mineurs
WASSELONNE :
ZAZI – Mort souhaitée ?
AFFAIRES OUBLIÉES :
« Die vom WALD » (Ceux de la forêt) suite
LORRAINE :
Aptitude à la conduite
SARRE-UNION :
Le pouvoir destructeur d’une rumeur
PAYS DE BITCHE :
Le silence d’un agneau
DRULINGEN :
Tombée dans le piège d’un représentant rusé
FISCALITÉ :
Impôts sur le revenu9
SARREBOURG :
Pet’s Garden : Émeline et Karim à bout de souffle !
VENTES IMMOBILIÈRES :
Passer par une agence ou oser soi-même ?
FISCALITÉ :
L’économie collaborative est bel et bien taxée
DÉCOUVERTE :
Un séjour à « La Ferme Aventure »
DOSSIER :
Thérapeutes magnétiseurs, les médecins de demain ?

Le changement…

Mai est déjà derrière nous, entre fortes pluies et fortes chaleurs. Mai a été également le mois du grand chambardement sur la scène politique, un jeune président est aux commandes de la France soutenu par un jeune parti. De la jeunesse, de nouvelles idées, du dynamisme, tout cela nous changera des cinq dernières années que nous venons de passer ! En juin, il faudra concrétiser, avancer, tenir les promesses de la campagne afin de redresser au plus vite la France. Oui, je sais, il y aura les législatives… mais ne serait-il pas temps que chaque élu agisse en sa propre âme et conscience et ne pas suivre comme un mouton les directives de son parti ? Pour le président , il faudra des résultats rapidement afin de sortir la France de son marasme.
Il ne faut pas oublier aussi de parler de notre cher Racing, ça y est, il est à nouveau en Ligue 1 !
Son jeune président a réussi ! Pour le Racing, le gros chantier est déjà entamé, bâtir une équipe pour éviter de faire l’ascenseur au terme de la saison. Ne rêvons pas, je ne pense pas que le Racing puisse être LE champion de Ligue 1 la saison prochaine (ça n’engage que moi), son objectif sera de se maintenir et grandir étape par étape.
Juin sera aussi pour les plus chanceux synonyme de vacances et pour les autres la recherche du bon plan pour partir en juillet ou août à moindres frais.
Avec les beaux jours n’avons-nous pas l’impression de revivre malgré les menaces qui pèsent sur le monde ?
C’est aussi l’occasion de manger un peu plus light et enfin éliminer nos réserves de l’hiver dernier.
Alors allons-y ensemble, fonçons !
Bonne lecture !
Patricia Krauth

Tonic 213 - Mai 2017

Tonic 213 – Mai 2017

1 mai 2017 à 12:00 - Aucun commentaire

SCHIRRHEIN :
Le « Bosch » peut mourir tranquillement !
GOETZENBRUCK :
Un chat qui s’est enfui à Rohrbach-lès-Bitche revient à Goetzenbruck onze jours plus tard
RÉGION :
Mémorial d’Alsace-Moselle : non au mur des noms !
MULHOUSE :
Caisse d’Allocation Familiale… c’est le bordel à tous les niveaux !
PLOBSHEIM :
Les chaises musicales du conseil municipal
I-BOYCOTT :
Chaque fois que vous dépensez votre argent, vous votez pour le type de monde que vous voulez
WOERTH :
Elles voulaient soutenir une association caritative… elles écopent d’un P.V pour stationnement gênant
BRUMATH :
Licenciées pour faute grave : deux hôtesses de caisse blanchies par la cour d’appel
ALSACE BOSSUE :
Masseurs-kinésithérapeutes : chez eux aussi les coups volent bas !
WASSELONNE :
Les haricots de la discorde
DRULINGEN :
Un propriétaire d’immeuble exploite-t-il ses locataires ?
BRUMATH :
Veto sur une proposition d’embauche d’une jeune femme légèrement handicapée
PLOBSHEIM :
Une majorité des élus municipaux contre le mobil-home du yeniche
SANTÉ :
Les maux de tête

En mai… fais ce qu’il te plaît !

Durant ces derniers mois, nous avons tous été inondés de politique : la droite, la gauche, l’extrême droite… Nous avons tous besoin de respirer un peu… surtout après les présidentielles ! Vidons-nous la tête de toutes ces informations qui ont fait vibrer le pays ces dernières semaines. Aussi je ne saurais trop vous conseiller de vous détendre, avant que n’arrive l’été, il ne vous reste pour cela plus que quelques semaines… c’est très court.
Des conseils ? Un peu de sport, soit individuel soit collectif, une alimentation plus équilibrée, plus saine, en fonction de vos besoins exprimés… Pourquoi ne pas essayer le Pilates ! Comment ? Ah, ce qu’est ce mot ? Rassurez-vous, c’est juste une méthode de gym douce très accessible, et prisée des sportifs. La méthode Pilates est pratiquée au tapis avec ou sans accessoires ou à l’aide d’appareils. Elle a pour objectif le développement des muscles profonds, l’amélioration de la posture, l’équilibrage musculaire et l’assouplissement articulaire, pour un entretien, une amélioration ou une restauration des fonctions physiques… d’une manière douce. C’est aussi l’occasion de rencontrer d’autres personnes, de créer des liens. Retrouver ses camarades de sport peut vous aider à vous motiver et si vous préférez le sport seul, de nombreuses vidéos sont disponibles sur Internet. Tout ça sans objectif à atteindre, mais simplement pour se sentir mieux dans son corps et surtout dans sa tête. Bref, une aventure « fitness » que vous n’avez peut-être jamais essayée !
Le respect de soi ne commence-t-il pas par là ? Pour prendre soin de ceux qui nous sont proches, ne faut-il pas avant tout prendre soin de soi ?
Après ça, soyez en sûr, vous allez pouvoir attendre les congés en toute sérénité.
Bonne lecture !
Patricia Krauth

Tonic 212 - Avril 2017

Tonic 212 – Avril 2017

1 avril 2017 à 12:00 - Aucun commentaire

VOELLERDINGEN :
Un père et ses enfants à la rue ?… Enfin la fin de l’histoire !
RÉGION HOCHFELDEN :
Malaise associatif à cause d’un repas non offert
PRÉSIDENTIELLE :
La citoyenneté avec Benoît Hamon
DABO :
Guéguerre entre frères : et maintenant on se jette des pierres
AFFAIRES OUBLIÉES :
Die vom Wald, Ceux de la forêt
DIEMERINGEN :
Un rendez-vous galant se transforme en guet-apens !
SARREGUEMINES :
École de conduite
MERTZWILLER :
Une remise vidée de ses 15 stères de bois
MOSELLE :
Un inconnu se met à l’aise dans notre appartement
PLOBSHEIM :
L’opposition jette l’éponge !
BRUMATH :
Un voyage de noces qui se termine mal
WINGEN-SUR-MODER :
Fanfan : la fin du calvaire
ÉCOLOGIE :
Préserver les trésors de la nature
ÇA SE PASSE PRÈS DE CHEZ VOUS :
La solitude des personnes âgées
DOSSIER :
Comment se prémunir contre les cambriolages ?
SANTÉ :
Le mal de dents

Je voterai pour tous !

Ce mois-ci, le 23 avril, onze candidats se présenteront au premier tour de l’élection présidentielle. Mais soyons honnêtes, seuls cinq de ces prétendants – François Fillon (Les Républicains), Benoît Hamon (Parti socialiste), Marine Le Pen (Front national), Emmanuel Macron (En Marche) et Jean-Luc Mélenchon (France Insoumise) – auront vraiment une chance de l’emporter…et encore.
Loin de moi l’idée de vouloir faire de la politique mais, le 20 mars dernier, je me suis tout de même installée devant mon téléviseur pour suivre le premier grand débat qui opposait ces cinq principaux candidats que j’ai attentivement écouté et surtout de la manière la plus neutre possible.
Il n’empêche, qu’au terme de l’émission et d’un débat que je ne soupçonnais pas aussi emballant, j’ai su pour qui j’allais voter…
Etiquettes et familles politiques mises de côté, j’ai trouvé que chacun avait, dans son discours, de nombreux projets et de très bonnes idées pouvant faire avancer intelligemment notre pays et contribuer à satisfaire les attentes de nos concitoyens français ainsi que de celles et ceux qui ont choisi notre pays comme terre d’accueil.
Il est dommage que les six autres prétendants n’aient pas, eux aussi, participé à ce débat puisque je suis certaine que leurs idées ne sont également pas dénuées d’intérêts positifs.
Je me demande donc pourquoi tous ces candidats s’opposent les uns contres les autres alors qu’il serait tellement plus logique qu’ils unissent la force de leurs projets et idées pour faire de la France le pays qu’il mérite d’être… celui de la Liberté, de l’Egalité et de la Fraternité.
C’est décidé… moi, je voterai pour les onze candidats en même temps, même si je sais que ça ne sera pas possible.
Mais, que ce serait bien si tous nos hommes politiques décidaient de former une grande coalition dont l’unique but serait de n’appliquer que les meilleurs idées de chacun avec l’objectif unique de défendre l’intérêt essentiel dans notre pays… le bien être de chacun ! Non ?
Patricia Krauth

Tonic 211 - Mars 2017

Tonic 211 – Mars 2017

1 mars 2017 à 12:00 - Aucun commentaire

RÉGION DE HOCHFELDEN :
Un trésor dans une vieille maison
WEITERSWILLER :
Guerre entre voisins : on y sent une odeur de tragédie
RENCONTRE :
La semeuse de graines
BRUMATH :
Rue du Général Duport… un vrai piège à cons !
SÉCURITÉ ROUTIÈRE :
À vélo, le casque obligatoire pour les moins de 12 ans
SOCIÉTÉ :
Le pouvoir économique des femmes
WINGEN-SUR-MODER :
Fanfan : la lente agonie d’une biche en captivité
NIEDERBRONN LES BAINS :
Guéguerre entre voisin pour 7 cm de terrain
OFFENDORF :
Six mois sans leur voiture à cause de l’incompétence d’un garagiste
LEMBERG :
Une infirmière vole son patient
ASSWILLER :
Sonnerie des cloches : un village en colère
OBERHOFFEN-SUR-MODER :
Antenne-relais de téléphonie mobile : c’est mort !
VOYER :
Allo ?… C’est pour vous signaler un accident !
DOSSIER :
La déshumanisation des entreprises Est-il encore temps de réagir ?
SANTÉ :
Les calculs rénaux

Pas de place pour les gens un tant soit peu honnêtes !

En ce début du mois de mars 2017, la logique éditorialiste pour un mensuel comme Tonic Magazine voudrait que je vous parle de ce qui a remué la quasi-totalité des Français durant tout le mois de février : les emplois présumés fictifs de Madame Fillon… mais je n’en ferai rien. Et toc !
Ce qui m’exaspère plus que les prétendus centaines de milliers d’euros d’argent public empochés, que François Fillon pouvait distribuer à sa guise et à qui il voulait, c’est la naïveté des Français. Pensaient-ils vraiment qu’un homme politique refuserait de profiter d’un procédé qui lui permette de s’en mettre plein les poches ?
Qui d’entre nous irait d’ailleurs dilapider, à gauche et à droite, un pécule conséquent s’il a tout à fait le droit d’en faire profiter ses proches et par ricochet en profiter lui-même en fin de course ?… Vous ?… Permettez-moi d’en douter !
L’adage, qui dit que les cordonniers seraient toujours les plus mal chaussés, ne s’applique visiblement pas aux hommes politiques, et croire que celui-ci ou celui-là, celle-ci ou celle-là, soit plus honnête qu’un autre…
La politique est un système. Et son fonctionnement est un mystère pour les non-initiés… que sont la plupart des Français.
Ne soyons pas dupe. L’homme politique tirera toujours son épingle du jeu, puisqu’on veillera continuellement à ce que les individus aux commandes d’un État, d’une Région ou d’autres institutions politiques, quelle qu’elles soient, bénéficient d’une cagnotte abreuvée par les deniers publics.
Aussi, la soif du pouvoir des uns et des autres, la soif du profit donc, enfante d’une hypocrisie telle que même la trahison entre prétendus amis est une arme de guerre des plus affectionnées. Et ce sont ces faussetés et ces lâchetés qui nous montrent que seule l’opulence financière guide leurs faits et gestes.
Mais de grâce, chers lecteurs, ne faites pas comme si vous pensiez vraiment qu’un homme politique puisse être blanc comme neige puisque dans ce milieu, il n’y a pas de place pour des individus un tant soit peu… honnêtes !
Et… Vive le printemps qui approche à grands pas !

Toute l’équipe de Tonic Magazine vous souhaite une agréable lecture de ce nouveau numéro.

Patricia Krauth

Tonic 210 - Février 2017

Tonic 210 – Février 2017

1 février 2017 à 12:00 - Aucun commentaire

WASSELONNE :
Inondations : les travaux de l’incompétence
OBERSCHAEFFOLSHEIM :
Un fils fait vivre un calvaire à sa mère
BETSCHDORF :
Quand reviendra le passage pour piétons ?
PFAFFENHOFFEN :
Un manteau, avec 5 000 euros dans une poche, disparaît chez le coiffeur
HAGUENAU :
Une association de citoyens pour TOUS les citoyens
WEITERSWILLER :
Le tribunal impose un droit de passage qui n’existe pas !
INGWILLER :
Un visiteur de l’hôpital confondu avec un résident de la maison de retraite
RIEDISHEIM :
Des entreprises sexistes ?
SAINT-AVOLD :
Une judicieuse idée pour attirer du monde au centre-ville
PAYS DE BITCHE :
Il vole un sapin de Noël à son beau-père
SOTRALENTZ :
La bataille d’un seul syndicat ?
ENVIRONS DE PHALSBOURG :
Une urne mortuaire se fait balader dans la nature
BRUMATH ET ENVIRONS :
Loto bingo : attention aux arnaqueurs !
SAVERNE :
Culture et Patrimoine : Pas de Micmac pour le Maire
DOSSIER SANTÉ :
LA SINUSITE

FÉVRIER,
Le meilleur mois pour buller… ou pas !

Maintenant que les fêtes de fin d’années sont déjà loin derrière nous et que les importantes factures de début d’année ne sont plus que des souvenirs, il est temps de souffler un peu.
Regardons autour de nous. Même la nature est au ralenti. En fait, elle se repose. Dans quelques semaines arrivera le printemps et là elle ressortira de sa torpeur bien régénérée après son repos hivernal et prête à attaquer le prochain semestre pleine d’entrain et de vitalité.
Ne devrions-nous pas faire de même ? Se reposer avant l’arrivée des beaux jours et tâches indispensables qui les accompagnent ?
Février, est le mois idéal pour buller un maximum. Mais buller ne veut pas dire : ne rien faire. Buller, c’est faire un minimum tout en assurant l’essentiel et rien de plus.
Nous ne pouvons pas constamment être en mode d’hyper-productivité et notre horloge biologique nous le rappelle d’ailleurs tout naturellement puisque notre niaque habituelle baisse d’un cran sans que nous ne sachions vraiment pourquoi.
Alors, pas besoin de se doper à la vitamine C ou de s’injecter des doses hallucinantes de magnésium pour booster notre énergie…non !
Profitons tout simplement de ces 28 jours qui font le mois de février pour nous remettre d’aplomb.

Et, pour vous aider à vous détendre convenablement, nous vous avons concocté, ce mois-ci, un Tonic qui a au menu : pleins d’histoires étonnantes ou drôles, des rencontres, de la culture, de la gastronomie, des réponses aux questions que vous vous posez, des jeux… en l’occurrence une palette de sujets judicieusement sélectionnés qui combleront agréablement ces moments que vous aurez choisis pour ne rien faire d’autre que de recharger vos batteries.

Toute l’équipe de Tonic Magazine vous souhaite donc une agréable découverte de ce nouveau numéro.

Patricia Krauth

Tonic 209 - Janvier 2017

Tonic 209 – Janvier 2017

1 janvier 2017 à 12:00 - Aucun commentaire

OERMINGEN : Un pot de fleurs qui fait des vagues
HOCHFELDEN : Tous les commerçants sont-ils logés à la même enseigne ?
WASSELONNE : SCANDALE : A qui profitent les dons aux sinistrés ?
POLITIQUE : Primaire de la droite et du centre : mais, que veut-on faire croire aux électeurs français ?
MULHOUSE ALSACE AGGLOMÉRATION : Comme un petit vent de révolution…
HERBITZHEIM : Plus de Saint-Nicolas à l’école
SOCIÉTÉ : La cybercriminalité… une délinquance en ligne qui croît
ALSACE BOSSUE : Solidarité : L’association Graines de Citoyens
WEISLINGEN : Verser un acompte oblige à acheter un bien ou une prestation
WINGEN-SUR-MODER : Depôt aux abords de la rue Principale… un traquenard pour les automobilistes ?
MULHOUSE : Des Cosplayers en route pour Chicago
SAINT-LOUIS : À un jour près la facture allait diminuer de 15 %
BERG : La longue bataille d’un entrepreneur ?
NIEDERMODERN : Vestiaires du football-club transformés en mairie : tout le monde n’est pas d’accord
HAGUENAU : Une vie d’aventures chez les Scouts et Guides de France
INGWILLER : Magouille lors du tirage au sort de la tombola des foulées du schlembe ?
TRIMBACH-SEEBACH : 26 Tonnes de granulés de bois revendues en douce
ALSACIENS D’AILLEURS… : Décollage immédiat pour Sydney !
DOSSIER SANTÉ : Le ronflement

Vivons l’instant présent

Une année vient de s’écouler. A-t-elle été comme nous l’avions imaginée le premier janvier 2016 ? A-t-elle répondu à tous nos désirs et à toutes nos attentes ? Il est très difficile de se mettre à la place de chacun, mais certainement que non ! Et il en sera probablement de même avec celle que nous venons d’entamer puisque nous ne savons pas ce qui nous attend. Nous sommes tous face à l’incertitude la plus totale.
À quoi devrons-nous nous attendre dans les 365 jours prochains ? L’avenir est un grand point d’interrogation et nous ne savons même pas encore aujourd’hui de quoi demain sera fait, alors allez savoir pour les mois à venir…
Nous pouvons toujours « rêver de » et « espérer que » mais jamais nous ne serons maîtres de notre destin.
Avenir, qui es-tu ? Toi qui a le don d’éveiller en nous des joies, des peines, des peurs et de l’espoir. Pourquoi ne nous dis-tu pas de quoi tu seras fait ? Est-ce pour nous inciter à rester vigilants et à ne pas brûler les étapes de la vie, pour nous apprendre à vivre au jour le jour, pour nous obliger à profiter pleinement de l’instant présent ?
Le secret de notre avenir se trouve peut-être effectivement dans cet instant présent.
Regardons autour de nous, sourions aux personnes qui nous entourent, écoutons avec intérêt les gens qui nous parlent, réjouissons nous avec les personnes heureuses, épaulons celles qui sont dans la détresse, consolons ceux qui sont dans la peine, acceptons les douleurs et soyons courageux face au pire…
Pourquoi finalement se soucier de notre avenir puisque nous avons tellement de choses à faire là, maintenant et tout de suite ?

Demain sera donc un autre jour, alors vivons pleinement l’instant présent.
Et de ce moment unique, qui fera partie du passé dans la prochaine minute, toute l’équipe de Tonic Magazine en profite pour vous souhaiter une très bonne et heureuse année 2017.

Patricia Krauth

Tonic 208 - Décembre 2016

Tonic 208 – Décembre 2016

1 décembre 2016 à 12:00 - Aucun commentaire

BETSCHDORF – KUHLENDORF : Une flopée de pneus et de roues usagers en pleine nature… et personne ne les enlève !
GOETZENBRUCK : MAISON HANTÉE : Les âmes n’auraient-elles pas trouvé le chemin vers l’au-delà ?
VENDENHEIM : Ponctualité et conscience professionnelle à la française
GUNGWILLER : On lui aurait fourgué une garantie obsèque par téléphone
SARRE-UNION : Désertification de la Grand Rue… dans la logique des choses ?
CENDRES FUNÉRAIRES : A-t-on le droit de les disperser en pleine nature ?
DURSTEL : Un site marchand usurpe son identité
HAUT-CLOCHER : Victimes d’une fausse entreprise de crépissage
ALSACE DU NORD : Panne de réseau internet : et si ça n’était pas une panne due à la rupture de faisceaux de fibre ?
HOHENGOEFT : Conservation du patrimoine historique local : la commune de hohengoeft n’en a rien à foutre !
DRULINGEN – SOTRALENTZ : Des actionnaires malhonnêtes et trop gourmands ?
WINGEN-SUR-MODER : Le bureau de poste lui demande de régler une deuxième fois un colis déjà payé
DIEMERINGEN : Une mamie fume du cannabis pour calmer sa migraine
DURSTEL : Kirbe… une fête de village à l’agonie ?
NIDERVILLER – ARZVILLER – GUNTZVILLER – HOMMARTING : Une route dans un pitoyable et catastrophique état
MULHOUSE : Y a-t-il encore un maire à Mulhouse ?
MOUTERHOUSE : Dépotoir sauvage et aboiements de chiens
PRIMAIRE DE DROITE : Un puissant camouflet pour le maire de Mulhouse !
DOSSIER : TOUX : Quelques remèdes maison qui vous aideront à mieux l’affronter

Bonnes, agréables et paisibles fêtes de fin d’année

Et me voilà, une fois de plus, devant cette sacrée page blanche qui chaque mois m’effraie, parce qu’écrire un édito n’est jamais une mince affaire puisque je ne sais rarement ou presque, quel message je veux, je dois ou je peux vous passer.

C’est qu’en face de moi il y a vous, vous ces nombreux lecteurs de TONIC Magazine, auxquels les mots, les phrases, les paragraphes… bref, l’édito que j’écris, devrait individuellement convenir.
C’est essentiellement pour cette raison que j’appréhende, tous les mois, à me lancer dans cet exercice de haute voltige.

En ce mois de décembre, je pourrais vous parler des primaires de la droite et du centre, et plus précisément de cette surprenante raclée prise par Nicolas Sarkozy qui enterre en même temps tout espoir de notre Philippe Richert de (re) devenir ministre un jour parce qu’il a misé sur le mauvais cheval…mais je ne suis pas certaine que tous nos lecteurs s’intéressent à la politique.
Je pourrais vous parler de ces arnaques téléphoniques qui prennent une ampleur considérable et qui font de plus en plus de victimes, de crépisseurs malhonnêtes, de fantômes, d’une mamie qui se shoote au cannabis, d’une vendeuse rigoureuse sur ses heures de travail, de dépotoirs en pleine nature ou même du solstice d’hiver… mais nos chroniqueurs le font d’une bien meilleure façon que moi-même et je ne voudrais pas non plus vous raconter le contenu entier de notre TONIC de décembre que je vous laisserai découvrir à votre guise et à votre rythme.

Vous voyez, je vous l’avais dit. Pas évident de trouver sur quoi écrire un édito, surtout en fin d’année.
Mais oui, j’y suis… Eurêka !
Pourquoi n’y avais-je pas pensé plus tôt ? Pour ce mois de décembre, mon édito peut se tenir en une seule et unique phrase qui s’adressera et concernera chacun de nos lecteurs :

TONIC Magazine et toute son équipe vous souhaitent de bonnes, d’agréables et de paisibles fêtes de fin d’année !

Patricia Krauth

Tonic 207 - Novembre 2016

Tonic 207 – Novembre 2016

1 novembre 2016 à 12:00 - Aucun commentaire

REICHSHOFFEN : Insécurité dans le quartier de la vieille ville : les habitants en ont toujours marre !
MOSELLE – BAS-RHIN – HAUT-RHIN : Palmarès des voitures volées
KINTZHEIM : Cigoland… un parc de loisirs qui aurait besoin d’un sérieux coup de balai
WINGEN-SUR-MODER : Cinq heures du matin : l’individu qui stationne avec sa voiture dans la cour… est-il un voleur ?
SARREGUEMINES : Au trou pour avoir volé deux paires de chaussures
INGWILLER : Avis de recherche : qui a des nouvelles du maire d’Ingwiller ?
FIREFIGHTER COMBAT CHALLENGE : Bravo aux pompiers strasbourgeois
FÉNÉTRANGE : Des garde-fous sur le trottoir… parce qu’un enquiquineur l’a exigé ?
SOCIÉTÉ : Bennu… une menace à ne pas prendre à la légère !
DURSTEL : Qui veut avoir propre chez lui, jette ses ordures chez ses voisins.
PFAFFENHOFFEN : Voiture en panne : de la boue dans le carburant !
LUPSTEIN : Coiffes alsaciennes – entre tradition et fantaisie
DIEMERINGEN : Compteur électrique défectueux : une mère de famille au bord de la crise de nerfs
ACTU AUTO : Vitres teintées sur les véhicules : du nouveau au 1er janvier 2017
MARLENHEIM : Le propriétaire d’un appartement impose des conditions drastiques
MEISENTHAL : Pas assez d’heures de travail… on lui coupe les indemnités journalières de maladie.
DOSSIER : Au secours, il fait froid ! Comment réduire sa facture de chauffage ?
SORTIR ET DÉCOUVRIR : Le musée zoologique de la ville de Strasbourg

Et si nous partagions ?

Ne dit-on pas que donner rend plus heureux que de recevoir ? Alors, pourquoi ne partagerions-nous pas ce que nous possédons ?
Certes, dans ce monde où ne règne pratiquement plus que l’égoïsme, les agissements altruistes sont presque devenus orphelins de notre société, à un tel point, par ailleurs, que le mot partage et plus encore le passage à l’acte, ne sont pas évident à assimiler par chacun d’entre-nous.
Surtout que partager, c’est donner sans vraiment donner, puisque ce que nous partageons nous appartiendra toujours.
Les plus âgés de nos lecteurs se souviennent certainement de cette époque où l’on partageait (et pas toujours par nécessité) un peu tout : ses idées, son savoir-faire, ses ustensiles de cuisine ou ses outils de travail, mais aussi ses joies, ses peines et même son temps.
Le partage procure, en plus une certaine fierté et un contentement personnel, surtout lorsqu’il intervient spontanément et que l’on ne s’y sente pas obligé. Car partager, c’est aussi, très, très souvent, venir en aide… écouter avec attention un interlocuteur qui a un besoin de s’exprimer, révéler une astuce, prêter un objet, transmettre sa gaieté en faisant rire et bien plus encore… n’y a-t-il pas là un millier de raisons pour enfin se décider à partager, pour le plus grand bonheur de celui qui répartit et de celui qui reçoit ?
Chez TONIC Magazine, le partage est un peu notre raison d’exister. Ce mois-ci, nous essayerons, une fois de plus, de partager énormément de choses avec nos lecteurs par l’intermédiaire de nos différentes rubriques.
Partager nos astuces afin de vous aider à mieux affronter les frimas de l’hiver,
Partager une recette simple et pas chère qui régalera votre palais,
Partager une idée de sortie qui vous fera découvrir, à peu de frais, un lieu insolite,
Partager des histoires incroyables et drôles pour vous faire rire et vous ramener de la bonne humeur,
Partager une série d’actualités surprenantes et étonnantes qui aiguiseront votre curiosité et combleront agréablement votre temps libre,
Partager nos colonnes afin de vous permettre de vous y exprimer vous aussi.
Vous savoir intéressé par notre actualité, vous deviner soulagé parce que vous avez trouvé une réponse à l’un de vos problèmes par l’intermédiaire de notre magazine, vous imaginer sourire à la lecture de la Rub à Pat, vous sentir prêt à prendre votre stylo pour nous faire part de vos remarques, sont autant de satisfactions qui nous comblent au-dessus de toutes nos espérances et qui nous poussent, encore et encore, à PARTAGER avec les lecteurs de TONIC Magazine.
Patricia Krauth

Tonic 206 - Octobre 2016

Tonic 206 – Octobre 2016

1 octobre 2016 à 12:00 - Aucun commentaire

BETSCHDORF : Des objets métalliques coupants jonchent les rues
DIEDENDORF : Têtes de laitue arrachées… la voisine prise en flagrant délit !
WINGEN-SUR-MODER : Ils doivent payer des dettes qui ne les concernent pas !
LINGOLSHEIM : Enfants en danger : la commune se décharge de toute responsabilité !
SOCIÉTÉ : Femmes soumises… libérez-vous !
UTTWILLER : Une douche qui prend trop de place…suite et fin !
RÉGION BITCHE : Une carte d’identité qui voyage prive son possesseur de vacances
DIEDENDORF : Le rond-point gag !
SCHERLENHEIM : SOLIDARITÉ : les bouchons c’est ici !
HAGUENAU : Une belle initiative pour l’art local et la culture
RAHLING : Élevage de cochons en plein village : autorisé ou interdit ?
SARRALBE : Jour de rentrée des classes… un couteau de cuisine en cadeau
BELFORT – REICHSHOFFEN – ALSACE BOSSUE : Alstom, Sotralentz, …Et le prochain nominé sera… ?
SÉCURITÉ ROUTIÈRE : Portable au volant : « quand vous regardez votre téléphone, qui regarde la route ?
HAGUENAU : Un quartier « haut les mains » à vie ?
VENGEANCE ! : C’est pas beau de se venger ! Mais qu’est ce que c’est bon…
DÉCOUVERTE : « Haute couture » près de chez vous

Octobre… le mois où l’on remet les pendules à l’heure

Voilà, ça y est, nous sommes en automne !

En ce début du mois d’octobre, de l’été, il reste le fruit de leur besogne aux fourmis qui peuvent désormais sereinement traverser cette période de fin d’année qui se présente à notre porte et durant laquelle les nuits seront plus longues que les journées, alors que la nature elle-même se met au ralenti en nous demandant, à nous humains, de faire pareil qu’elle, de nous reposer un peu, puisqu’il en va de notre santé et donc de notre équilibre général.

En ce début du mois d’octobre, de l’été, il reste le souvenir des beaux jours, des chants (et non des champs), des fiestas, de l’insouciance, des crèmes solaires, et les cigales qui doivent maintenant affronter une période, forcément, de disette. À elles maintenant d’user de tous leurs talents de séductrices et de courtisanes afin de rattraper le temps perdu à l’approche des mauvais jours.

En ce début du mois d’octobre, de l’été, il reste aussi, encore un peu « L’heure » (d’été) que l’on changera dans la nuit du samedi 29 au dimanche 30 octobre prochain. Alors seulement la période estivale de cette année 2016 sera vraiment derrière nous.

Le mois d’octobre est donc le mois où l’on remet toutes les pendules à l’heure. C’est le mois où l’on fait le bilan d’un cycle passé et où l’on envisage, avec plus ou moins de sérénité, les semaines grises, pluvieuses et austères des mois à venir.

Heureusement, pour nos lecteurs, que l’antre de TONIC Magazine ressemble à s’y méprendre à l’intérieur d’une énorme fourmilière. En effet, chacun, à un poste bien précis, œuvre consciencieusement, durant toute l’année, afin de pouvoir vous livrer, à chaque début de mois, un mensuel à la hauteur de votre attente.

Surtout en ce mois d’octobre où notre seul et unique objectif est de vous ramener, à travers nos différents articles, notre rayon de soleil, notre joie de vivre ainsi que notre plaisir de vous informer… bref, de remettre les pendules à l’heure, de faire fi de cette saison automnale et de vous apporter ce soleil et cette chaleur qui se feront de plus en plus rare dans les semaines à venir.

Patricia Krauth

Tonic 205 - Septembre 2016

Tonic 205 – Septembre 2016

1 septembre 2016 à 12:00 - Aucun commentaire

PFAFFENHOFFEN – SCHALKENDORF : Des déchets en pleine nature
SARRE-UNION : Responsable de la mort de son frère ?
LINGOLSHEIM : Du laxisme des services municipaux ?
NIEDERBRONN-LES-BAINS : Des chats empoisonnés à l’antigel ?
OBERSCHAEFFOLSHEIM : Maurice et le Hamster féroce
MEISENTHAL : Les poubelles n’ont pas été ramassées durant deux ans
DANNELBOURG : Enterré sans la moindre considération
STRASBOURG : A la BNP, on tient à vous !
SCHIRRHEIN-SCHIRRHOFFEN : Fraude à la Caisse d’Assurance Maladie ?
DIEDENDORF : 100 têtes de laitues arrachées dans le potager
WIMMENAU : Une planche en bois : future responsable d’un accident tragique ?
NIEDERBRONN–LES–BAINS : Un dépôt d’amiante qui fait débat !
BISCHWILLER : Vente de voiture neuve : le 4×4 émet un sifflement qui n’a jamais été identifié
RÉGION BRUMATH : Le boulot du facteur s’arrête à la boîte aux lettres
FURDENHEIM – MOLSHEIM : Travaux publics sympa
VOELLERDINGEN : Des chiens sèment la terreur dans le village
ZOOM SUR… : Regarde l’Europe tomber…

Même la météo fait des caprices !

Amis(e) tonicien(nes), bonjour !

Après cette période estivale, riche en événements de tous genres, une sympathique chanson de Stromae me trottine dans la tête, avec un jeu de mots bien sympathique sur « formidable » et « fort minable ». À bien y regarder, ça reflète assez ce que nous avons vécu cet été, et probablement ce qui nous attend après la rentrée !

Entre notre astre qui vise l’or dans la catégorie des boxeurs poids lourds, et des sanglots d’angelots qui nous submergent, entre un Satan à l’haleine fétide qui laisse sa colère s’exhaler et une chape de plomb à laquelle ne s’oppose pas la moindre bise, bien malin celui qui aura su trouver un plaisir ininterrompu ! La sérénité nécessaire pour aborder la fin d’année, il va falloir pour beaucoup la construire en rêve ! Mais on y arrive, si, si …
Et puis, il n’y a qu’à se dire que chaque chose est bonne pour quelqu’un . C’est vrai peut-être, à condition d’avoir un moyen de doser. Mais avec la nature et les éléments, il est presque sûr qu’une grève sauvage et même un blocage total de toute activité n’aurait que très peu d’effet !

Qu’est-ce qu’il nous fait, le gars ? C’est bien ce que vous êtes en train de vous dire ? C’est pourtant simple : j’essaie de vous faire passer mon optimisme délirant !
Vous en conviendrez, on a eu du formidable, avec des sportifs qui se sont surpassés pour faire vibrer les cœurs ; et puis des gestes remarquables de courage, d’entraide, de générosité, qui nous ont touchés, et qu’on aimerait voir bien plus souvent.

Pour ne pas se voiler la face, il faut bien admettre aussi que du minable, on a en plus que soupé : les tricheurs, les fêlés de la pastèque, les profiteurs, les menteurs n’ont pas été balayés par un tsunami. Les multinationales ont profité de notre inattention pour avancer leurs pions, tout comme certains mégalomanes obsédés du pouvoir ! Quant à la mauvaise manie, d’une bonne part de l’humanité, de chercher des boucs émissaires à tous les problèmes, ça ne s’arrange pas vraiment !

Juste ouvrir les yeux, réfléchir un peu, partager un sourire, et donner envie à un maximum de personnes d’en faire autant, c’est un truc vieux comme le sage, et qui a montré son efficacité à long terme !
Les enfants nous le font bien, le coup : un air tendre et câlin, et la question qui tue « pourquoi », répétée jusqu’à ce qu’il ait une réponse décente. Faisons de même avec nos élus, du maire qui se fourvoie dans ses décisions (quand il en prend) aux candidats « président » qui nous noient en burkini, et autres banalités navrantes alors qu’on souhaite avancer ! Mais pas sous la houlette de quelqu’un qui dérange beaucoup plus de gens qu’il n’a de fans. Marre de voter contre quelqu’un, on veut voter pour des idées, et trouver la personne qui saura les incarner !

Ah, Fredel, mon âne complice, vient de m’interpelhihaner !
« T’en a pas fini avec tes élucubrations ? Et mes carottes, mes chardons, mon son, ça vient ? Et mes scrounch-scrounchs ? Franchement, t’es pas possible, t’as rien compris : le soleil, mêlé à la pluie, ça donne …? Ben oui, un arc en ciel ! Toujours ! T’as qu’à lever la tête et admirer, à t’en abreuver le cerveau, ça fera danser tes neurones ! »
Il a raison, l’animal ! Je vais lui faire un câlin ! Et bonne lecture à vous !

Dominique ESCH

Tonic 204 - Juillet-août 2016

Tonic 204 – Juillet-août 2016

1 juillet 2016 à 12:00 - Aucun commentaire

BETSCHDORF : Imprimés publicitaires : tous ne sont pas distribués
SECOURS : les « rouges » contre les « blancs »
ENGWILLER : On lui a diagnostiqué un problème de cervicales… et c’était tout à fait autre chose !
PHILIPPE RICHERT : Le Grand Colon du Grand Est
REICHSHOFFEN : Insécurité dans le quartier de la vieille ville : les habitants en ont marre !
SARREWERDEN : Allée des Roses : des travaux d’aménagement totalement réussis
PREFECTURE : Et si on mettait le site Internet à jour ?
PAYS DE HANAU : Maison de retraite : encore un manque de moyens ?
WISSEMBOURG : Pour ne pas payer leur repas, ils se font passer pour la répression des fraudes
CURIOSITÉ : Frontière et no mans’land en plein espace schengen
REIPERTSWILLER : Aire de repos du kirchberg : et si chacun respectait la nature ?
SCHWEIGHOUSE SUR MODER – PLAN LOCAL D’URBANISME : Des choix politiques réfléchis ?
MAÎTRES-NAGEURS : Où va l’argent des leçons de natation ?
SAVERNE : Éco-participation : les déchetteries hors-la-loi ?
COUP DE GUEULE ! : Wasselonne inondations
DÉCOUVERTE : Oeuvres d’art disparues… et retrouvées
INGWILLER : Des locataires irrespectueux laissent derrière eux un appartement délabré
HAGUENAU : Logements collectifs : lorsque vos voisins deviennent votre pire cauchemar
DOSSIER : Linky c’est pas fini !
ZOOM SUR… : Des privilèges pour nos élus, ah Bon ?

Bonnes vacances !

Amis(e) tonicien(nes), bonjour !

Décidemment, pendant ce premier semestre, on aura été particulièrement gâtés !
Entre une météo qui nous a offert un printemps pourri comme rarement, des « incidents » climatiques qui ont eu de quoi désoler beaucoup, même en Alsace, un monde politique dont les acteurs semblent s’être donnés le mot pour que surtout, rien ne bouge, des fous investis de prétendues missions divines, … bref, de quoi se révolter, ou du moins se désoler !

Et puis, juste avant la clotûre de votre TONIC Magazine des vacances, comme disait l’autre, la cerise sur le pompon : nos voisins anglais qui votent le BREXIT, et qui font ainsi leur révérence à l’Europe ! Bon, je ne vais pas me lancer dans une analyse économique ou politique, et puis tiens, quoique ça me démange, je ne ferai même pas de commentaires ! Ou alors juste un tout petit, puisque vous insistez : finalement, je dois reconnaître qu’ils ont eu de la chance, eux ! Ben oui, on leur a demandé leur avis, et il semble bien qu’il va en être tenu compte.
Et pourquoi de la chance ? Parce qu’aux Alsaciens, aux Lorrains, et à tous les autres, on n’a pas proposé le moindre petit choix (ah si, suis-je stupide et mesquin… Ils ont eu le droit de voter pour aider à choisir un nom à leur… nouvelle mare), si ce n’est celui de baisser l’échine et d’accepter le fait accompli !
Bon, de toutes façons, on a déjà si souvent changé de… maître ! Au pire, c’est une affaire de quelques dizaines d’années ; et puis tant qu’on n’est pas tenus de faire allégeance au Qatar ou à la Chine (parmi d’autres) … !

À présent, on entre dans le temps des fêtes, des festivals, des sorties nocturnes en bras de chemises, la belle vie, quoi ! Donc l’optimisme est de rigueur, et coule d’ailleurs de source avec les sourires d’été, les fous rires de vacances, les rencontres sympas, les découvertes.

L’équipe de Tonic Magazine vous en a concocté quelques pages, de quoi se détendre, ou au moins rester zen ! On aura toujours le temps de rentrer dans des périodes encore plus drôles, avec nos présidentielles qui se préparent : la franche rigolade, si, si, ça flaire déjà très bon !

Avant de vous laisser en tête à tête avec les 48 pages de ce numéro, une nouvelle qui me réjouit : mon âne, le Fredel, mon conseilleur et philosophe préféré, s’est enfin trouvé une copine ! Non seulement il gambade comme un jeune poulain, mais il est tout fou à l’idée de devenir le géniteur d’un beau p’tit rouquin (bon ça, c’est moins sûr !). Alors si vous entendez braire de loin, de jour comme de nuit, rassurez-vous, ce n’est pas votre voisin qui râle après sa Gertrude, c’est mon Fredel.
J’ai toujours dit qu’il avait une voix d’opéra, le bougre !

Bonnes vacances à toutes et tous, et bons moments de lecture,

L’équipe TONIC

Tonic 203 - Juin 2016

Tonic 203 – Juin 2016

1 juin 2016 à 12:00 - Aucun commentaire

KIRRBERG : « Affaire du parking »… stop aux rumeurs !
BISCHWILLER : Financièrement enfoncée par sa propre banque
TÉLÉMÉDECINE : Un îlot d’espoir contre les déserts médicaux
HOMMARTING : Antenne relais : les habitants en ont assez de vivre dans un champ électromagnétique
ERNOLSHEIM SUR BRUCHE : Le périscolaire, c’est trop cher ?
MULHOUSE : Tramway… Le quart d’heure de gloire de certains n’a pas de prix !
WIMMENAU : Un promeneur malveillant vandalise l’enclos d’un éleveur de chevaux
RACING CLUB DE STRASBOURG ALSACE : Plus grand gâteau au chocolat du monde… une œuvre d’art misérablement gaspillée !
ESCROQUERIE : Arnaque par Internet : l’héritage
BRUMATH : Scandale chez les Luthériens…
ROHRBACH-LÈS-BITCHE : L’arnaque au 1 centime d’euro
GERSTHEIM : Divergences autour de l’aire de jeux
PFAFFENHOFFEN : Un gonfleur d’airbag explose : deux amies l’ont échappé belle !
MULHOUSE : Parc Steinbach 1,4 million de dépenses…
HAMBACH : Convoyage de fonds : les parents ont peur pour leurs enfants !
KOCHERSBERG : Aucune reconnaissance pour l’ancien « président » du fleurissement

Le bal des vampires

Amis(e) tonicien(nes), bonjour !

Ravis de vous retrouver après cet « extraordinaire » mois de mai ! Entre une météo qui nous joue les vilaines surprises, les journées de fêtes qui font se multiplier les ponts (pour les fans du truc, c’est un peu râpé cette année), le climat social qui se tend comme la poitrine d’une adepte du lifting facial quand elle baisse les paupières, on est vraiment gâtés, non ?

On sait tous que pour aller mieux, il serait stupide de s’enfermer dans sa bulle, il faut au contraire voir du monde ! D’où l’idée d’organiser des manifestations de toutes sortes, limitées aux proches, ou publiques. L’une des idées qui semble porter depuis fort longtemps la notion de plaisir et de réjouissance, c’est le bal : occasion unique de se montrer, muni(e) de ses plus beaux atours, de faire des connaissances, bref, de prendre son pied (quand les bottines ne sont pas trop serrées !). On fait la fête, à deux, ou en grand nombre, histoire d’ouvrir son horizon et de booster l’ambiance.

Bon, le souci, c’est quand on est très timide, ou malade, ou complètement isolé, ou confronté au spleen total, et dans ce cas, voir ou même s’imaginer les autres s’amuser, c’est un petit coup de plus au moral.
Voilà qui montre bien que le bonheur des uns peut faire le malheur des autres !
Tant que c’est involontaire, ou du moins non calculé, ça peut ne pas être grave.

Par contre, certains, de par leur comportement, font étrangement penser aux vampires. Vous savez, ces « créatures » qui vous pompent le sang, qui vous sucent l’os jusqu’à la moëlle, dans le but unique d’assouvir leurs propres envies, et sans aucune ombre d’humanité.
« J’ai faim, j’ai soif, je veux, j’exige, tout de suite, Moi, Moi je … », c’est un vocabulaire, certes peu varié, mais qui occupe leur esprit à fond ! L’individualisme à l’état primaire !

Et puis, il faut reconnaître que certains n’ont pas que l’instinct primaire, parce qu’ils sont capables d’élaborer des trésors d’astuces pour masquer leurs forfaits, leurs mensonges, leur enfumage !
Comme à l’accoutumée, pour trouver une réponse sage à mon questionnement, je me suis adressé à mes animaux de compagnie.
Fredel, mon âne, s’est une fois de plus payé ma tête, avec son air de ne pas y toucher :
– « Tu sais que chacun joue les vampires à sa façon, c’est indispensable à la survie ! Le principe, c’est de l’admettre, mais de ne pas rentrer dans sa coquille par mollesse. Si tu as des choses à dire, dis-les, au lieu de répondre « amen », mais en cherchant à solutionner le problème pour le bien de tous ! »

Il m’a estomaqué, le Fredel ! Mais il n’a peut-être pas tort : ce qui est nuisible doit être combattu, mais avec des armes propres, histoire d’éviter l’effet boomerang !
Tiens, du coup, j’adopterais bien un kangourou ! Oui, mais pas sûr que les automobilistes apprécieraient ; les gros connards non plus, d’ailleurs : il paraît que cette sympathique bestiole est championne en boxe.

Amis lecteurs, l’équipe de TONIC Magazine vous invite à sortir de votre bulle et à identifier les vampires et les anges gardiens ! Bonne lecture, et bon amusement.

Dominique ESCH

Tonic 202 - Mai 2016

Tonic 202 – Mai 2016

1 mai 2016 à 12:00 - Aucun commentaire

BINING : « Offroad Gelände Bining » la préfecture de la Moselle va-t-elle payer ?
RECTIFICATIF : Comment « enfumer » les médias !
SAVERNE : Le maire de qui ?
ROTH : Plus de viande hachée « mélange » à cause des clients musulmans ?
MOSELLE : Le conseiller bancaire voulait faire affaire avec des clients
HOCHFELDEN : Les bonbons avaient mauvais goût… le fabricant lui en offre 372 kilos !
INGWILLER : Un « corbeau » du « net » agresse les conseillers municipaux
COUP DE GUEULE : Ville virtuelle – Le moulin à aubes qui ne tourne pas très rond … !
HAGUENAU : Impasse du Bastion… Impasse de l’Enfer ?
HAMBACH : Guéguerre alsaco-lorraine… justifiée ou pas ?
LOI SUR LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : Interdiction des sacs plastique à usage unique : les consommateurs devront s’adapter !
SOUCHT : Querelle de voisinage : maintenant il faut boucler le bec aux oies et aux poules
ESCHBOURG : Des carcasses de voitures en plein village
FORSTFELD : Aucune protection sociale pour la femme de ménage ?… Ses employeurs l’on fait travailler au noir !
DOSSIER : Les fleurs comestibles

LE CRI DE LA CAROTTE… le soir, au fond du potager !

Bonjour Ami(e) tonicien(ne),

Drôle d’époque, quand même !
C’est une météo de printemps qui nous donne le sourire en hiver, un début de printemps qui nous ramène en automne, … et puis l’adage populaire qui fait ses preuves : « en avril, ne te découvre pas d’un fil » ! En fait, c’est la nature et notre mère « Terre » qui parle, et nous n’avons d’autre choix que de suivre son rythme.
La vie moderne nous a tant habitués à assouvir promptement nos désirs immédiats que nous avons pratiquement oublié cet autre dicton : « Aide-toi et le ciel t’aidera ! ». Et en cela, chacun à son niveau est responsable de ce qu’il semble considérer comme une plaie d’Égypte supplémentaire ! Même ma crevette adoptive refuse depuis quelques jours de faire sa promenade « pipi » quotidienne ! Elle, la petite bête, sans intelligence !
J’entends bien la pensée réflexe « je n’ai pas de façon d’agir à mon niveau, on décide pour moi ! ».

Alors, on va droit dans le mur, en essayant de conserver l’acquis, la jouissance immédiate, sans se rendre compte que l’avant, c’était avant, mais porteur de leçons ; que maintenant, c’est déjà passé, avec peut-être un plaisir instantané vite oublié. Et que demain, c’est le chemin des ornières que nous laissons, quel que soit notre âge ! C’est… « humain » ?

Mon âne de compagnie, le Fredel, continue à se payer sympathiquement ma tête (je le cite, en traduction, pour ceux qui ne comprennent pas un langage des plus simples) :
« Moi, je sais par expérience que, quand le terrain est mouvant, il est hors de question d’avancer. Tu auras beau me bastonner, me tirer, si tu trouves un moyen de me faire avancer là où TU veux aller, on va tous y passer ! Je n’ai pas fait d’études poussées, mais franchement, à t’observer, je me marre !
On t’impose des trucs pas pensables, et tu acceptes, parce que quelqu’un t’a dit que c’était écrit !
Tu sais très bien que celui qui l’aurait dit ne se l’applique pas à lui-même !
On te présente une carotte, tu la prends ! Moi aussi, mais c’est pour déguster le légume, j’aime ça ! Toi, par contre, tu vas te triturer le cerveau : crue, ou cuite, est-ce-que le régime prescrit le permet, est-ce qu’elle est bio, est-ce que mon régime végétarien me le permet ?
T’as raison, mon pote, de te poser la question : les carnivores, eux, mangent de la viande, dont mes cousins en saucisson, sans se poser trop de questions, et sans vraiment savoir ce qu’ils avalent. Certains ont bien un souci : il faut que ce soit rituel, sans savoir ce que doit endurer la … « chose vivante » qu’ils vont avaler pour « se nourrir » !
Et la carotte, qui subit les assauts des mouches, et qu’on asperge de produits écœurants, tu l’as entendu crier, son désarroi ? Tu l’as vue manifester avec les tomates, les concombres, les fraises, et tous leurs potes ? »

L’équipe de Tonic Magazine a entendu le message : chaque article de ce numéro y trouve sa place, vous invite à entendre vraiment ce que vous avez écouté, à trouver des possibilités d’avancer, et à oser exprimer votre avis argumenté ! Le tout, avec humour, ouverture d’esprit, envie de partager et de découvrir !

Bonne lecture, à vos plumes (ou claviers) pour ceux qui le souhaitent, et vive la liberté d’expression sans arrière-pensées !

Dominique ESCH

Tonic 201 - Avril 2016

Tonic 201 – Avril 2016

1 avril 2016 à 12:00 - Aucun commentaire

BIBLISHEIM : Du lait empoisonné pour tuer les chats ?
RÉGION SARREGUEMINES : « Home-jacking »…maintenant on s’en prend à n’importe qui !
LOHR : Quand un propriétaire fait sa loi !
PLOBSHEIM : Ou est passé l’amiante ?
WASSELONNE : Gros problèmes de budget…
VOLMUNSTER/GUNDERSHOFFEN : Permis de construire délivré en violation du plan local d’urbanisme : un père et son fils se retrouvent à la rue !
PORTRAIT : Alain Luttringer créé Alsa Ludo…
OBERHOFFEN-SUR-MODER : Travailleuse (légèrement) handicapée… pas facile de trouver un emploi !
INGWILLER : On ne fait pas crotter son chien n’importe où !
BILLET D’HUMEUR : Appel aux profs de français
WASSELONNE : Petits problèmes de communication…
SARREBOURG : Deux lascars volent pour 3 700 euros de lames de rasoir
SARREGUEMINES : Apprentis voleurs : ils laissent leurs empreintes sur les bouteilles qu’ils n’emportent pas
LA TRAHISON DES PAS CLERCS : Un jeu qui exaspère !
DÉCOUVERTE : Le moulin9 à Niederbronn-les-Bains : Pour que la culture vivante ait droit de cité
CRÉATION D’UNE PETITE ENTREPRISE : Payer pour avoir le droit de travailler !
PAYS DE HANAU : Le cultivateur et le voleur de poireaux
BRUMATH : Des caméras de surveillance pour épier le voisin
OBERMORSCHWILLER : Rencontre avec une Sundgauvienne combattante et fanatique !
ELECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2017 : Paul Mumbach, maire de Dannemarie, candidat. Candidature sérieuse ou simple coup de communication ?
DOSSIER : Régime local d’assurance maladie : La polémique
ZOOM SUR… Un revenu juste pour exister ?

Poisson enfumé d’avril !

Bonjour Ami(e) tonicien(ne),
Il fut un temps où la tradition bon enfant du poisson d’avril faisait sourire (presque) tout le monde.
Actuellement, quand tu fais un gag, mieux vaut y réfléchir à deux fois : tu risques au mieux des poursuites en justice pour diffamation, au pire de te faire dégommer où que tu sois par un fou furieux convaincu de détenir la vérité absolue !
C’est certainement la nouvelle conception de la liberté : je dis n’importe quoi, je fais n’importe quoi, je suis dans mon bon droit !
Et c’est (malheureusement, comme si elle n’avait que cela à faire) à la justice de trancher.
Pour avoir un avis neutre, j’ai demandé à mon poisson rouge ce qu’il pensait de l’article 4 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen : « la liberté de l’homme s’arrête là où commence celle d’autrui ».
Sa réponse m’a sidéré : « Attends, je m’arrête de tourner. Rien que de pouvoir te regarder en face, la mémoire me revient. Merci de m’avoir adopté, ça m’a évité de me faire bouffer par un requin, ou un autre prédateur. Par contre, solliciter mon avis sans pourvoir à l’expansion de mon espace de vie, c’est un peu mesquin ! Je sais que je te calme quand tu en as vraiment besoin, mais j’ai des cousins qui évoluent dans de grands bassins, …eux ! Tu sais, mon pote, c’est fatigant de toujours devoir demander, et de négocier. Si tu pensais à moi sans souci d’intérêt, je serais capable de me transformer en sirène pour toi ! Allez, à plus… Tiens, t’es là, toi ?… »
Du coup, j’ai mis le chauffage (j’ai encore les moyens…) ! Il m’a fait froid dans le dos, ce petit crétin à arêtes, qui ose s’attaquer à ma conscience.
Après mur de réflexion (je me suis pris quelques bosses), je vous ai préparé le gag fumant, vous en ferez bon usage certainement, il est certifié d’avril, et c’est un SCOOP :

RENCONTRE AU SOMMET DE TOUTES PERSONNES INFLUENTES EN CE MONDE :

Tous politiques admettent que leur seul but est de veiller à représenter la majorité de leurs électeurs, considérant cela comme un devoir, et cherchent à œuvrer dans ce sens, sans pression partisane et sans intérêt personnel.
Tous possédants de richesses admettent qu’il est indécent de ne pas reconnaître le travail nécessaire à leur enrichissement, acceptent de ramener les écarts de revenus à des proportions décentes, et décident de pallier la survie des miséreux en un an au plus, de façon durable.
Tous responsables religieux admettent que leur unique but est de s’adresser à l’individu, afin de promouvoir le respect de la dignité et de la vie, en s’adaptant au milieu dans lequel il souhaite s’intégrer.
Tous les industriels pratiquant des pressions admettent que le système des lobbies est extrêmement destructeur, et se battront désormais pour le bien être réel de l’humanité.
Tous individus admettent que leur propre confort et la réalisation de leurs rêves ne peuvent servir d’excuse pour occasionner une gêne réelle pour leurs voisins, ou la collectivité dans laquelle ils ont choisi de vivre !
Document signé le 1er avril 2016, par 895 706 « décideurs », par 3 milliards de personnes susceptibles de comprendre, et par 126 ONG (Organisations Non Gouvernementales) représentant les illettrés et les oubliés.

Avant de publier, j’ai lu ça à Fredel, mon sympathique âne du Poitou. Il s’est marré, cet enfoiré !
« T’es un utopiste, toi, tu vas te faire plein d’amis avec ça » !
Même pas vexé ! Chacun a le droit de partager son rêve, non ? Joyeux printemps de renouveau à tous, et bonne lecture !
Dominique ESCH

Tonic 200 - Mars 2016

Tonic 200 – Mars 2016

1 mars 2016 à 12:00 - Aucun commentaire

DOSSIER : Linky : La « grande menace » à sept milliards ?
SAVERNE : Entre bagnole et beton !
VOLKSBERG : Le défibrillateur a (enfin) trouvé sa place
WINGEN-SUR-MODER : Un parapluie oublié provoque un règlement de comptes
STRASBOURG : Merckel, Hollande, et les voleurs de vélos…
NIEDERBRONN-LES-BAINS : Sa femme fait disparaître les chats… le mari divorce !
MULHOUSE : Rien ne va plus dans le microcosme politique…
PAYS DE BITCHE : Chasse : une commune du Pays de Bitche triche sur sa surface chassable
FORBACH : Trahi par son pantalon de survêtement
BRUMATH : Bientôt à la rue ?… La descente aux enfers d’une fonceuse !
INGWILLER : Facture en HD : attention, on plume !
PORTRAIT : Big MC Lyrics le rappeur
HAUT-RHIN : Arnaque, magouille et entourloupe ?
SARRE-UNION : La migration d’une barrière de sécurité
SCHWEIGHOUSE-SUR-MODER : Tabassés pour quelques cigarettes
ESCHAU : Association de pêche AAPPMA
LINGOLSHEIM : Dialogue de sourds… en attendant l’accident
BARTENHEIM : Entre sous-préfecture et poste de gendarmerie, ses nerfs balancent
SARREGUEMINES : Pas d’argent ?… Alors allons manger au restaurant !
SARREBOURG : Les escrocs trafiquaient les compteurs des voitures avant de les revendre
ZOOM SUR… : Où va donc l’Alsace ?

Avec le sourire et la bonne humeur … !

Bonjour Ami(e) tonicien(ne),

Voilà près de dix neuf ans que les plus anciens de TONIC Magazine attendent de voir apparaître le chiffre 200 en couverture ! (Un instant, j’essaie de ranimer les victimes de l’émotion).
Et nous y sommes !
Affronter un monde en évolution ultra rapide, alerter sur des dérives de plus en plus nombreuses, informer sans parti pris, tenter d’aider à faire avancer positivement les problèmes qui paraissent insolubles, ce n’est pas une sinécure. Mais c’est aussi notre objectif !

Dans l’équipe TONIC, et avec la participation de nos correspondants, pas de poils dans la main, mais la mue est constante. Nous sommes proches de vous, et vous invitons à partager vos sentiments, vos craintes, vos coups de gueule, et vos idées pour donner vie à l’adage : « Il n’y a pas de problèmes, il n’y a que des solutions » !
Le satellite est lancé, les relais sont en place, la certitude d’une information plurielle, indépendante et destinée à améliorer notre quotidien est bien ancrée. À vous, Ami(e), d’oser nous rejoindre, et de faire avancer l’idéal de « liberté, égalité, fraternité », en y ajoutant votre participation active.

Le numéro 200 de TONIC, c’est l’occasion de vous faire gagner de nombreux cadeaux de valeur en partenariat avec nos annonceurs, merci à eux.
C’est aussi le signe d’un nouvel essor, avec une présentation qui bouge, des rubriques permanentes, des articles toujours plus proches de vous, et une vision de l’information qui invite à se questionner sur l’actualité.

À ce propos, j’en ai parlé avec Fredel, mon magnifique âne du Poitou. Je me demande d’ailleurs toujours pourquoi on se sert de son image comme élément négatif, pour fustiger ceux qui ne rentrent pas dans le moule, ou sont capables de montrer du caractère. Toujours est-il que Fredel, dans sa grande sagesse, m’a rapporté la conversation qu’il a eue avec son pote Schtrüwelix, le sanglier qui vient fouir sur ses herbages. Celui-ci trouve l’humain laie, très laie, et suggère de lui inculquer le respect et la droiture.
Fredel s’est marré en me racontant ça ! En me voyant interloqué par son récit, il m’a vaguement expliqué qu’il vaut mieux prendre les choses avec bonne humeur, et qu’il est bon d’avoir des couilles au cul à l’occasion ! J’ai d’abord été carrément choqué, mais devant son sourire désarmant … !

Bonne lecture à vous, et… merci de partager un moment avec toute l’équipe TONIC.

Dominique ESCH

Tonic 199 - Février 2016

Tonic 199 – Février 2016

1 février 2016 à 12:00 - Aucun commentaire

PUBERG – ROSTEIG -ZITTERSHEIM : Comment rallier la gare de Wingen-sur-Moder lorsqu’on n’a pas de voiture ?
BOUXWILLER : Avalanche de contraventions : ça continue, encore et toujours !
RÉDING : Excès de vitesse : l’assurance ne fait plus aucune confiance.
STRASBOURG/STATIONNEMENT : Une attaque contre des valeurs… dépassées ?
TAHARRUSH GAMEA : Le fléau a frappé l’Europe
PAYS DE BITCHE : Noël : le temps des surprises
SAINT-LOUIS/SAVERNE : Le maître mot : économies ?
REIPERTSWILLER : Un « bon d’achat » pour payer sa femme de ménage
WEISLINGEN : Un chauffard défonce une voiture et prend la fuite
STRASBOURG : Paperasseries et mauvaise foi la mènent à la dépression !
SOLIDARITÉ : Devenez appelant pour créer un lien avec les personnes âgées seules
SARREGUEMINES : Ils répondent à une petite annonce et se font agresser par quatre individus cagoulés et armés
ROHRWILLER : À l’abordage !
GUEBWILLER : La belle au bois dormant se réveillerait-elle ?
SARREBOURG : Un terroriste à la messe de Noël ?
WASSELONNE : Catastrophe évitée de justesse !
SECTEUR DE RHINAU : Braconnage en eau douce !
ROSTEIG : Une rue n’est pas un chemin
LE MIC MAC : L’une des plus belles salles d’Alsace
SCHALBACH : Du pain en pleine nature

Boum, quand notre coeur fait boum !

Bonjour Ami(e) Lecteur(trice),
Février, déjà ! Le mois de la St Valentin, et on va enfin oser dire « je t’aime », de façon déguisée peut-être, la pudeur est pour certain(e)s maladive. Quelle idée, aussi, de fixer un jour précis pour le dire : les enfants, eux, n’ont pas cette retenue, ça sort quand ils le veulent, avec leur émotion du moment, et c’est bien comme ça ! Mais dès l’adolescence (et ça empire avec l’âge et la prétendue « maturité »), c’est comme si une chape de plomb s’abattait sur chacun : serait-ce un effet de pression sociale d’avoir honte de prononcer ces trois petits mots, chaque fois qu’on en a envie ? D’un autre côté, si la pression ou la timidité sont vraiment trop fortes, pourquoi ne pas le marquer par des attentions régulières, des gestes de tendresse, appuyés d’un regard clair, pour que « l’autre » comprenne bien ? C’est peut-être complémentaire, voire mieux : les mots peuvent lasser, les attitudes et les actes laissent rarement indifférents ! Mais une seule fois par an (et encore), c’est logiquement frustrant !
Ma petite fille Agathe m’a demandé si le poisson rouge entendait quand elle lui disait qu’elle appréciait ses cabrioles. Du coup, on est allé lui acheter une copine (ne me demandez pas comment j’ai fait pour différencier les sexes, c’est intuitif chez moi, ce truc !). Figurez-vous que depuis, il est clair que leur mémoire s’allonge de façon considérable : ils se retrouvent à intervalles réguliers au milieu de l’aquarium, se font un « bec », et repartent chacun de leur côté en dessinant un cœur ! Ce qui a pour effet immédiat de faire frétiller ma crevette de plus belle : jalousie, envie, je ne sais pas. Mais comme je la sais gourmande, je ne vais pas aller jusqu’à acquérir un homard pour son bon plaisir, l’aquarium est bien trop petit !
BOUM ! C’est bien sûr le cœur qui parle, et qui bat, mais pas que par amour. Ce peut-être aussi l’expression d’un clash, d’une déflagration, d’une profonde déception ! Et vœux de bonne année ou pas, nous sommes bien obligés d’affronter les réalités au quotidien, et celles à venir : hors santé (donc esprit sain dans un corps sain), les individualismes forcenés, les idées toutes faites ou longuement assénées, continuent à pourrir l’atmosphère ! Entre des élus ou des détenteurs de parcelles de pouvoirs persuadés de leur bon droit à user et abuser des mandats transmis par leurs électeurs par intérêt personnel, des idéologues de tous poils certains de détenir la seule vérité, et des extrémistes figés dans leurs certitudes, il y a vous (ce sont nos vœux de presse libre et indépendante), et encore vous ! Même mon âne est d’accord (il est d’ailleurs d’une sagesse qui me laisse pantois !) : quand la bouffe n’est pas terrible, il va voir ailleurs, tant qu’il peut. Il a raison, le p’tit chéri, avec son air ravi pour récolter les câlins : pour éviter de se faire manipuler, affamer, réduit à néant, il mulptiplie ses sources d’approvisionnement. Pour nous autres « humains » (?), les sources s’appellent pub, médias, discours politiques, religieux, philosophiques, entr’autres ! Nul ne possède « LA Vérité », à chacun de participer en apportant sa pierre par l’empathie (capacité à se mettre à la place de l’autre), le dialogue, et l’envie de construire ensemble pour le bien de chacun ! (Ou alors, il ne faut pas viser une place de représentant démocratique, ou de bienfaiteur de l’humanité) !
Dans ses pages d’actualités régionales, TONIC apporte des témoignages souvent liés à des endroits précis, mais ça n’arrive pas qu’aux autres, puisqu’avec de légères variantes, chacun est concerné ! Et si TONIC, comme toute presse indépendante, est menacé, le lecteur et le citoyen le sont aussi, dans leur droit à être informé de façon limpide, sans passe-droit.
BOUM-BOUM ! C’est le cœur de TONIC qui bat : dénoncer, pointer du doigt, permettre l’analyse lucide, c’est notre objectif. Faire avancer les choses, aider à trouver des solutions, c’est notre raison d’être ! Et mars, ça va être le gros BOUM chez TONIC : ne ratez pas l’épisode !
Toute l’équipe se joint à moi pour vous souhaiter bonne lecture, bonne humeur et … rendez-vous en mars !
Dominique ESCH

Tonic 198 - Janvier 2016

Tonic 198 – Janvier 2016

1 janvier 2016 à 12:00 - Aucun commentaire

MONSWILLER : Dites-le avec des fleurs
SARREGUEMINES : Un handicapé en fauteuil roulant circule sur la voie rapide !
DIEDENDORF : Déchets dans la nature : il n’y a que les imbéciles qui peuvent faire des choses pareilles !
PLOBSHEIM : Impossible de se faire enterrer dans la dignité ?
NIEDERBRONN-LES-BAINS : En procès avec son avocat
WINGEN-SUR-MODER : Agenda 2016 : un oubli embêtant…
LUTZLEBOURG : Démolitions massives !
DIEMERINGEN : Maison de retraite : Pensionnaires en détresse, manipulation et abus de pouvoir ?
BOUXWILLER : « Décédé », il doit fournir le nom de ses héritiers
SELTZ : Pollution à l’huile de moteur dans la réserve naturelle
REGIONALES 2015 : La France est-elle une démocratie ?
ALSACE BOSSUE : Un « no man’s land » pour la société autoroutière !
ROPPEVILLER : Élargissement de la route : encore et toujours des promesses !
L’insoutenable vérité de l’eau
UTTWILLER :
Une douche qui prend trop de place
HAGUENAU : Marché de Noël ROCK
SAVERNE : Rohan – Indus
COM-COM SAUER-PECHELBRONN : Augmentation massive de la cotisation foncière des entreprises
BINING : Qui fait disparaître les chats de Nathalie ?

Toupie or not toupie… ?

Bonjour Ami(e) Lecteur(trice),

Nous voilà entrés de plein pied (et pour certains plein le c…) dans la nouvelle année !
Nouveau, ça veut dire en principe repartir sur des bases consolidées, à défaut d’avoir revu les fondations de l’édifice.
Vous avez donc certainement, comme il se doit, fait votre introspection, et pris vos résolutions pour que 2016 soit pour vous le millésime inoubliable. Il paraît que ça remotive, même s’il est connu qu’entre ce qu’on a décidé et ce qu’on applique, il y a un fossé !
En ce qui me concerne, avant de sacrifier à ce rituel, j’ai pris l’habitude d’en parler d’abord avec mon entourage restreint : conjoint, enfants, animaux qui font partie de mon quotidien, végétaux aussi !
La réunion s’est passée dans la bonne humeur, chacun ayant pu s’exprimer de façon libre, certain d’être entendu, et d’arriver à une harmonie de vie commune.

Nous avons choisi le titre en commun, à l’unanimité, chacun s’y est retrouvé. Je vous résume le fond du débat !

Une toupie, ça doit présenter une pointe, pour lui permettre de tourner, posée sur un support stable, évidemment. Il faut aussi une forme conique, sans aspérités, pour permettre une rotation harmonieuse, régulière et durable, sans qu’il soit nécessaire de relancer trop souvent le mouvement. En bref, pour que ça tourne rond !
À ce moment, mon poisson rouge s’est un peu rebellé : « Dis-donc, tourner en rond dans un bocal… tiens salut, t’es là aussi…, t’as pensé à mettre des…, tiens salut… » Du coup, mon cheval, comme à l’accoutumée, a bien ri, en sortant sa vanne préférée : « ruera bien qui ruera le dernier » ! Et ma crevette, pour ne pas être en reste : « Votre toupie, là, elle ressemble beaucoup à une girouette, qui tourne au gré du vent ! Et le vent, ça me mélange les antennes, et ça me déstabilise à cause des vagues ! ». Quant aux orchidées, dans leur coin de fenêtre : « hé, cool, laissez-nous profiter du soleil ! ». Les arbres fruitiers, en extérieur, du coup, n’ont pas manqué de râler pour se plaindre d’efforts de production voués à l’échec !

C’est la chatte de la voisine (bon, du voisin, pour éviter toute polémique), qui a mis tout le monde d’accord : « On ne m’offre plus de croquettes ? M’en fout ! J’ai des armes pour trouver de quoi me nourrir. Et ventre affamé n’a pas d’oreilles ! Tourner en rond, c’est ne pas avancer ! Il suffit de montrer les griffes à temps pour ne pas être dominé. Tout est question de dosage, il faut juste que mes repas soient équilibrés et sans excès. Alors, m’acharner sur les souris, ça finira bien par me constiper ! Et puis, les girouettes, c’est fixe à la base, pour leur permettre de durer ; ça n’a pas d’âme, et rien de représentatif ni d’utile, si ce n’est de montrer le sens du vent à l’instant ! ».

Que de paroles légitimes ! Ce qui est signalé dans TONIC Magazine au fin fond des Vosges du Nord ou dans le Sundgau ressemble furieusement à ce qui se passe dans le Ried, à Mulhouse, Colmar, Strasbourg, Sarreguemines, et partout ailleurs !
TONIC, Magazine vraiment indépendant, vous informe sans parti pris, vous apporte des options juridiques, vous convie à l’humour… et à vous exprimer.

Toute l’équipe TONIC vous invite à méditer cet EDITO, et vous présente ses meilleurs vœux pour l’année 2016.

Dominique ESCH

Bonne année 2016 !

31 décembre 2015 à 12:37 - Aucun commentaire

Les illustrateurs se joignent à toute l’équipe de Tonic Magazine
pour vous présenter tous leurs voeux
et vous offrent ces cartes à partager en diffusion libre.

Tonic 197 - Décembre 2015

Tonic 197 – Décembre 2015

1 décembre 2015 à 12:00 - Aucun commentaire

HOCHFELDEN : Stationnement : un vrai bordel aux alentours de la gare
NIEDERBRONN-LES-BAINS : Centre nautique : une fillette de cinq ans échappe à la surveillance des maîtres nageurs
MULHOUSE CONSEIL CITOYEN : Quittons la rive et partons à la dérive…
VOLKSBERG : Un défibrillateur rangé aux oubliettes
ÇA SE PASSE PRÈS DE CHEZ VOUS : L’indifférence… pire maux que la solitude !
PORTRAIT : Philippe Trimaille, Président de l’office public de l’habitat mulhousien
DONON – GRANDFONTAINE : Infraction à la réglementation en matière d’urbanisme : il faut démolir !
BITCHE : Papi contre dealers : il échange le cannabis avec du pissenlit séché
REGIONALES : Les Bas-Rhinois incités à voter pour un Haut-Rhin gagnant
OERMINGEN : Centre de détention : une prison sous haute surveillance ?
HAGUENAU : Un co propriétaire… fatigant !
FALAIT L’INVENTER… : Poubelles interdites aux ordures
COP 21 : Conférence de Paris sur les changements Climatiques
Quand l’Alsace s’étiole… en douce !
Crèche vivante et Marché de Noël à Walscheid

La Fée… rit des lumières !

Bonjour ami(e), tonicien (ne),

C’est toujours sympa de s’amuser des maux, et de se jouer des mots, non ?
Quand j’en parle à Rosette, ma petite crevette, elle semble me faire un clin d’oeil. C’est un peu comme si elle appréciait notre complicité, faite de respect mutuel : elle vit sa vie, elle ne m’embête pas, elle n’aboie pas, et quand je la sors faire son pipi quotidien, elle ne tire pas sur sa laisse (il faut dire que par prévoyance, j’ai évité d’adopter un calmar géant – pas con, quand même) !

Rosette, elle aime la pénombre pour dormir. Et quand il y a de la lumière, elle apprécie vivement et le montre en bougeant frénétiquement tout ce qui dépasse : antennes, pattes, yeux exorbités, la totale, quoi ! Elle est démonstrative, elle s’exprime, elle donne envie !

C’est l’effet de la fée « lumière », et c’est un fait : pour vivre, pour aimer vivre, il faut aimer la lumière ! Ne fût-ce que pour se regarder dans un miroir, s’apprécier soi-même, et apporter une part de l’étincelle à ceux qui n’ont pas ou plus la force de voir la beauté.

Vous l’avez tous vérifié : quand vous souriez à quelqu’un que vous croisez, en général, vous en récoltez un en retour. Et si ce n’est pas le cas, ça va marcher encore plus sûrement pour la prochaine rencontre ! Il ne s’agit pas là de l’effet boule de neige (ça va un bout de temps, mais c’est froid pour les papattes), mais de l’effet lumière. Et dans ce processus, la haine, l’invention de boucs émissaires, et les gueules à faire pisser ma crevette n’ont pas leur place.

Nous avons eu le siècle des lumières, et de tous temps les « illuminés » de tous poils. En parlant de poils, il y a les soyeux (ah ! Mon p’tit chat !), les rèches (mais non, pas les petits chefs !), les revêches (mais non, pas forcément ton voisin !). Il y a aussi les poivres et sels, qui changent de couleur comme les caméléons, et dont certains ont une rapidité de croissance effrayante (non, je n’ai pas parlé de pros de la politique !). Et puis, il y a les rebelles, qu’il faut coûte que coûte remettre dans le bon sens (un pt’it coup de brosse, des fois, ça peut aider !). Je ne parle même pas du poil qui pousse dans la main de certains (d’autant plus chiant quand c’est moi qui paie la séance d’épilation !). Par contre, je ne vais pas vous priver de la sublime image « à poil » de nos dieux du stade et des pin-up du mois, qui sont rasés de si près que le poil, il faut le chercher au microscope, comme un découvreur de trésor, …où l’intuition vous pousse !

Revenons à nos moutons (tondus) :
Noël, c’est la renaissance, l’espoir, le partage, la lumière. Et la lumière, quand on est sur son vélo, on se la créée en alimentant la dynamo ! Et pour avoir un ciel illuminé, il est indispensable de pédaler ensemble, c’est bien plus efficace !

Amis lecteur(trice), si la fée …rit des lumières, c’est peut-être qu’elles sont bien disséminées. En se rassemblant en lucioles par millions, nous pourrions bien finir par éblouir le soleil, et certainement nous assurer des nuits blanches, mais au sens lumineux du terme !

Féé …égérie de la lumière ! TONIC magazine t’appelle de tous ses vœux !

Toute l’équipe vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année, et…
GÜETI RUTSCH IN’S NEÏE !
BONNE ENTRÉE DANS LA NOUVELLE !

Dominique ESCH

Tonic 196 - Novembre 2015

Tonic 196 – Novembre 2015

1 novembre 2015 à 12:00 - Aucun commentaire

MERTZWILLER : Victimes de l’incompétence carcérale
LA PETITE-PIERRE : Un problème de chauffage au presbytère catholique
WOLFSKIRCHEN : Honte aux voleurs de chiens !
REGIONS : MORT OU RENAISSANCE ? : Dernière assemblée plénière avant la fusion Alsace Lorraine Cham pagne Ardennes
KIRRWILLER : A-t-on le droit de faire l’amalgme entre vie privée et vie professionnelle ?
ILLKIRCH : Des bretzels roses au Maroc
JETTINGEN : 30 ans pour arriver à faire reconnaître sa maladie !
BERLING : Démission du conseil municipal : mais pourquoi en est-on arrivé là ?
COL DU DONON – GRANDFONTAINE : Infraction à la réglementation en matière d’urbanisme : amende ou démolition ?
SARRE-UNION : Maison de retraite : déjà du changement !
Interview exclusive : Lovely Elsa
SARREBOURG : Un couple de clients reste enfermé dans un restaurant
KIRRBERG : Victimes d’une dispute entre le maire et un propriétaire de terrain ?
INGWILLER : Comment se débarrasser des « gitans » !
WASSELONNE : Manque de charisme politique
BISCHWILLER : Une zone bleue qui ne sert strictement à rien
POLITIQUE : Quand Nadine Morano dérape … Encore !
Morano, la bonne quiche hérétique dans le four médiatique !
COP 21 : Conférence de Paris sur les changements Climatiques

Cendrillon et… la citrouille qui se délite !

Bonjour ami(e), tonicien (ne),
À l’heure où vous lisez votre magazine TONIC, la fête de tous les saints est probablement passée !
Il n’empêche qu’il y a toujours cette lancinante question d’orthographe : comment écrire le mot ?
Saint, sain, sein, ceint ? À qui se vouer, en fait ?
Si on parle de saints, l’état laïc, les ultras de tous bords vont ruer dans les brancards. Les athées, eux, vont se contenter de se gausser.
En évoquant les seins, on peut être très vite catalogué comme pervers sexuel, et les puritains vont monter à l’assaut.
Peut-on dire ceint ? En y ajoutant un « s », c’est assez évident pour les Alsaciens, les Lorrains, les Champenois et les Ardennais : ils vont tous élire des représentants (?) d’un délire antidémocratique totalement irraisonné, qui va coûter cher à plus d’un titre. Pire, le pouvoir, et par conséquent l’avenir de nombreux citoyens, va être confié à des compétences qui ont montré toutes leurs lacunes et leur seule soif de pouvoir ! La grande région, nous le peuple, seront une fois de plus ceints, cernés, par un système qui ne satisfait que les élus, et les réseaux d’influence !
Il ne reste plus qu’à garder l’esprit sain ! Et cela, c’est à chacun(e) de s’y atteler, en se souvenant que les temps changent, très vite, que l’individualisme de chacun pèse sur tout le monde, et sera payé au prix fort par les enfants de nos enfants, et que chercher des boucs émissaires n’a jamais résolu les problèmes !
Foutre la trouille ? Mais non, parlons citrouille, pour Halloween ! Une fête païenne, d’origine celte, et bien dénaturée par l’aspect commercial (merci, USA). Il fut un temps où les enfants sonnaient, et se donnaient la peine de jeter un sort à qui ne les écoutait pas, avec une récitation chargée de traditions et de coutumes. Maintenant, c’est coup de sonnette insistant et « BONBONS » !
Citrouille, un mot qui évoque aussi la gentillette histoire de Cendrillon ; un conte qui pourrait nous concerner. Avec un gros bémol quand même : pour être l’élue, la pauvre Cendrillon méritante qui va être la femme la plus heureuse du monde, qui aura beaucoup d’enfants, et tout et tout (salut les machos)…, il faut être sélectionné(e) pour une émission de télé réalité, ou gratter des cartes sans regarder à la dépense, sauf à avoir l’idée de génie. Tout est fait pour nous enfermer dans cet espoir fou, mais il parait que le matraquage publicitaire n’empêche pas la raison !
En plus, avec les actions conjuguées du vent, de l’air, de l’humidité, les citrouilles perdent toute consistance, et donc se délitent. En y ajoutant une conjoncture pas vraiment rose, le trajet vers l’avenir, après transformation en carrosse doré, semble plus qu’aléatoire !
À petite ou grande échelle, TONIC magazine vous invite à découvrir la face cachée des choses, et à exprimer votre opinion. Du voisin au quartier, de l’action municipale au régional, au national et à l’international, l’information doit permettre d’avancer, par le dialogue, dans un esprit constructif.
Et pour accompagner dignement les ors de l’automne, toute l’équipe Tonic vous souhaite de déguster les noix et châtaignes, avec un « neïer Siesser » (vin nouveau), entouré d’amis.
Bonne lecture, belles découvertes, bon amusement, et « s’Gilt ».
Dominique ESCH

Tonic 195 - Octobre 2015

Tonic 195 – Octobre 2015

1 octobre 2015 à 12:00 - Aucun commentaire

VOELLERDINGEN : Guerre autour d’un logement… le juge se prononce en faveur du locataire !
WINGEN-SUR-MODER : La mairie ne maîtrise pas son agenda
Portrait : Abdel AJAMRI : Top Team 68, une dynamique positive !
SCHOENBOURG : Relations de voisinage : la guerre à tous les étages
INGWILLER : Locataire hospitalisé… la propriétaire laisse nettoyer son logement sans qu’il le sache !
GUEBWILLER : L’agréable et l’utile
BETSCHDORF : Des fleurs (presque) partout
Arabie Saoudite : Sous le pétrole, silence on exécute !
FROHMUHL : Situation explosive à l’étang du Donnenbach
SCHALKENDORF : Construction d’une maison d’habitation : des problèmes en série avec l’entreprise de menuiserie !
ANCIEN CANTON DE WASSELONNE : Tous les chemins mènent à la SIBAR
RAHLING : Un agriculteur paie 50 euros d’astreinte par jour pour garder son troupeau de cochon
WEITERSWILLER : Un maire, un agriculteur… et une affaire qui finira au tribunal
MIGRANTS : Questions qui font grincer les dents…
SARRE-UNION : Maison de retraite : un bateau à la dérive

Comme un poisson dans son bocal … !

Bonjour ami(e),
Vous ai-je déjà parlé d’Archimède, mon poisson rouge ?
Il est cool, ne fait pas bruit, ne demande pas à être sorti, et ne réclame pas ses croquettes.
Il se contente de tourner (il n’a pas vraiment le choix!), s’arrête de temps en temps, ouvre la gueule, et me fait une petite bulle.
J’ai du mal à croire que c’est pour communiquer, d’autant qu’on lui prête une mémoire d’environ 3 secondes !
Figurez-vous qu’Archimède, c’est mon égérie, chaque fois que j’ai le blues provoqué par des questions existentielles.
À l’observer, je me demande ce qui permet à l’humain de le dominer, de le cloîtrer, comme pour en faire son objet !
Ce nouveau Tonic d’octobre 2015 va oser remettre les pendules à l’heure, et les nageoires dans le bon sens (entendez par là un peu d’esprit d’analyse) :
– Localement, les conflits d’intérêts, souvent privés, sont fréquemment masqués par des écrans de fumée, quelques exemples à l’appui !
– Encore plus proche, les « indélicatesses » des voisins, de membres de la famille, du propriétaire ou du locataire vont jusqu’à déstabiliser la victime et lui pourrir la vie. C’est le début de l’indignation, et ça n’arrive pas qu’aux autres !
– En allant plus loin, on aborde forcément le « politique ». Et là, Archimède semble me dire qu’on nous met aussi en bocal. La « démocratie » nous offre des représentants du peuple .., et nous invite à suivre ses directives ! Ok, certains goujats nous transforment en goujons : le peuple dit non, ou demande des explications, mais en tant qu’élus, on estime avoir le pouvoir, et on s’arroge le droit. Les goujons, au bocal ! Régionalement, les requins chefs ont déjà fait leur mue, histoire de ne pas se contenter des daphnies du pauvre petit poisson. Merci pour l’ACAL !
– Sur le plan national, c’était (avant), et c’est (depuis), tout à fait clair : trahison de la parole donnée, mensonges, et interventions bidons dont le quidam se fout ! La preuve en est l’abstention massive lors des votes intermédiaires, hors présidentielles (quoique !). Et dire qu’on risque de retrouver les mêmes, ou leurs disciples !
– À l’échelon européen et mondial, la ligne rouge est déjà bien dépassée depuis longtemps, mais depuis quelques temps, ça devient ubuesque (en gros, du n’importe quoi, le pouvoir le permet) : TAFTA, COP 21, ONU, Réal politique, informations tronquées par beaucoup de médias, et surtout pouvoir absolu de l’argent !
Allez, paf, coup de blues ! Je vais voir Archimède. Si j’ai bien saisi, il semble me dire :
J’ai une courte vie, et donc peu de mémoire. La tienne devrait être proportionnelle, et comme tu te préoccupes de tes enfants, tu devrais te rappeler l’histoire, et réfléchir à long terme ; et aussi penser collectif, parce que tout seul, et sans avis différent du tien, c’est un feu de paille que tu allumes. Te taire, c’est une erreur que tu paieras forcément, ou dont tu vas charger ta descendance !
Merci, Archimède, je me rends compte que tu m’es bien utile. Si je te sors de l’eau, tu seras forcément mouillé, mais pas poule ! Que puis-je faire pour améliorer ton sort ? En tous cas, s’gilt !
Et bonne lecture, ami(e) tonicien(ne).

Dominique ESCH

Tonic 194 - Septembre 2015

Tonic 194 – Septembre 2015

1 septembre 2015 à 12:00 - Aucun commentaire

LA PETITE-PIERRE : Une incompétence affligeante
FOOTBALL CLUB DE BOLLWILLER : Le FCB se meurt !
ROSTEIG : L’incompréhension de la rue Hohl
STRASBOURG : Les Sapeurs Pompiers s’affrontent
REIPERTSWILLER : Où est passé l’argent du canapé ?
OERMINGEN : « Bruehlgässel » droit de passage ou pas ?
WOERTH : Le feu d’artifice du 14 juillet repoussé à une date ultérieure
SCHILLERSDORF : L’ultime attaque du chien du maire
LOHR : Un casse-auto en plein village dans le Parc Naturel des Vosges du Nord !
NIDERVILLER : Les grillages de la honte ?
PAUVRE SÉCU ! Une histoire d’ascenseur !
AGRICULTURE : Une analyse du désespoir des agriculteurs
INGWILLER : Une femme de ménage réduite en esclave moderne (suite)
DRING… C’est la rentrée ! Suivez notre regard !
MENCHHOFFEN : Que s’est-il vraiment passé à l’étang le 10 mai dernier ?
SAINT-JEAN-SAVERNE : La commune dépense sans compter
DOSSIER : Le Traité Transatlantique TAFTA
TOP 10 des épines de l’été
Gros plan sur… Alsace du nord : La CAP, pour fédérer les acteurs de l’économie locale

Vive la rentrée… et par où la sortie ?

Bonjour ami(e) Tonicien(ne),

Alors ces vacances, pas trop chaud, ni trop froid ? Pas trop mouillé(e) par la sueur ou la pluie ? Mi-tigé(e) ou mi-effeuillé(e) ? En tout cas, l’équipe TONIC est en pleine forme pour vous accompagner et vous dérider pour les mois à venir !

L’été, comme à l’accoutumée, nous a offert son lot de surprises, bonnes ou mauvaises. Et déjà, c’est la rentrée ! Sauf pour les chats, qui continuent à paresser, à quémander quelques câlins, et à nous détendre par leur sympathique nonchalance.
C’est quoi, en fait, la « rentrée », pour un chat ? Pas de courses éreintantes pour trouver les fournitures scolaires, pas de tiers provisionnel à payer, pas d’angoisses pour boucler la fin de mois, la nullité des programmes télé, il s’en fout ! Et je ne parle même pas du sempiternel et pitoyable débat politique, d’une législation qui nous enferme de plus en plus et qui est totalement incompréhensible pour nous autres pauvres humains, ni de guerres idéologiques, ni même de course à l’enrichissement !
Le chat, il veut bouffer, se prélasser, sortir quand il en a envie, qu’on lui foute la paix (pas la paie), et qu’on lui fasse son câlin quand il le demande ! Et surtout, qu’on respecte son territoire, parce que sinon … ! Evidemment, il risque de se faire sérieusement rosser quand il tombe sur plus fort que lui, et pire, de tomber sur un homme qui n’a d’humain que l’aspect physique !
L’Alsacien, le Mosellan, ne sont pas franchement félins : une tendance à avaler toutes les pilules sans trop l’ouvrir (la bouche), due peut-être à l’Histoire !

L’équipe de TONIC magazine est plus que jamais bien décidée à l’ouvrir ! La rentrée, dans quelques jours, on n’en parlera même plus ! Mais la question lancinante est : « comment s’en sortir, pour vivre mieux ? ».
Notre solution est simple : mettre le nez dans les magouilles, dire tout ce qui est caché, oser dénoncer les abus et les injustices, et vous inviter, ami(e) lecteur(trice), à nous faire part de votre ressenti, de vos colères, de vos joies aussi, en bref de prendre la plume et d’oser « l’ouvrir » quand vous vous sentez piétiné(e) ! Soyez sans crainte : nous n’avons pas de ligne politique, ni idéologique. Nous demandons juste le respect, et la dignité !

Dans ce numéro de rentrée, il est question de tout cela : voisins individualistes à outrance, élus peu enclins à défendre ce qui devrait l’être, et, oh surprise !, la révélation de ce qui se trame dans notre dos ! C’est le dossier TAFTA, à découvrir absolument !
Nos Politiques nationaux, de tous bords, nous ont déjà fait le coup du traité européen, de la Grande Région, et ceux qui sont en place, tout comme ceux qui veulent arriver au pouvoir, nous préparent des plans (discrètement) qui vont bafouer la démocratie une fois de plus.
Alors, quand pour chapeauter le tout, les multinationales font le forcing pour brider définitivement tous ceux qui gêneraient leur course effrénée au profit, nous vous informons, clairement, et de la façon la plus neutre possible ! Et quand Monsieur MOSCOVICI dit que « c’est un accord gagnant-gagnant », nous nous permettons de… grimacer !
Faites-vous votre opinion, nous donnons toutes nos sources, et nos pages restent ouvertes ! Mais en restant les bras croisés et sans réaction, pour espérer ressortir d’une tyrannie qui se cache sous des prétextes de progrès, d’essor économique, et de mieux-être pour tous, la seule manière risque bien d’être le soulèvement, populaire et mondialisé !

Et le chat, dans tout ça ? Eh bien, comme dirait mon petit neveu, ça lui fout ! Et puis, dans certains milieux, ils ont même leur psy et leur masseur attitré ! Le mien, pas vraiment idiot, a remarqué que, quand les feuilles commencent à tomber, ça va être les vendanges bientôt ! L’occasion pour son (pseudo) maître de déguster du « Neïjer Siesser » avec des noix, et ça, ça le rend de bonne humeur, donc des câlins en plus !

Hopla, bonne lecture, et s’gielt !

Dominique ESCH.

Tonic 193 - Juillet-août 2015

Tonic 193 – Juillet-août 2015

1 juillet 2015 à 12:00 - Aucun commentaire

SOULTZ (HAUT-RHIN) : La campagne 2020 est lancée !
DETTWILLER : Déchets dans la nature : et si l’une des solutions était de consigner toutes les bouteilles ?
VAL DE MODER : Une vie gâchée par une opération dentaire
GUEBWILLER : Dis-moi ce que tu jettes, je te dirai qui tu es !
WINTERSHOUSE : Une ferme avec un cheptel de 1 200 taurillons ?
SAVERNE : Quartier de la Roseraie
HINSBOURG : Des randonneurs chassés comme des chiens
RAUWILLER : Le portillon de la honte
CONSOMMATION : Eau secours
LEMBERG : Un employeur se fait arnaquer par une chômeuse
DISSOLUTION D’UN ORCHESTRE RÉGIONAL : Le « manager » s’en serait mis plein les poches !
BITSCHHOFFEN : Des décombres jetés en pleine forêt
SARREBOURG : Alain Marty : récidiviste en excès de vitesse
THAL MARMOUTIER : Histoire banale d’un crash
ROMELFING : Un fossé qui n’assure plus sa fonction
RAUWILLER : Ça y est… maintenant ils sont vraiment parmi nous !
BITCHE : Un défilé de très mauvais goût
TOP 10 DES ÉNORMITÉS DE JUIN
WASSELONNE :
Délit d’initié ?
UTTENHEIM : Un paysan a déplacé une borne de délimitation à l’insu de son concurrent

Ah !… Les vacances !

Ah !… Les vacances !
Bonjour ami lecteur,
Vous l’avez remarqué comme moi : il flotte comme un souffle nouveau, avec le soleil qui réapparaît, la chaleur délicieuse des soirées encore bien ensoleillées à l’heure du JT et des séries télés.
Et puis l’odeur, ce n’est plus celle du feu de bois, mais celle des herbes coupées, des fleurs, des barbecues.
Pour célébrer dignement et agréablement ces vacances (bon, pas pour tout le monde, c’est vrai!), votre TONIC vous offre huit pages supplémentaires. Avec une foule d’articles qui concernent les quatre coins coins d’Alsace et de Moselle, et aussi des jeux, avec de sympathiques cadeaux à gagner, et en quantité !
Un magazine encore plus riche que d’habitude, d’abord parce qu’il va vous tenir compagnie pendant deux mois (le prochain numéro paraîtra début septembre), ensuite parce que notre approche de l’actu et des faits divers reste libre, souvent piquée d’humour, jamais méchante, et vous invite aux commentaires : en dehors du courrier, vous pouvez nous retrouver sur Facebook, et nous faire partager vos idées et découvertes.
Comme je vous devine (oui, oui, c’est un don), vous êtes en train de vous dire : « Il nous enfume, le gars, où est son second degré coutumier ? ». Ce à quoi je vous répondrai que ce n’est pas sympa de me soupçonner de pratiquer ce genre de choses !
C’est vrai, j’aurais pu vous parler des vacances, mais celles des pouvoirs publics, qui ne permettent plus de respecter le droit de chacun, et de faire respecter la loi par tous.
J’aurais pu aussi vous entretenir des vacances (au sens de manque flagrant) de deniers dans les porte-monnaie quand la fin du mois approche.
Ou encore, vous suggérer de vaquer (c’est la même racine) à vos obligations de travail, de paiements à effectuer, de paperasses délirantes à remplir sous peine d’amende. D’ailleurs, à propos de racines, avez-vous songé à prendre rendez-vous chez votre dentiste, afin d’être certain que vos dents ne vaquent pas ?
Eh bien, de tout cela, je ne vous parlerai pas (discours très utilisé en politique et dans la pub), et il est hors de question de vous rappeler que je n’utilise jamais ce genre de procédés !
Ami tonicien, toute l’équipe te souhaite un superbe été, plein de découvertes, d’excellents moments de détente, et de savoureuses parties de rigolade !
Et tant qu’à faire, comme disait notre ancienne (je n’ai pas dit vieille !) éditorialiste Alexandra, pourquoi pas avec un bon p’tit coup de Pinot Noir, en dégustant une tarte flambée, entre amis !
HOPLA, GSUNDHAIT !
Dominique ESCH

Tonic 192 - Juin 2015

Tonic 192 – Juin 2015

1 juin 2015 à 12:00 - Aucun commentaire

SAVERNE : Maya, une chienne Shih Tzu, victime de son vétérinaire ?
MULHOUSE : Pas très catholiques…
PEUR DE L’AVION ? : La solution existe
HAGUENAU : Violences et agressions sexuelles à l’école… tout le monde ferme les yeux !
FAIT DE SOCIÉTÉ : Quand l’abus bouscule toute morale
LE PARC DU PETIT PRINCE : Peut mieux faire…
GOLF DE LA SOMMERAU : Pour ou contre ?
PAYS DE BITCHE : Le client décède dans les bras de la coiffeuse à domicile
KIRCHHEIM : Que se passe-t-il du côté de l’ancienne décharge ?
DEMARCHAGE TELEPHONIQUE : Pénible, pénible, pénible…
WASSELONNE : Et si on agrandissait le périscolaire ?
TOP 10 DES ÂNERIES DE MAI
FROHMUHL-HINSBOURG-PUBERG-ROSTEIG :
Pourquoi on veut fermer les écoles de Frohmuhl et de Puberg !
UNGERSHEIM : C’est la fête du cochon !
NIEDERBRONN-LES-BAINS : Un « monstre » tue les chats à la carabine
Vision de certains élus : Electeur = emmerdeur ?
WASSELONNE : La station d’alerte des crues n’est pas très alerte
NIEDERBRONN-LES-BAINS : Une mère se fait retirer la garde de son enfant… parce qu’elle travaille !
CONCOURS LÉPINE : Trois Alsaciens remportent le prix du président de la République
OBERHASLACH : Accès à la Cascade du Nideck : une interdiction qui fait débat !
PORTRAIT : Le Rezo !… Une association d’échanges réciproques de savoirs
GUEBWILLER : Carton rouge pour cannes blanches
BITSCHHOFFEN : Un sentier qui fait débat
ALTKIRCH : Quand un député-maire viole un domicile

Ça pousse… et ça bourgeonne !

Amis toniciennes et toniciens, l’Alsace, future « morceau d’ALCA », est une fois de plus à l’honneur :
Après le succès de notre jeune compatriote Xavier Koenig pour les « TOP CHEFS » 2015, après les nombreuses Miss FRANCE issues du territoire, après de multiples victoires et places d’honneur pour les « plus beaux villages de France », après la « Marseillaise » qui est en fait une « Strasbourgeoise », … et j’en passe, TONIC Magazine est heureux de vous présenter les nouveaux lauréats, Alsaciens, du concours LEPINE 2015.
Une invention exceptionnelle, qui s’inscrit, dans un cadre scientifique et technologique, comme un réel progrès pour un développement économique harmonieux, soucieux d’écologie, d’anti-gaspi, et d’un service de proximité !
J’entends déjà les commentaires, du style : « Mais quel rapport avec le printemps et la nature ? ».
Soyons clairs ! Dans ce TONIC, on ne va pas vous parler de la verdure qui revient, des vaches, chevaux et moutons qui repaissent dans les champs, des fleu-fleurs, des papayes qu’on récolte à la fou-fourche ; on a un petit 2ème degré que vous nous connaissez bien !
Alors quand on dit « ça pousse », on ne parle pas que du petit dernier qui grandit, ou du plant de tomates qui fait déjà ses premiers boutons ! On vous parle aussi d’idées qui se concrétisent, d’actions qui méritent d’être soutenues, et de files d’attente dont ceux qui en font partie sont à bout de patience !
Et quand on dit que ça bourgeonne, on n’évoque pas que les premiers chatons sur les branches, ni les boutons d’acné juvénile que nos malheureux ados (on y est tous passés) écrasent dans la précipitation avec des ongles pas franchement très … présentables ! On vous donne quelques exemples de ce bourgeonnement qui fait que la révolte gronde, et qu’elle ne se dirige pas que contre des élus qui semblent oublier souvent pourquoi on leur « donne » délégation de pouvoirs !
On vous expose aussi des situations de rapports humains, qu’ils concernent la famille, le voisinage ou de sinistres quidams, dans lesquelles le sens ou la possibilité de dialogue semblent totalement absents !
A part ça, la famille et le moral vont bien ?
La famille TONIC, en tous cas, s’agrandit encore : bienvenue à Charles KRAUS, un tout nouveau correspondant, et aux deux futurs collaborateurs qui planchent déjà sur le numéro exceptionnel de juillet/août, plein de cadeaux et de surprises !
Merci aussi à tous nos amis lecteurs qui nous écrivent, et à nos visiteurs sur notre page Facebook !
Toute l’équipe TONIC vous souhaite une excellente entrée dans cet été tant attendu (gare aux régimes bidons, au soleil et aux arnaques quand même !), un moral au beau fixe, et beaucoup de plaisir et de bonne humeur à la lecture de ce Numéro 192 !
Dominique ESCH

Tonic 191 - Mai 2015

Tonic 191 – Mai 2015

1 mai 2015 à 12:00 - Aucun commentaire

SAVERNE : Abus de faiblesse sur personne âgée ?
GOSSELMING : Ferme aux 30 000 poulets : le maire aurait-il trahi les habitants de sa commune ?
FAIT DE SOCIÉTÉ : Les facteurs sonnent toujours deux fois !
LORQUIN/LUBECOURT : La bataille d’un père pour reprendre son fils
DU RIFIFI À ROUFFACH : Le maire et ses adjoints auraient-ils quelque chose à cacher ?
DRULINGEN : La banque met neuf mois pour fournir une simple attestation
MULHOUSE : La démocratie, c’est l’affaire de tous…
NEUWILLER-LÈS-SAVERNE : Guerre entre les « Bengele » et la commune
DANS NOS ASSIETTES : La scandaleuse irradiation de nos aliments !
SARREBOURG : La grève irresponsable des facteurs de Sarrebourg
KIRCHHEIM : Des voitures plein le village
Thal Marmoutier a un incroyable « thalent »
AUTOMOBILE : Emile MATHIS : un Alsacien d’exception
Rencontre avec Christian Troadec, futur Président de la République ?
MUNICIPALITÉ DE SCHILTIGHEIM : Un maire jaloux du succès de ses adjoints ?
BRUMATH : Il se fait voler les roues de sa voiture durant une rencontre de football
HOCHFELDEN : Pas de cabinets dans le cabinet
BERRWILLER : Journée citoyenne
BUTTEN : À la rue parce que son ex-épouse n’a pas tenu parole
ASSOCIATION : « Le Cœur au Mali »
La Fourmi, Optim’Home, Capi France, 3 %.Com, etc. Agence immobilière traditionnelle ou agent commercial ? Ce qu’il faut absolument savoir !

Y’a le printemps… Qui chante !

Bonjour les coins-coins, et les coas-coas,

Que voilà, dans notre bel Est de l’Hexagone, une délicieuse entrée dans le renouveau printanier !
La météo est de la partie, on nous annonce une année « hannetons » (comme en principe tous les 4 ans), ça va donc bourdonner « grave » autour de nous. Bon, dans mon jardinet, le muguet a vraiment pris du retard, mais les cerisiers… ! Quelle belle promesse de plaisir des papilles, si bien sûr les Saints de glace ne nous jouent pas quelque vilain tour. Il ne semblerait d’ailleurs pas sain que les seins nous laissent de glace, si ceints sous le soleil. Zinzin, moi ? Oui je sais, je m’égare, c’est l’effet des beaux jours, et franchement, ça fait du bien !

Et puis, nous accueillons avec plaisir (?) la découverte d’une nouvelle race animale : le requin Bisounours ! C’est l’un des résultats de l’avancée fantastique et ultra rapide du progrès, de l’inventivité de l’homme, de la mondialisation, et de la sagesse populaire de citoyens du monde… sympatiquement décérébrés à leur insu.

On gamberge sous les parasols ? Le requin bisounours a une belle voix, dit de belles choses, est agréable à regarder, sent bon, donne envie de le caresser encore et encore, tant son pelage (ben oui, il n’a plus d’écailles !) est soyeux, veille sur nous, nous prouve qu’il va dans le bon sens, qu’il nous facilite la vie, et nous invite à le rejoindre dans son monde parfait, parce que nous en avons les possibilités, qu’il a besoin de nous à ses côtés, parce que nous sommes LA personne qui compte pour lui !

Le bisounours a bien d’autres qualités. Il flatte nos papilles gustatives, est équilibré, sain, joyeux, il veille sur nous, nous informe de tout ce qui peut nous aider à vivre mieux, heureux, longtemps, peut-être même éternellement!
À moins d’être aveugle, sourd, privé de goût et homme tronc, personne ne peut le rater !
Bon, ami lecteur, tu t’es fait une image ?

Dans ce TONIC de mai, on te propose un large tour d’horizon de l’effet « requin bisounours ». En lisant entre les lignes, tout cela peut être résumé en quelques mots : pouvoir, argent, liberté mal comprise, et en filigrane manipulation, intérêts personnels.
Le pari TONIC, c’est de montrer diverses facettes des événements, et des avis parfois divergents sur leur compréhension ! C’est le « Yin et le Yang », la double facette des choses, mais pour inciter à ne pas rester passif ! Un effort de mémoire, un zeste d’empathie, et le courage de ne pas se laisser aller à « avaler » n’importe quoi, voilà l’offre !

Le printemps qui chante, ce n’est pas celui de Prague, ni celui de Cloclo. Ne viens pas à la maison, mais sors, goûte la nature avec tes amis.
Et puis tiens, pourquoi ne pas tenter de réaliser une effroyable confiture de hanneton : il suffit de 2kg de hannetons frais, d’un kilo de sucre, et d’un trognon de pomme. J’avoue quand même que c’est un peu fastidieux d’épiler les hannetons à la pince, alors s’il y a un inventeur de génie qui peut trouver le truc pour faciliter la chose… !

Bonne lecture, et sortez couverts, mais juste… en bas, si le temps le permet !
Dominique ESCH

Tonic 190 - Avril 2015

Tonic 190 – Avril 2015

1 avril 2015 à 12:00 - Aucun commentaire

VOELLERDINGEN : Un père et ses enfants risquent de se retrouver à la rue… (suite) !
BATZENDORF : Une aire de jeux « très » mal placée
KESKASTEL : Le maire de la commune hors-la-loi ?
COMCOM DE GUEBWILLER ET ENVIRONS : Tri sélectif – Chasse aux mauvais trieurs
HOMBOURG : Un vent de nouveauté !
GOSSELMING : Ferme aux 30 000 poulets : un danger pour les habitants ?
SCHILLERSDORF : Attention… chien dangereux !
BILLET D’HUMEUR : Élections départementales…
MOMMENHEIM : Club canin le courant ne passe plus avec la commune…
ZITTERSHEIM : Une « salle » polyvalente à l’abandon depuis 20 ans
NIEDERBRONN-LES-BAINS : Ils consomment et partent sans payer
WANGENBOURG-ENGENTHAL : Trop c’est trop… le ras-le-bol des habitants de la rue Principale !
GUEBWILLER : Enfin une ouverture au tourisme !
CRASTATT : Le secret « des tas »
FURCHHAUSEN : Délibération communale illégale, suite et… fin !
LA WALCK : Tonic : magazine d’utilité publique !
POLITIQUE : Régionalisme… et ailleurs, ça se passe comment ?
RÉGION (HOERDT) : 3,6 Millions d’euros d’amende pour « Alsace Lait »
WASSELONNE : L’égout et les couleurs…
LORQUIN : Deux homicides et deux suicides en moins d’une semaine
POLITIQUE : Richert et la pétition « Alsace, retrouve ta voix »

La grande marée et les vagues

Prospères, yop la boum !
C’est fait, on y a eu droit ! Et comme prévu, tout le monde a gagné : entendez par là les politiques et les fans aveugles, qui se laissent berner par des discours creux, parce que l’électeur moyen, lui… !
Les élections départementales ont eu lieu, poussées par la grande marée naturelle, dont les infos télé nous ont abreuvés. Elle est un peu salée, quand même, non ?
Nous avons été appelés à voter pour des représentants locaux, qui sont censés oeuvrer au mieux pour leur canton, et donc gérer et mettre en place le meilleur pour la population qu’ils représentent !
Le hic, c’est que les élus ne savent pas eux-mêmes dans quel cadre ils vont pouvoir agir. Pour mémoire, il y a très peu de temps, il était question de supprimer les départements !
Et l’os, c’est que les nouveaux élus sont toujours dans ce système bien français de partis, qui dirigent et donnent les ordres d’en haut ! Sur le plan local, chacun peut imaginer… !
Alors, la grosse vague, qu’elle soit bleu, bleu marine ou teintée de rose, ce n’est pas l’important pour le citoyen ! Les futurs rois ou reines posent leurs jalons pour construire, dès à présent, le tremplin qui va les mener au pouvoir suprême. C’est l’image de la mascarade à laquelle on nous a conviés. C’est une fois de plus affligeant, grotesque, et très dommageable pour une démocratie qui a pour devise « liberté, égalité, fraternité » !
Quant à l’écologie, au devenir de la planète, la teinte verdâtre semble plus que saumâtre ! Sans aucun catastrophisme, c’est désespérant : c’est bien sur le plan local qu’on peut influer sur les conduites à tenir, à la condition évidente que les pressions d’un pouvoir central ou les intérêts personnels soient bridés ! Mais ça… c’est une autre histoire !
Pour feu l’Alsace, le constat est le même : la vision de l’avenir est à sens unique, à savoir le pouvoir et les ambitions personnelles. Sans généraliser, il faut reconnaître que la « caste » politique se donne vraiment tous les moyens pour protéger un statut de privilégié, en enfumant le citoyen lambda.
Et pour toutes ces raisons, nos élus anciens avec leur barbe centenaire, et les nouveaux, qui risquent fort de déteindre, devraient veiller à ne pas trop pousser le bouchon : prospères, ça pourrait bien devenir « Hopla, badaboum » !
La bonne nouvelle, c’est le printemps qui prend de l’avance.
De tous les côtés, ça bourdonne, ça bourgeonne, ça fleurit, ça pousse. Déjà les tenues s’allègent. à la campagne on retrouve ses voisins pour échanger sans se les cailler, en ville les terrasses font leur apparition, tout cela pour des moments de convivialité ô combien importants !
Alors, gageons qu’avec un peu de bonne volonté, les problèmes de voisinage pourront se résoudre à l’amiable, en mettant un peu d’eau dans son vin de chaque côté.
C’est une expression ! N’allez pas noyer votre Gewürtz grand cru !
Le courrier des lecteurs et la page TONIC sur facebook sont toujours à disposition pour vos réactions et commentaires. On se retrouve en mai, avec des surprises Tonictruantes !
Toute l’équipe de TONIC Magazine vous souhaite de sympathiques fêtes de Pâques, plein de soleil pour ce printemps attendu, et une pêche sans failles pour atteindre votre nirvana !

Dominique ESCH

Tonic 189 - Mars 2015

Tonic 189 – Mars 2015

1 mars 2015 à 12:00 - Aucun commentaire

WINGEN SUR MODER : La cliente est prise d’une envie pressante… on lui tend un seau pour qu’elle puisse faire pipi !
CLEEBOURG/BREMMELBACH : Une année entière sans assurance automobile
Mulhouse : Élections cantonales à Mulhouse : règlements de comptes ?
GRANDE RÉGION : Philippe Richert : comme une girouette sur le clocher d’une église…
OBERSTINZEL : Le rôdeur bientôt dans le piège à loup ?
INGWILLER : Une femme de ménage réduite en esclave moderne
STATIONS DE SKI / SECURITE : Les Français toujours aussi mauvais !
PAYS DE BITCHE : Une fosse à viscères en pleine forêt
WASSELONNE : Locataire indélicate : la loi n’est pas respectée
RÉGION INGWILLER : Actes d’incivilité
SARRALTROFF : Qui est le vrai père de Carine* ?
MULHOUSE – QUARTIER DROUOT : 127 jours sans eau chaude, ni chauffage…
Interview « vérité » : Charles Buttner, Président du Conseil Général du Haut-Rhin
Les médicaments génériques : Le saviez-vous, la Sécu écrit aux allergiques et aux récalcitrants !
MEISENTHAL : Droit de passage : le facteur et les porteurs de publicités doivent rester dehors !
SURBOURG : Une justice pas trop juste
Haguenau ET ENVIRONS – ESCROQUERIE : Mais où est donc passé le promoteur ?
WEITERSWILLER : Des bijoux de marque pas plus solides que du toc !
POLITIQUE : La Fédération Démocratique Alsacienne – Heimatbund
SARRE-UNION : Profanation du cimetière juif : et si le « vrai » fautif était l’école ?
Conférence mondiale sur le climat : La dernière chance ?

On va s’aimer !

Chers amis Toniciens,
C’est une vision subliminale de notre Gilbert Montagné national, qui, dans sa légendaire clairvoyance, nous l’affirme, et bien en rythme !
C’est le mois de mars, le renouveau, les fleurs, les habits des dames et demoiselles qui se raccourcissent, les journées qui se rallongent, en bref, le printemps qui approche, porteur de tous les espoirs.
Bon, on risque quelques giboulées, mais tant que ça ne ressemble pas au printemps de Prague, avec toutes les conséquences que celui-ci a eues, il n’y a aucune raison de ne pas être optimiste !
D’abord, il y a des élections qui approchent, c’est toujours l’occasion de se marrer un bon coup, et de se retrouver dans un esprit de France (pardon, franche) camaraderie ! Et, comme à l’accoutumée, tout le monde aura gagné, donc, toutes les raisons d’espérer que le mieux-vivre arrive !
Ensuite, rappelons-nous les sinistres annonces de fin du monde dont on nous a fait un fromage ! Je connais un parfumeur qui s’en marre encore !
En tous cas, ça prouve bien que nous pouvons continuer à dormir sur nos deux oreilles. Il y a bien quelques gâcheurs qui vont nous faire le coup de « Anne, sœur Anne, ne vois-tu rien venir ? ». Il est minuit, braves gens, dormez en paix, le guetteur veille !
Enfin, si on n’arrive pas à s’aimer assez vite, il est toléré de se bouffer un peu le nez entre nous. Et, là, au fil des pages de ce TONIC de mars, vous allez découvrir du nez à bouffer, parce que, mine de rien, des « Pinocchio » au très long nez, il y en a de quoi se faire une belle indigestion ! Au local, au régional, au national et à l’international, on ne sait plus où donner de la mandibule !
Sous les étoiles, sur les oreillers, ou dans les parkings, sur Internet, on va s’aimer. Une gigantesque partouze ! Et pour les prudes ou les non amateurs, il y a aura aussi à boire et à manger !
Alors mangeons, buvons, …et tout et tout, mais ne traînons pas trop, des fois que la sauce qu’on nous mijote depuis fort longtemps viendrait à tourner !
Bonne lecture.

Dominique ESCH

Tonic 188 - Février 2015

Tonic 188 – Février 2015

1 février 2015 à 12:00 - Aucun commentaire

DIEDENDORF : Un dû de 3,29 euros… il peut le régler en plusieurs fois !
GRANDFONTAINE : Vœux du nouvel an : le maire tient des propos idiots
Disparitions de chats : Voellerdingen / L’horreur à Grandfontaine
COLMAR : Divorce – les enfants, victimes collatérales
WINGEN-SUR-MODER : « Les autres voix »… un blog pour lâches !
SARREBOURG : Dans la misère parce-que son (riche) ex-époux ne lui verse pas les 100 000 euros qu’il lui doit !
STEINBOURG : Au lieu de regarder la paille qui est dans mon œil, regarde plutôt la poutre qui est dans ma voiture !
SARRE-UNION : Il se fait arnaquer par sa caisse d’assurance maladie
HAGUENAU : Un médicament… deux prix !
RENCONTRE avec Athis Belkis : Une femme de tête et de cœur
FURCHHAUSEN : Le tribunal administratif annule une délibération communale illégale
BITCHE : Vingt ans après, jour pour jour, le permis s’envole
INGWILLER : Rencontres culturelles ou cultuelles… les voisins en ont marre du bruit !
HAGUENAU : Locataire indélicate : La confiance bafouée
Bollwiller : Jean-Luc Ginder : Trahi mais plus déterminé que jamais
SARRALTROFF : Le coffre-fort était vide !
OBERSCHAEFFOLSHEIM – LINGENHELD : Maurix, un irréductible gaulois, résiste encore et toujours à l’envahisseur
SCHIRRHEIN : Pas de chance avec les garagistes

DOSSIER : L’épouvantable affaire Charlie : Comment comprendre, comment réagir ?

La roue tourne, vite … !  Mais dans quel sens ?

Bonjour Ami Tonicien,
Une année 2015 qui a démarré sur les chapeaux de roues !
Alors avant d’en arriver aux sujets graves, qui peuvent fâcher, une très bonne nouvelle pour TONIC : Claude SCHAEFFER se remet de ses douloureux ennuis de santé, et rejoint dès ce mois notre équipe de rédaction ! Une approche de sujets de proximité, qui non seulement ravira ses nombreux fans, mais complètera la pépinière de journalistes, graphistes et collaborateurs à divers titres qui veillent à vous informer et à vous divertir chaque mois.
L’année 2015 se présente effectivement comme une année charnière :
Elle débute par un énorme coup de poing pour la France, pour l’expression libre, pour se poser aussi des questions sur le social, sur la (les) morale(s), en Occident, et sur les effets très pervers que peut entrainer la mondialisation !
TONIC vous invite, dans un dossier ouvert consacré à CHARLIE, à découvrir, en dehors des faits d’actualité, les dessous, les tenants et les aboutissants possibles ou probables de ce coup de semonce ! Le tout avec les visions d’illustrateurs régionaux, cela va de soi !
Et tant qu’à faire, l’occasion est belle de faire le lien, en fonction de l’opinion publique, avec des sujets qui nous touchent de façon plus régionale, et plus locale ! Quelle différence, sauf l’ampleur, entre des élus locaux qui trahissent leurs promesses, des gouvernants qui n’ont aucun souci du bien être de leur peuple ? Quelles armes nous reste-t-il face aux pouvoirs d’argent, aux pressions de groupuscules certains de détenir la seule vérité vraie ?
Du nord au sud de l’Alsace, de la Moselle, de la Lorraine toute entière, de la France, de l’Europe, et du monde entier, une écrasante majorité attend de pouvoir vivre de façon décente, en bonne harmonie avec ses voisins, sans dépendre de décisions sans concertation, et, au moins aussi grave, d’actes terroristes destinés à museler l’individu !
De mon foyer à ma rue, à mon quartier, à mon village ou ma ville, j’ai ce même problème : comment avancer positivement ? Une solution : écouter, comprendre, analyser sans être naïf, et entreprendre le dialogue. Quant au compromis, il est indispensable, mais pas à n’importe quel prix !
Les seules armes efficaces : l’éducation, la réflexion, la recherche d’informations plurielles, la liberté de pouvoir s’exprimer (sans raconter n’importe quoi par opportunisme – n’est-ce-pas Dieudonné !?)
En France, on a ça avec entre autres Charlie-Hebdo, qui va peut-être un peu trop loin par moments, mais qui fait balance avec les médias à pensée unique ou partisane ! Et pour ça, en Alsace – Lorraine, on sait de quoi on parle !
Ami Tonicien, l’esprit Charlie, ça se garde, ça s’entretient ! Si chacun admettait cela, Charlie serait moins mordant, et le monde vivrait en paix !
Bonne lecture, et bon amusement !
Dominique ESCH

Tonic 187 - Janvier 2015

Tonic 187 – Janvier 2015

1 janvier 2015 à 12:00 - Aucun commentaire

INGWILLER : Des administrés classés en castes ?
SAVERNE : Le MICMAC rouvre ses portes
Soultz : Pagaille et cafouillage
Pêche : Les pêcheurs du 67 sont-ils des pigeons ?
WASSELONNE : Popol, de l’autre côté du miroir
SAVERNE – MARMOUTIER – WASSELONNE : CH€KEO : L’arnaque ?
ESCHBOURG GRAUFTHAL : Un maire face à des administrés en révolte !
Soultz : Thierenbach – Le silence ou la vie !
Guebwiller : La Poste : Automatiquement vôtre !
ROPPEVILLER : Excès de zèle d’un élu !
Golf de la Sommerau : Un condensé de démocratie bafouée
Du concordat à la laïcité !
HERRLISHEIM :
Un jeune mis à la rue !
TEST A NE SURTOUT PAS FAIRE !
DOSSIER : CE QUI VA CHANGER EN 2015 ?

La trêve des confiseurs !

Bonjour amis Toniciens et Toniciennes,
Depuis les remous de la fin du 19ème siècle, soit au moment des âpres discussions de création d’un gouvernement sous la 3ème république, il est de tradition dans les faits d’instaurer une trêve dans le monde politique : pendant les fêtes de fin d’année, une entente tacite se fait pour que les habituelles attaques verbales et autres coups fourrés n’aient pas lieu pendant cette période. Ainsi, les confiseurs avaient tout loisir de faire d’excellentes affaires en vendant leur production (d’où le nom de trêve des confiseurs).
Quelle bonne idée ! Qui nous offre l’occasion de faire un premier vœu : pourquoi ne pas étendre cette période de répit à toute l’année ? Ceci permettrait déjà à nos élus de penser à autre chose qu’à leurs ambitions personnelles, leur libérant ainsi un temps à utiliser pour leur tâche première, s’occuper d’améliorer les conditions de vie de leurs administrés !
Pour ce premier numéro TONIC de l’année, l’équipe entière estime qu’il y aura bien assez de matière quotidienne pour tous les médias, afin de mettre le doigt, ou de jeter un œil, là ou cela s’avère nécessaire !
C’est pourquoi nos vœux vont aller à chacun, avec une pensée collective !
Que nous ayons tous en général, et chacun en particulier, le souci de penser « avenir » :
En refusant de nous laisser piéger par l’appât de gains immédiats et faciles !
En refusant de plier l’échine devant un prétendu ordre social et mondialiste qui nous impose des absurdités !
En refusant de nous laisser avachir par des idées toutes faites, qu’on nous serine en tous endroits et sur tous les tons (en termes clairs, que nous ayons la lucidité de ne pas avaler n’importe quoi) !
En pensant à l’avenir de notre planète, et de nos enfants : il nous reste très peu de temps avant de payer une note qui ne va pas se chiffrer en argent, mais en disparition rapide du genre humain. L’irréversible est déjà en route dans certaines parties de la planète, et nous n’aurons de répit qu’en modifiant radicalement nos modes de pensée, de vie, et en sanctionnant sévèrement les ambitions d’accumulation de richesse et de pouvoir de certains !
En ajoutant à ce changement de comportement de chacun un sourire à chaque rencontre, une bonne dose de rire quotidien, et l’empathie nécessaire à la vie en société, nos vœux de santé et de bonheur trouveront forcément le terrain le plus favorable !

BONNE ANNÉE 2015 !
Dominique ESCH

Tonic 186 - Décembre 2014

Tonic 186 – Décembre 2014

1 décembre 2014 à 12:00 - Aucun commentaire

Hand Ball Club – Soultz Kutzenhausen : Putsch réussi
Wasselonne : Plus près de toi Seigneur
Portrait – Haguenau : Passion, précision et minutie !
Hommarting : Un drôle de voisin !
Haguenau – Marienthal : Translux, le luxe de se faire transporter !
Betschdorf : Les poubelles de la discorde ! (suite)
Schoenbourg : Le temps des corbeaux ? / Rectificatif
Fusion des régions : Et l’Alsace dans tout ça ?
Wasselonne : L’Alliance Française et les Editions du Bastberg à la bibliothèque
Guebwiller/Bollwiller : Vive le commerce de proximité !
Strasbourg : La Police se met à table ?
Saint Louis – Hofmuhl : Du rififi à l’ouest du canal de la Marne au Rhin
Guebwiller : Il y en a qui sont gonflés !
Saverne : Garage Ford/Roser – On brasse du vent !
Plobsheim : Turbulences au plan d’eau
Fusion des regions : Acte final ? Pour une Alsace autonome et fière d’être française

La roue tourne… mais dans quel sens ?

Bonjour, Ami lecteur Tonic,
Dans un peu moins de trente jours, une nouvelle année à clore, qui fera partie de notre vécu !
Et pour chacun(e), des espoirs réalisés ou déçus, des illusions perdues ou des projets qui ont muri.
Des promesses aussi, que l’on nous a faites ou que chacun fait, tenues ou pas ! Et on va remettre ça pour l’année à venir ? Forcément : il y a les aléas de la vie quotidienne, les conditions météo, les tracasseries administratives, et puis ce vague sentiment d’impuissance face à l’avenir !
C’est un peu douloureux à admettre, mais on le fait tous : promis, j’arrête de…, je me mets sérieusement à…, j’ai décidé de…, ou encore (le plus courant), je vais tenter ma chance au jeu, je vais y aller direct pour… ! Et on a forcément des remords, des rancœurs, des sentiments de haine, pour chercher des boucs émissaires, se faire entendre, hurler sa colère !
Et si, en se posant un peu, on essayait vraiment de faire avancer les choses ? La télé, ça défoule, on est d’accord ! La presse, ça nous tient informés ! La pub, ça nous permet de faire de bonnes affaires ! La radio pour me tenir compagnie, c’est cool ! Et chez moi, je m’arrange pour que tout soit clean. D’ailleurs, mon chien agite joyeusement sa queue dès qu’il me voit, et mon poisson rouge tourne tout content dans son bocal ! Pas utile de se prendre quelques secondes pour bien y réfléchir ?

Peut-être que si : En se laissant piéger par ce système tentaculaire, on ne rencontre plus grand monde, on n’a plus l’occasion de discuter, d’échanger des idées, d’écouter des points de vue autres que les siens, et donc de pouvoir réellement faire avancer les choses de façon positive.
Avec toute l’équipe Tonic, nous avons opté pour soumettre des informations à votre propre jugement, et à vous apporter aussi de bonnes nouvelles, et de l’humour, tout particulièrement pour ce mois de décembre !
Et pour préparer les bonnes résolutions pour l’année à venir, à chacun de se rendre compte que ce qui est dit dans les médias n’est pas une vérité absolue ! Pour avancer dans une vraie démocratie, il faut oser parler, écouter, échanger, et ensuite agir en respectant chaque opinion, ou mieux, en faisant chemin commun ! Et surtout, ne pas tricher !
Excellente lecture à chacun(e), partagez vos commentaires, et joyeuses fêtes à tous !

Dominique ESCH

Tonic 185 - Novembre 2014

Tonic 185 – Novembre 2014

1 novembre 2014 à 12:00 - Aucun commentaire

MULHOUSE : Qu’importe le flacon pourvu qu’il y ait l’image !!!
Ensisheim : Ne pas prendre les cigognes pour des pigeons
Médicaments inutilisés ou périmés : risques sérieux !
Société : Propriétaires et locataires : Méfiance réciproque !
HAGUENAU : Péri-scolarité et bilinguisme
PORTRAIT / HOMMAGE : Lotz Angels
MULHOUSE : Le bailleur Mulhouse Habitat : l’hécatombe ?
La coiffe de la protestation !
ESCHBOURG-GRAUFTHAL :
Tonic a de la mémoire !
MULHOUSE : La démocratie fait peur à l’état français
Billet d’humeur : Forum « Mulhouse, c’est vous ! »
WASSELONNE : Encore un giratoire qui ne tourne pas rond
DABO : Scandale de l’amiante ?
SCHOENBOURG : Internement psychiatrique d’office : L’ONF demande, le Maire signe !
SAVERNE – ANCIEN GARAGE FINA : Non respect de la propriété privée
NIEDERMODERN alias KRIEGERMODERN ?
Haguenau : Bye bye le bail !
DOSSIER : Nos buralistes aux abois !

C’est pas moi… c’est l’autre !

Bonjour, amie (sans e) lectrice (eur), … Allez, on opte pour amis Tonic’s,
Bousculer les traditions, c’est difficile, même sur un plan pratique. La preuve : comment admettre l’égalité de l’homme et de la femme, dans les moindres détails ? Il faut faire des choix, quitte à risquer les foudres des groupes de pression de tous bords (les Lobis en franglais, les Depfeleschisser en alsacien) !
Ces fameux lobis, sous prétexte de liberté de pensée et d’expression, sont en train de nous museler tous, en imposant de façon très démonstrative leur vision comme la seule vraie et sage ! Du coup, plus de débat réel, mais des déballages de mensonges, de contrevérités, appuyés par des campagnes médias avec force photos remodelées, vidéos truquées, fausses informations.
Un Lobi peut se définir comme un regroupement de personnes cherchant à influencer des décisions, qui vont s’appliquer à tous ceux qui doivent suivre la loi qui encadrera le sujet abordé, en privilégiant les intérêts privés de ce seul regroupement ! En termes plus clairs, tu fais ce qui m’arrange, j’ai de quoi te prouver mon pouvoir pour t’y forcer, et donc, tu la fermes !
En France, et donc en Alsace et en Moselle aussi, en dehors des traditionnels pouvoirs d’argent, nous avons aussi de sympathiques élus, qui, malgré les différences d’opinions, tirent à fond leur épingle du jeu ! Ils prennent des décisions pour leurs administrés, gèrent des budgets parfois colossaux, votent des lois qui les protègent, et mieux, s’octroient des privilèges qui, à l’origine trouble de la citoyenneté, faisaient tomber des têtes !
Quand je fais le ménage (mais oui, c’est même plutôt régulier), je commence par en haut pour qu’en bas, je puisse éliminer toute trace de saleté de la maison ! Et chez Tonic, nous sommes plutôt contents que le courrier des lecteurs prenne de plus en plus d’importance !
Le dossier « Fusion des régions » a fait des vagues, les choses bougent, mais pas en avalant n’importe quoi ! Que nos élus, qui ont été largement reniés lors de leur premier essai s’en souviennent !
Quand j’invite à déguster ma cuisine, je veille à ce que tous mes hôtes soient satisfaits, et je veille à respecter mon budget, je me vois mal demander une aide pour boucher les trous ! O K ?
Et même entre voisins, c’est si simple de se mettre à la place de l’autre avant de faire n’importe quoi ! Dès qu’on est deux, il y a un terrain d’entente à trouver !
Amis Tonic’s, nous nous rapprochons de chacun de vous par des articles qui vous concernent de façon très proche, et nous inaugurons avec plaisir une rubrique TONIC International qui explique en quoi chacun de nous est concerné.
Bonne lecture, bon amusement aussi, et à vos claviers ou plumes pour le courrier des lecteurs !

Dominique ESCH

Tonic 184 - Octobre 2014

Tonic 184 – Octobre 2014

1 octobre 2014 à 12:00 - Aucun commentaire

Oberhoffen-les-Wissembourg : Une cueillette de champignons qui coûte cher !
Pays de « La Petite Pierre » : Des routes sécurisées ?
Strasbourg : Le Centre de Plongée Alsace
Horreur à Strasbourg : Plus de 3500 morts !
Reichshoffen : Concertation indélicate : Les habitants se mobilisent
Mulhouse : Demain c’est maintenant !!!
Portrait : Bazar Michel
Dénonciation civique : Pollution à Schweighouse-sur-Moder
Guebwiller a tout pour plaire et pourtant !…
EDF : Vous nous devez des pénalités de retard !
Wittenheim : Maisons de retraite, attention danger !
Wasselonne : Le petit train sifflera trois fois… ou pas
Saverne : Etonnant changement de règlement au Martelberg
Immobilier ancien : C’EST LA CRISE… de confiance
DOSSIER : Grande région : Paroles d’élus… et analyses

‘‘Alslochampard’’, ça vous dit ?

Bonjour Ami lecteur,
La rentrée, c’est déjà du passé, du trépassé même pour certains.
Le Recteur de l’Académie de Strasbourg monte au front, les parents d’élèves aussi. Et pas mal d’élus, les Maires en particulier, se font entendre. Quant aux élèves, certains vont raccourcir considérablement leur temps de dodo ! Il ne s’agit pas que de fissures dans les murs de divers établissements.
Beaucoup d’entre nous constatent, tant en Alsace – Moselle que sur tout le territoire français (ailleurs aussi), qu’une décision politique peut avoir de très lourdes conséquences, tant pour les budgets que pour le niveau ou les conditions de vie, pour toutes les familles, et tout un chacun !
Alors Tonic s’est largement penché sur le dossier du redécoupage des régions (13, 14, on ne sait pas !), en posant bien entendu des questions précises aux représentants du peuple, mais aussi en interrogeant le simple passant sur ce qu’il en pense !
Cela n’a rien d’un sondage, mais force est de constater qu’à pratiquement tous les niveaux, on est choqué ! Rien que pour moi, je m’imagine une élection de Miss France avec 13 candidates seulement, (oh le carnage en pré sélections !), alors que rien que l’Alsace et la Lorraine ont déjà très largement représenté la France. Les autres nouvelles régions vont carrément nous haïr ! Oh les jaloux !
C’est en fait le risque encouru, si les choses devaient se faire comme prévu ! Un besoin forcené d’être le mieux servi, le plus fort, le plus beau, le plus puissant, tout cela orchestré par des technocrates, hommes de l’ombre, qui pensent chiffres, résultats et conservation du pouvoir !
Bien sûr que la révolte ne va pas que gronder, particulièrement en Alsace / Moselle, où nous n’avons pas que des acquis à protéger, mais aussi un passé commun, une façon d’aborder l’avenir, une /des cultures à conserver ! Les dictats jacobins ou autres, nous les avons déjà subis ! Et en cela, rien de spécialement revendicatif pour notre autonomie, une simple demande de logique, et de respect !
C’est en fait le souhait de chaque humain ! Se sentir exister, pouvoir s’épanouir, être aimé pour ce qu’il est, ou alors qu’on l’aide à s’améliorer ! Et cela n’a rien de naïf.
Et comme tout a un prix, il y a des règles à respecter ! Avec les collègues de travail, les voisins, les lois, les administrés, etc. Dans les premiers cas, cela s’appelle de la civilité et de l’empathie (se mettre à la place de l’autre) !
Dans le troisième cas, il s’agit de porter à la connaissance de son représentant l’objet de son mécontentement, et de le justifier par rapport à la loi et à la collectivité. Et là, plus précisément, il est possible que des responsables, (élus, employeurs, présidents d’associations ou décideurs de tous types), soient remis en cause !
Occuper ces fonctions, c’est un choix ! Quand Tonic Magazine parle d’une entreprise, d’un service public, d’un conseil municipal, d’un évènement qui trouble l’ordre public, ou qui occasionne de sérieux dommages à un privé, c’est qu’il n’y a pas de fumée sans feu, et que les vérifications d’usage ont été faites.
Pour les contestations, le droit de réponse est ouvert (espace raisonnable).
Et maintenant, rien que pour vous, je vais jouer les cobayes, en testant la nouvelle boisson régionale (à grande échelle s’entend !) : un cocktail « champagne 1/3, alcool de mirabelle 1/3, riesling 1/3, avec un petit ajout de Tonic, pour faire digérer. Ne me remerciez pas, c’est pour rendre service !
Bonne lecture, et construisez avec nous le TONIC Magazine que vous souhaitez !
Dominique ESCH

Tonic 183 - Septembre 2014

Tonic 183 – Septembre 2014

1 septembre 2014 à 12:00 - Aucun commentaire

Eschbourg – Graufthal : Guerre de tranchées ?
Mulhouse – Quartier Drouot : Centre socioculturel – Les vacances gâchées !
Enchenberg : Un panneau de limitation de vitesse qui ne sert à rien
Wasselonne : TSPO, étude de circulation, bois de chauffage et mensonges
Strasbourg : GUTENBERG souhaite le CALME !
Harskirchen : Sibar… la grande muette !
Sélestat : La police municipale fait du zèle
Dannelbourg : Enfants en péril !
Lobsann : «Bisstzang ou la tenaille» terrorise tout un quartier !
Schwindratzheim : Le scandale du péage
Reipertswiller : Une guerre entre paysans
Saverne : Vigilance orange… concert annulé
Portrait : Le Cirque Medrano… Sous le ciel du chapiteau
Monumental !… : «S’wurd endli daa» ou «le jour se lève enfin …»
Mertzwiller : Une amitié d’intérêt

Salut les rescapés de la noyade !

Entre Alsaciens, Lorrains et Champenois, on va pouvoir aborder une rentrée commune et détrempée ! « Aborder » n’est pas le vrai sens dans ce cas ! Nous avons fort heureusement évité les inondations et les énormes dégats, même si certains ont essuyé de très gros plâtres !
En fait, et à la réflexion, nous avons tous nos galères, même si les domaines sont variés : pour cet été au Nord Est, les campings, les piscines ouvertes, les terrasses, et autres, c’est la cata ! Par contre, les musées, les festivals, les vendeurs et fabricants de parapluies, pulls, préservatifs chauffants, et j’en passe, se frottent les mains.
Le monde est en fait si divers que, si chacun ne pense qu’à sa pomme, on va vraiment aller à reculons très vite : la sagesse semble nous dicter que pour penser à l’avenir, mieux vaut prévoir, penser à plusieurs, recueillir les avis, quitte à taper du poing sur la table pour accélérer les choses, mais jamais au détriment du « différent » qui n’est pas comme convenu, qui ne colle pas à l’imaginaire collectif. L’Histoire est toujours là pour nous le rappeler ! Et pour le coup, chacun est le seul responsable de ses propres oublis !
Et puis, l’Histoire, ce n’est pas la commémoration (même si elle est indispensable!), c’est s’appuyer sur des vécus, et en tirer des leçons pour le bien de l’humanité !
S’adapter, en fait, ce pourrait être le maître mot :
Notre bonne vieille terre n’a cessé d’être actrice et témoin de cela : des gaz aux minéraux, des végétaux au monde animal, chacun a fait (ou subi) ce qu’il fallait pour survivre et évoluer ou faire évoluer.
Et nous, humains, nous sommes nés de cela, et notre évolution nous a mené au point de pouvoir choisir entre tout détruire ou chercher l’harmonie !
Alors, ami lecteur, on s’y met quand tu veux, sans trop tarder quand même !

Notre rédacteur en chef, Claude Schaeffer, est « out » pour quelques temps, la crampe de l’écrivain lui joue des tours. Toute l’équipe lui avait pourtant signalé qu’écrire fatiguait aussi le poignet, en vain , semble-t-il ! Merci de vous associer à nous pour lui souhaiter prompte guérison !

L’esprit TONIC persiste cependant, et affirme bien fort ses principes :
– La loi du plus fort n’est pas toujours la meilleure !
– La démocratie mérite plus qu’une majorité, et ne saurait bafouer les droits d’une minorité !
– Vivre et évoluer ensemble, c’est avancer en s’écoutant, jamais en s’imposant !
– Tout ce que vous ne devez pas savoir (ou presque), doit pouvoir être contredit, dans l’intérêt partagé de la collectivité concernée.
– Le pouvoir, quelqu’il soit, n’offre ni abri, ni immunité.
– L’humour, la bonne humeur, l’envie de partage, l’empathie, font plus avancer l’humanité que les armes, les menaces, les procès !

Alors, ami lecteur, les pages destinées à ton courrier vont s’ouvrir très largement.
Ton avis, tes objections, tes craintes, partage-les ! Et, en retour, accepte les arguments d’une opposition ! En supprimant la mauvaise foi, les silences coupables ou interprétables comme tel, tu vas aider tout le monde à avancer ! Et la région élargie, ce n’est qu’un poisson dans l’océan. Alsaciens, Champenois, Lorrains, … et indigènes du Raslebolkistan oriental, même combat !

Avec ce numéro de rentrée, on t’invite à l’optimisme, et à méditer cet effroyable truc :
« Le cœur a ses raisons que la raison ne connait pas. »
Conseil d’approche : ouvre ton cœur à la raison, et raisonne avec cœur !
Avec toute l’équipe TONIC, bonne lecture, bonne rentrée, et … positive, c’est meilleur pour la santé !

Dominique ESCH

Tonic 182 - Juillet-août 2014

Tonic 182 – Juillet-août 2014

1 juillet 2014 à 12:00 - Aucun commentaire

Sparsbach : Après le vol d’une voiture : l’assurance refuse toute indemnisation
La Wantzenau : Une ville où il fait bon vivre mais dans laquelle il faut surtout ne pas mourir !
Wasselonne : Sibar et élus : intétêts mélangés ?
Betschdorf : Des poubelles sur le trottoir toute l’année… et personne ne bouge !
Petit Réderching : Le maire leur refuse leur droit de vote !
Lorentzen : Victime du « deux poids deux mesures »… un apiculteur doit enlever son rucher !
Bouxwiller : Une auto-école à éviter ?
Mulhouse : Centre Socioculturel Drouot : La laiterie, le beurre, l’argent du beurre et la crémière ?
Bining : Des voisins qui se permettent tout
Sessenheim : Appartement insalubre et dangereux (suite)
Le gaspillage alimentaire : Ce que nos grandes surfaces jettent
Deux entreprises alsaciennes engagées dans la même course, pilote et co-pilote : Cinqplus Seb = … 24
Dossenheim sur Zinsel : La nouvelle réforme scolaire enchante-t-elle les parents ?
Rottelsheim : Quatre rendez-vous et 9 mois après on lui fait enfin sa ponction
4 PAGES JEUX
DOSSIER : La maladie de Lyme


Merci, l’équipe de France !

Les premiers matches de l’équipe de France, lors du Mondial de football 2014 au Brésil, nous ont montré qu’une équipe unie, ayant pour objectif une mission collective, un même et identique but, peut fédérer dans son sillage une majorité de Français.
Bien sûr, rien n’est possible sans un bon entraîneur, un coach qui sait dénicher, pour occuper chacun des postes sur l’échiquier du terrain vert, les meilleurs joueurs et leurs remplaçants.
Le sélectionneur échafaude un plan, fixe le but minimum à atteindre et adapte une tactique conséquente afin d’atteindre l’objectif avoué. Il doit se faire respecter, persuader ses joueurs que son idée est la meilleurs, veiller à une bonne entente au sein de son groupe, mais doit aussi savoir punir lorsque certaines situations et circonstances le lui imposent.
L’équipe de France de football vient d’accéder aux quarts de finale de la coupe du monde. L’objectif premier a donc été atteint qui plus est avec des qualités et des vertus qui lui faisaient cruellement défaut ces dernières années.
Et voilà que (presque) la France entière se met à soutenir cette équipe dans laquelle chaque individu, qu’il soit titulaire indispensable ou remplaçant, a su rester humble et modeste malgré les victoires qui ont propulsé cette équipe, en moins de trois semaines, parmi les meilleures du monde.
L’équipe de France a su sortir du marasme et de la dépression une population française qui n’a plus le moral au beau fixe depuis longtemps. Les Français applaudissent, les Français chantent, les Français fêtent…

Lorsque les premiers lecteurs de Tonic Magazine liront ces quelques lignes, l’équipe de France de football sera peut-être déjà de retour dans l’Hexagone – puisque battue, le 04 juillet dernier, par le onze allemand. Un moindre mal, car l’objectif réel de cette jeune équipe est d’être fin prêt pour le prochain championnat d’Europe des nations de football 2016… et elle est sur la bonne voie ! – sinon, elle est toujours en lice… et la majorité des Français sur un nuage !

Peu importe à quelle place finira cette équipe, elle aura su redonner à tout un pays des raisons d’y croire. Elle a prouvé que l’on peut accéder vers les sommets à une seule condition : que chacun tire sur le même bout de la corde, en s’attachant à la tâche avec acharnement, enthousiasme et honnêteté… de quoi se faire apprécier par tout un peuple !

Dommage que nos hommes politiques, ceux qui nous gouvernent, ne soient pas imprégnés de toutes ces vertus ! Et heureusement qu’ils ne jouent pas au football car, chacun d’entre eux, serait alors continuellement… hors jeu !

Allez les bleus… allez la France !

Claude Schaeffer

Toute l’équipe de Tonic Magazine vous souhaite de très bonnes vacances et vous donne rendez-vous en septembre.

Tonic 181 - Juin 2014

Tonic 181 – Juin 2014

1 juin 2014 à 12:00 - Aucun commentaire

Rexingen : La nonchalance du personnel soignant transforme l’unité de soins paliatifs en mouroir !
Wasselonne : Le parking du collège a-t-il été construit à l’envers ?
Sarre-Union : On leur a empoisonné, mutilé ou tué tous leurs chats
Portrait : Nicolas Clauss, artiste plasticien… Terres arbitraires
Kilstett : Le maire fait poser des barrières sur des chemins communaux
Rencontre : Le troisième sexe… Etre homosexuel !
Ingwiller : Victime d’un accident… l’assurance tarde à lui verser son indemnisation !
Fusion des régions : Une occasion pour Philippe Richert de redevenir ministre ?
Mulhouse : Nouveau Drouot Mulhouse état d’urgence!…L’abandon ?
Voellerdingen : Bail volontairement égaré ?… Un père et ses enfants risquent de se retrouver à la rue !
Baerenthal : Camping municipal : la commune n’a aucune compassion pour une dame de 84 ans !
Strasbourg : Quel soutien du conseil général !
Petit Réderching / Rohrbach-les-Bitche : On lui vole sa tronçonneuse… il se fait justice lui-même !
DOSSIER : Les bienfaits et les dangers du soleil
CAHIER CENTRAL : Coupe du monde football – Brésil 2014

Dégoûté !

Une fois de plus, le Racing club de Strasbourg Alsace a été la risée du football français, même si dans l’Hexagone, la majorité des supporters des équipes de ligue 1 ou de la ligue 2 ne se souvient plus, ou ne sait même pas que le RCSA a, lui aussi un jour, joué à ces niveaux.
D’ailleurs, profitons ici pour féliciter notre voisin mosellan, le FC Metz, qui vient d’accéder à l’élite du football français après une saison exemplaire. Espérons aussi que la fusion des régions se fasse très, très vite… au moins aurons-nous alors une grande équipe à soutenir au plus haut niveau.
Huit matchs gagnés sur trente-quatre joués ! Les supporters strasbourgeois n’avaient pas une masse d’occasions cette saison pour exulter après une victoire dans une Meinau où les sifflets accompagnaient la plupart du temps les joueurs à leur sortie du terrain.
« Nous ne sommes pas onze mais des milliers… » fut l’adage du Racing cette année ! Une fois de plus, des milliers ont à nouveau répondu présent à chaque match alors que c’étaient les onze qui étaient inscrits aux abonnés absents.
Et, quelle ambiance, à chaque match dans ce stade où les supporters n’attendent que de vibrer. Des affluences dignes d’une ligue 1 dans les gradins de la Meinau et des chèvres juste assez bonnes pour brouter le gazon de la pelouse ! Si une « équipe » mérite bien de retrouver un jour la ligue 1 ce sont bien les supporters et certainement pas celle des joueurs actuels ! Car, lorsqu’on gagne quelques milliers d’euros pour faire 1h30 d’entrainement par jour et pour courir après un ballon durant 90 minutes une fois par semaine, lorsqu’on se prend pour des stars, il faudrait au moins – par respect pour ceux qui travaillent toute la semaine et qui dépensent une somme conséquente de leur salaire pour aller les supporter – descendre du terrain avec un maillot mouillé et la certitude qu’on a tout donné pour offrir un moment de plaisir aux milliers de personnes présentes dans les tribunes.
La faute aux joueurs, la faute à l’entraîneur remplacé, la faute aussi aux dirigeants et à ceux qui gèrent ce club dans l’ombre et qui, faute d’avoir voulu céder un jour le Racing à un financier qui n’aurait jamais fait pire, sont aujourd’hui obligés de nager dans les eaux troubles du CFA.
Quel gâchis !
Et si la solution était de jeter dehors tous ces amateurs de dirigeants alsaciens qui essayent de gérer ce club depuis des années et qui n’y arrivent pas ? En vérité, le Racing aux Alsaciens, c’est un Racing qui végètera à jamais dans les terres du football amateur.
Le vrai supporter des bleus n’en peut être que dégoûté !

Heureusement il y a la coupe du monde pour mettre un peu de baume au cœur des footeux et leur faire oublier la saison catastrophique du Racing club de Strasbourg.
Et puis, la saison prochaine, ils seront à nouveau des milliers… espérons que les onze sur le terrain sauront enfin mouiller leur maillot !

Toute l’équipe de Tonic magazine vous souhaite une très bonne lecture de ce nouveau numéro !

Tonic 180 - Mai 2014

Tonic 180 – Mai 2014

1 mai 2014 à 12:00 - Aucun commentaire

Biesheim : Pourquoi le Maire (enfin l’ancien) a-t-il voulu s’approprier le club de karting ?
Haguenau : L’enfer du parc des Berges de la Moder
Mulhouse : Centre socioculturel Drouot… la suite !
Bitche : Sa mère lui demande de partir… parce qu’il ressemble trop à son père !
Télévision : Ne m’appelez plus jamais France… 3 Alsace !
Portrait : Robert Montanaro : sculpteur/peintre
Bust : Une salle multi activités en plein milieu du village ?
Hattmatt : Où est passé le matériel du comité des fêtes ?
Wasselonne : Un carrefour giratoire… inutile ?
Sarre-Union : Le coût d’un report
Mertzwiller : Travaux de réhabilitation achevés… et voila que des moisissures apparaissent !
Cernay : Pour quelle raison le maire veut-il démolir le presbytère ?
Mackwiller : Il est obligé de payer la redevance d’assainissement alors qu’il n’est même pas branché au réseau !
Sarrebourg : Une facture de 507,00 euros… alors qu’elle voulait seulement faire changer une lampe défaillante !
Ca s’est passé en avril
DOSSIER : Que faire de ses animaux de compagnie pendant les vacances ?

Vivent les fusions de régions !

Nos arrières-arrière-grands-pères ont combattu au coude à coude dans les tranchées durant la Première Guerre mondiale. Nos arrière-grands-pères ont été, d’un côté comme de l’autre, incorporés de force dans la Wehrmacht, et nos grands-pères respectifs ont, quant à eux, foulé les sables chauds de Batna, de Biskra, de Touggourt ou d’une autre ville du Sahara algérien où des fellagas leur tendaient des embuscades meurtrières.
Nos ancêtres communs sont… les Gaulois ! Notre pays est… la France et notre hymne national est… La Marseillaise ! À l’école nous avons suivi les mêmes cours, nous avons les mêmes coutumes, nous parlons la même langue et chacun possède un patois qui se ressemble tellement que, lorsque l’un dresse un peu l’oreille, l’autre est capable de se faire comprendre.
Nous avons du schnaps ?… eux aussi ! Ils ont leur potée ?… nous également ! Nous avons du Riesling ?… eux ont les Côtes de Toul ! Nous avons des quetsches ?… eux ont les mirabelles !
Finalement, à y regarder de près, il n’y a vraiment pas de différence entre les uns et les autres, si ce n’est leur gentilé puisqu’on appelle les uns… les Alsaciens, et les autres… les Lorrains !
Que nous le voulions ou non, de par notre histoire commune et de par notre vécu commun… nous sommes frères de sang !
Pourquoi certains voudraient-ils alors, sous couvert d’une prétendue « identité régionale », nous monter les uns contre les autres, au moment où l’on parle de fusions entre régions ?
Dans la période actuelle, où les Français doivent « fermer leur gueule » lorsqu’il s’agit d’accueillir n’importe quel étranger qui vient étoffer notre patchwork identitaire français… cela peut paraître étrange !
Qu’avons-nous donc, nous les Alsaciens et les Lorrains lambda, à perdre le jour où nos régions fusionneront ?… Rien !
Bien au contraire ! Nous pourrions unir nos connaissances, nos compétences et notre goût du travail pour former une région française frontalière avec 4 pays européens : La Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne et la Suisse. Une situation géographique ouverte sur des marchés de la communauté européenne que toutes les autres régions françaises nous envieraient.
Les seuls perdants dans cette affaire seraient, à n’en pas douter, certains hommes politiques départementaux et régionaux ainsi que les vassaux accrochés, comme des sangsues, à leurs baskets. Lesquels ?… Ceux-là mêmes qui, dans les prochains temps, porteront à grand bruit que cette union, nous plongera dans les abysses du jacobinisme. Ces individus, par leur braillement et leurs gesticulations, seront donc aisément reconnaissables alors que leur seul souci et leur unique objectif est de pouvoir garder leur « bonne planque » ainsi que le portefeuille qui va avec.

Une chose est certaine, c’est l’union qui fait la force ! Quant à l’identité régionale, elle n’est pas prête à se perdre. Que les peureux se rassurent. Il est déjà certain que, même sans « frontières » un Lorrain ne sera jamais Alsacien et un Alsacien ne sera jamais Lorrain. Alors, n’ayons pas peur d’avancer main dans la main, comme jadis nos aïeux et… vivent les fusions de régions !

Toute l’équipe de Tonic Magazine vous souhaite une très bonne lecture de ce nouveau numéro.
Claude Schaeffer

Tonic 179 - Avril 2014

Tonic 179 – Avril 2014

1 avril 2014 à 12:00 - Aucun commentaire

Diemeringen : La cour de l’école interdite aux voitures des locataires
Rohrbach-lès-Bitche : Auncune reconnaissance pour Louis Niederberger, l’ancien maire décédé !
Hohfrankenheim : Un locataire bordélique et malhonnête
Oberhoffen-sur-Moder : Exposition d’Art… ou déchetterie sauvage ?
Mulhouse : 44 Jours en enfer !
Ingwiller : Elle vole les résidents de la maison de retraite et risque jusqu’à 12 années de prison ferme
Saverne : Une livraison qui tourne au vinaigre
J’ACCUZZI ! Lettre au president de la republique… et aux citoyens
Hommarting : Une décharge en plein village
Oberstinzel : Mais quel est donc ce drôle d’oiseau ?
Bettviller-Hoeling : Une portion de route à refaire
Wimmenau : La fausse modestie de Philippe Richert
Hochfelden : Des déchets dans la cour et dans la rue
DOSSIER : Le rhume des foins ou la rhinite allergique saisonnière
ça s’est passé en mars

Poisson d’avril !

Si je vous dis que, dans la nuit du 29 au 30 mars dernier, nous sommes passés de l’heure d’hiver à l’heure d’été… ce n’est pas un poisson d’avril ! Quoi, vous n’avez toujours pas changé l’heure ? Ben, il faut la reculer d’une heure alors. Poisson d’avril !… il faut l’avancer d’une heure !
Le 20 de ce mois nous fêterons Pâques. Ça, ce n’est pas une blague ! Mais que le lapin de Pâques ponde des œufs colorés… poisson d’avril ou pas ?

Mais d’où vient donc cette tradition du poisson d’avril ?
Si l’origine du poisson d’avril est controversée, l’hypothèse la plus courante le fait naître au 16ème siècle. En 1564, le roi Charles IX a décidé que l’année ne commencerait plus le 1er avril mais le 1er janvier. Un changement a également décalé les échanges de cadeaux et d’étrennes qui marquaient le passage à la nouvelle année. Pour semer le doute au sujet de la date réelle du nouvel an, certains ont persisté à offrir des présents en avril. Avec le temps, les petits cadeaux d’avril se sont transformés en cadeaux pour rire, en blagues, puis en stratagèmes pour piéger les autres.
Si les farces sont désormais connues sous le nom de « poisson d’avril », cela remonte là encore à ce cher 16ème siècle. Les cadeaux que l’on s’offrait en avril étaient souvent alimentaires. Cette date étant à la fin du carême, période durant laquelle la consommation de viande est interdite chez les chrétiens, le poisson était le présent le plus fréquent. Lorsque les blagues se développèrent, l’un des pièges les plus courants était l’offrande de faux poissons.

Pour respecter cette tradition, nous avons glissé, ce mois-ci, un « poisson d’avril » dans notre rubrique : Actualité !
À vous de retrouver l’article qui n’est que pure fiction, le papier qui a entièrement été brodé par notre imagination fantaisiste et qui peut vous faire gagner 6 mois d’abonnement à notre Magazine.
(voir règlement page 5).

D’avance nous nous excusons auprès de la commune, des institutions et des personnes qui pourraient se sentir concernées par cet article que nous devions rendre le plus crédible possible… poisson d’avril oblige !

Toute la rédaction de Tonic magazine vous souhaite une : bonne pèche, ainsi qu’une agréable lecture de ce nouveau numéro !
Claude Schaeffer

Tonic 178 - Mars 2014

Tonic 178 – Mars 2014

1 mars 2014 à 12:00 - 1 commentaire

Bouxwiller : Un riverain croule sous une avalanche de contraventions !
Zittersheim : Une guerre entre voisins se prépare !
Portrait : Pascal May / Disquaire « La Troccase »
Surbourg : Accusé à tort d’avoir volé du bois
Zimmersheim : Quand les banques se remplissent les poches sur le dos des plus vulnérables !
Sarrebourg : De l’argent pour l’hôpital ou pour le cinéma ?… La municipalité a fait son choix !
Haguenau : La lente descente aux enfers d’une policière municipale
Otterswiller : Municipales à Otterswiller : seppele pour la 7ème fois ?
Bischheim : Sweet home…burger !
Neuwiller-lès-Saverne : Après le mur de la honte, voici le jardin des soupirs !
Herbitzheim : Rouler son monde… La meilleur façon d’obtenir des terrains gratuits !
La Petite-Pierre : Affaire Cléone : des articles qui font des vagues
Pays de Bitche : Qui tient les rênes au Pays de Bitche ?
Marienthal : Haut lieu de piété… attention où vous mettez vos pieds !
Dossier spécial JO d’hiver : Storchy à Sotchi
DOSSIER : Les élections municipales 2014
ZOOM SUR… : L’osterputz, ou le fameux nettoyage de printemps

Le plus intéressant… c’est maintenant !

Dans quelques jours (le 23 et le 30 mars prochains) auront lieu les élections municipales et nous allons élire nos nouveaux conseillers municipaux qui, entre eux, choisiront le nouveau Maire qui gèrera, durant les six prochaines années (officiellement avec, mais souvent sans son équipe) les intérêts de sa commune. Presque toujours, les prétendants à ce poste se font connaître bien avant leur campagne électorale. Ce sont souvent des personnes qui, soit sont mécontentes du travail de celui en place et/ou convaincues qu’il faille du changement pour « ré-booster » la vie communale (c’est souvent le cas dans les petites communes) et ils s’y présentent avec un courage aussi énorme que leur conviction. Ou alors ils sont « maires sortants » et se sentant bien à leur place n’ont pas trop envie d’en bouger… ou, ce sont des individus qui ont fait de la politique leur métier – dans lequel cas l’intérêt dépasse la plupart du temps le simple « bien-être » de leurs concitoyens (le prétexte incontournable pour ces gens) – pour occuper le devant de la scène et pour surtout disposer d’un tremplin qui pourra les catapulter à un poste bien plus éminent (où l’aspect pécuniaire tient tout de même le rôle le plus important).

Mais le plus intéressant dans une élection politique (et ce… quelle qu’elle soit !) n’est pas le résultat du vote en lui-même, mais la manière dont les élus ont réussi à tirer la couverture vers eux.
Et dans cette phase, aujourd’hui, à quelques jours de la consultation, nous y sommes en plein dedans !
Les « sortants » découvrent tout d’un coup qu’ils pourraient, lors de leur prochain mandat, faire des choses qu’ils auraient dû faire durant leur dernier mandat déjà mais, diront-ils, qu’ils n’ont pas pu faire par la faute d’un tel ou d’un autre. « Je vais » ou « Je ferai » sont leurs débuts de phrases préférés suivis d’une ribambelle de promesses qu’ils ne tiendront que très peu ou alors pas du tout.
Leurs opposants ont, eux, une toute autre tactique… celle du : « Moi Maire, je… » également suivi d’un programme à couper la chique à n’importe quel électeur, mais qui, dans les faits, sera aussi efficace que celui de leur adversaire.
Alors va gagner celui qui sait entuber le mieux son électorat, celui qui sait proférer les plus extraordinaires mensonges, celui qui aura la meilleure tchatche, celui qui caressera le mieux dans le sens du poil, celui qui est le plus hypocrite… celui qui sait le mieux jouer au poker menteur !…Et sur ce terrain là il y a de vrais spécialistes !

Mais il faut aussi croire que les électeurs ont l’air d’aimer ça… de se faire enjôler (synonyme : d’entuber !) de temps en temps… histoire de mieux pouvoir critiquer celui qu’ils ont eux même voté ! (Ça ne vous rappelle rien ?) Pour bien faire, il faudrait donc donner sa voix à celui qu’on ne voudrait pas voir diriger la commune… mais là aussi, il n’est pas certain du tout que le problème serait résolu !
Le mieux, c’est encore que chacun aille voter en son âme et conscience, et tant pis s’il met le mauvais ticket dans l’urne… bonne chance !

Que vous soyez de gauche ou de droite, des extrêmes ou du centre, abstentionnistes ou désintéressé(e)s par la politique, pour nous, peu importe votre opinion… toute l’équipe de Tonic magazine vous souhaite… une bonne et agréable lecture de ce nouveau numéro !
Claude Schaeffer

Tonic 177 - février 2014

Tonic 177 – février 2014

1 février 2014 à 12:00 - 1 commentaire

Pays de Bitche : Des méthodes extrémistes au Bitcherland ?
Sessenheim : Un propriétaire met en location un appartement insalubre et dangereux
Strasbourg-Robertsau : Une voyante mal inspirée !
Wimmenau : Youpi ! Louise Richert ne rempile plus !
Wintersbourg : Une rue interdite aux tracteurs
Portrait : Jean-Marie Meshaka
Kutzenhausen : Sa voiture tombe en panne… six mois après, il ne l’a toujours pas récupérée !
Goxwiller : Guerre autour des arbres d’un médecin
Épiphanie : Magasin fermé chez beaucoup de boulangers-pâtissiers
Eschbourg-Graufthal : Eschbourg laisse Graufthal avec sa «merde» !
Langensoultzbach : Un insecticide interdit par la loi tue toutes les abeilles d’un apiculteur
Neuwiller-lès-Saverne : La Muraille de Chine, Le Mur des Lamentations, Le Mur de la Honte… ?
Bilan : Une année passée, vient l’heure du bilan et celle du renouveau ou de la continuité
Hommarting : L’antenne relais aurait-elle fait des victimes ?
Voellerdingen-Domfessel-Lorentzen : Qui doit nettoyer les pistes cyclables ?
Philippsbourg : La honte du football mosellan
Volmunster-Eschviller : Du bois gratuit pour un élu de la commune
Alsace : Zones de sécurité prioritaires… pour qui?
Jean-Marie Bockel… Un homme serein et bien présent
ça s’est passé en janvier
DOSSIER : La Saint-Valentin

Ça y est… elle est partie !

Et hop, nous voila déjà en février !
Dans le temps, les vieux disaient toujours que janvier était un mois très long puisqu’il est d’hiver, qu’il fait froid et que le jour ne dure que quelques heures. C’était peut être vrai il y a cent ans en arrière, lorsque les saisons freinaient ou accéléraient encore les activités et qu’il fallait rester enfermé à travailler dans de sombres pièces éclairées par une chétive lumière de lampe à pétrole.
Mais actuellement c’est tout de même autre chose. Il y a de quoi faire en hiver et de quoi passer son temps avec notre «Klotz-Kaschde» qui nous sert plus de 400 chaînes à la fois. Et, si en plus nous avons la chance d’avoir un «François» national qui amuse la galerie comme le nôtre… les mois semblent même être trop courts lorsque ce dernier commence à s’y mettre !
Le vaudeville que François et Valérie nous ont joué le mois dernier s’est terminé par un drame : la première dame s’est fait jeter comme une moins que rien !

Adieu Valérie Trierweiler – tu faisais tout de même bien la paire avec ton François, ne serait-ce que par ta cote de popularité qui était aussi basse que la sienne – et salut Julie… future ex «première dame» de France !
À toi maintenant (peut-être… puisque ton François risque d’en décider autrement !) un cabinet à l’Elisée, une dizaine de collaborateurs, un site Internet bien à toi et des voyages à gogo dans les plus lointains pays du monde où tu passeras tes nuits dans les plus beaux palaces de la planète. Ce n’est pas rien ! Donc profites-en puisque tu ne dépenseras pas un seul centime d’euros pour tout ça puisque c’est le contribuable qui te l’offre de plein gré. Mais attention à toi, ton règne risque d’être de courte durée puisque ton François est un «horny devil» comme diraient les Anglais. Alors méfie-toi lorsqu’il part un soir, déguisé en Président de la République avec juste un casque de moto sur la tête (quel médiocre mise en scène pour quelqu’un qui veut passer inaperçu. Il aurait mieux fait de partir en Solex, vêtu d’un bleu de travail et une sacoche de plombier polonais en bandoulière) et qu’il rentre le matin en te disant… qu’il avait une panne sur sa machine ! Mais, il est déjà certain qu’il ne pourra pas te la faire à toi puisque tu es la première à savoir que rien ne fonctionne aussi bien chez lui que… son engin !
Sacré François ! Si tu faisais ton boulot aussi bien que ton passe-temps favori dans ta vie privée ça ferait longtemps que tu aurais sorti la France de la merde et ta cote de popularité afficherait une pente vers le haut aussi raide que… !
Mais on n’en est malheureusement pas là !
Julie, que tu le veuilles ou nom, tu es désormais la 9ème «première dame» de la Vème République… bienvenue au club des femmes trompées les plus connues en France !

Au fait… maintenant qu’on sait comment s’y prennent les hommes pour mettre des cornes à leurs femmes, savez-vous qu’elle est l’astuce des femmes ?
Si votre amie, compagne ou épouse vous dit qu’elle va passer sa soirée chez une copine qui organise une réunion Tupperware… accompagnez-là !

Toute l’équipe de Tonic Magazine vous souhaite bonne lecture de ce nouveau numéro.
Claude Schaeffer

Tonic 176 - janvier 2014

Tonic 176 – janvier 2014

1 janvier 2014 à 12:00 - Aucun commentaire

Wingen-sur-Moder : Musée Lalique : et maintenant une piscine !
Strasbourg : Maison d’arrêt : un trou de 118 000 euros !
Sarre-union : Les lampadaires n’éclairent qu’en plein jour !
Ecotaxe poids lourds : Ce qui est bon pour l’Alsace ne l’est pas forcément pour la Bretagne !
Affaire Thermoseme-Alsace : Assurance ou pas assurance ?… Telle est la question !
Huningue : Un croque-mort sans talent
Lauterbourg : Une « blouse blanche » qui laisse des traces !
Reipertswiller : En trois semaines… elle se fait crever cinq fois les pneus !
Mertzwiller : Stationnement des voitures : c’est l’anarchie dans la rue principale
Lingolsheim : Les abris de jardin doivent disparaître !
Plobsheim : Un voyage de rêve qui tourne au cauchemar !
Kaidenbourg-Siegen : Danger de voisinage : Le mur peut s’écrouler à tout moment !
Sarrebourg : Concert Téléthon : L’organisatrice, une habitante de la ville, en garde à vue…
Coup de gueule : Une poutre dans l’oeil !
La Petite-Pierre : Cléone… une femme à chasser !
Astuces : Anti-Crise
Oberstinzel : Le maire ne voit que ce qu’il a envie de voir !
Portrait : Jean-Marie Brom
Mulhouse : Justice… vous avez dit justice ?
Phalsbourg : 3 900 Euros pour un manteau… et les manches sont beaucoup trop longues
DOSSIER : Les grands événements de 2013 et ce qui vous attend en 2014

Bonne année 2014 !

« Jeses Gott, noch e Johr erum ! » Eh oui ! Encore une année qui vient de se terminer et nous voici, une fois de plus, au seuil d’une nouvelle dont l’histoire reste encore à écrire.
Celle qui vient de passer nous a réservé son lot d’évènements auxquels, l’année dernière à la même date, nous n’osions peut-être à peine penser.
Des évènements tantôt prévisibles tantôt inattendus, joyeux ou tristes, réjouissants ou dramatiques, personnels ou communs… une pléiade de faits futiles ou importants qui construisent, heure après heure et jour après jour, le journal de notre vie.

2014 sera exactement de la même facture. Rires et larmes, espoirs et déceptions seront sans aucun doute au programme pour chacun d’entre-nous.
Ne pas prendre la grosse tête, lorsqu’à un moment ou un autre l’année 2014 nous sourira, ne pas se laisser abattre, lorsqu’au contraire elle décidera de tourner le dos à nos espoirs et nos attentes, sont des réactions indispensables.
En bonne santé ou malade, pauvre ou riche, blanc ou noir… l’essentiel réside dans le respect de l’autre. Reconnaitre les forces et les faiblesses, accepter les différences et tendre la main permettront à chacun d’avancer sereinement et à son rythme, dans cette nouvelle année que toute l’équipe de Tonic Magazine souhaite… prospère et heureuse à tous !

Claude Schaeffer

Tonic 175 - décembre 2013

Tonic 175 – décembre 2013

1 décembre 2013 à 12:00 - 1 commentaire

Mulhouse : 71 ans et tabassée dans son immeuble !
Petersbach : Abandonnées par leur père… elles devraient, aujourd’hui, lui payer la maison de retraite !
Enchenberg : Fête des chasseurs : enfin un curé compréhensif !
Lutzelbourg : Pour ne pas lui donner les enfants… elle accuse son ex-conjoint de viol sur mineur !
Wittelsheim : Véhicules d’occasion et contrôle technique de complaisance : escroquerie et mise en danger !
Epping -Urbach : Toujours du grabuge sur la voie verte
Strasbourg – « Calme Gutemberg » : Zone de décadence et d’excés !
Rosenau : Hôtel standard un jour… hôtel de luxe le jour d’après !
Dettwiller : Une sépulture digne d’une bande dessinée
Voellerdingen : Voellerdingen et puis… plus rien ?
Coup de gueule de la planète décembre
Colmar : Pas en forme la réforme
Bettborn : La commune refuse de participer aux frais
Portrait : Un bureau de tabac pas comme les autres !
ComCom de Rohrbach-lès-Bitche : Redevance incitative : Une diminution immédiate de 8% pour les particuliers !
Raon-sur-Plaine : Les raisons du cœur…
Puberg : « Chat alors ? »… Mais ça alors !
Bust : Mis en interdiction bancaire par vengeance ?
DOSSIER : Noël en Alsace : Ses origines et ses plus beaux marchés

Tonic 174 - novembre 2013

Tonic 174 – novembre 2013

1 novembre 2013 à 12:00 - Aucun commentaire

Rothbach : Une décharge en pleine nature
Santé : La cigarette électronique
Wingen-sur-Moder (environs) : Les vacanciers ne respectent pas leur engagement
Siegen : Des voitures plein les trottoirs !
Puberg : Mais chat alors !
Oermingen : La classe dans la valse des menus !
Bischwiller : Mais que se passe-t-il à la société de tir ?
Conseil : Construction d’une maison individuelle : Comment éviter les pièges !
Strasbourg : Marabout, bout de ficelle, selle de cheval, ect.
Marmoutier : Par manque de soutien ils se retrouvent sdf… alors qu’ils avaient de l’argent et qu’ils voulaient travailler !
Bining : Un voisin très à l’affut… de son voisin !
Bas les masques… : Coup de projecteur sur la campagne des municipales à Mulhouse, petits portraits.
Mulhouse : Des bouts de papier plein le jardinet
Hultehouse : Les villageois doivent faire face à une invasion de cerfs
Hatten : Effrontée avec son père : elle se prend une claque et va porter plainte !
Goxwiller : Echos du Rallye de France-Alsace 2013 : Un vol plané dans les vignes
Coup de gueule de la planète novembre
Affaire «Offroad gelände Bining» / Commune de Bining : La commune devra passer à la caisse !
Fénétrange : Des habitants en danger de mort !
Mertzwiller : Un policier contrevenant !
Wingen-sur-Moder : Un choix de mauvais goût ?
Portrait : Vincent et Assunta WIRTZ : Cordonnier… un métier de cœur et d’authenticité !
DOSSIER : Voiture : Achat, revente, réparations, litiges… astuces et conseils !

Roms et autres immigrés… ce n’est qu’une question de respect !

Pas un jour ne passe sans qu’on ne parle des Roms, pas un jour ne passe sans qu’on ne parle d’immigrés clandestins ou autres.
Lorsque Manuel Valls applique avec fermeté une décision d’éloignement, une reconduction vers leur pays de personnes en situation d’immigration irrégulière – qui font l’objet d’une obligation de quitter le territoire alors qu’elles ont été déboutées de leur demande d’asile et après avoir utilisé tous les recours légaux, qui plus est en veillant scrupuleusement au respect des droits des étrangers – il est hué, conspué et provoque en même temps un tollé général. On lui reproche de tous côtés un manque d’humanité, un manque de sensibilité et surtout un manque de respect.

Face à lui… des révoltés ! Des rouspéteurs qui semblent vouloir accueillir tous les miséreux de la planète par humanité, par sensibilité et surtout par respect.

Pourtant, lorsqu’on décide de quitter son pays pour émigrer « illégalement » vers un autre, ne devrait-on pas avoir l’humanité nécessaire pour ne pas imposer à sa femme, à ses enfants, de devoir vivre dans des logements insalubres ou dans des campements illicites faits de baraquements de bois et de taule… de devoir mendier ou voler pour pouvoir manger… sans oublier l’humiliation de se faire jeter tels des moins que rien lorsqu’une décision d’éloignement légale est prononcée envers toute la famille alors que celle-ci se pensait, à tort, intégrée ?

Lorsqu’on décide de quitter son pays pour émigrer vers un autre, ne devrait-on pas avoir la sensibilité, avant de partir, de déjà demander le droit d’y immigrer ?… ou encore d’apprendre – non seulement un minimum, mais convenablement – la langue du pays accueillant et consentir que les us, les coutumes et les traditions puissent y être différents et qu’il faille, par souci d’intégration, s’y adapter ?

Lorsqu’on décide de quitter son pays pour émigrer vers un autre que l’on sait aussi en crise et qui compte déjà plus de 5 millions de chômeurs, ne devrait-on pas avoir le respect nécessaire et se dire qu’on ne veut et qu’on ne peut pas être une charge supplémentaire pour ceux qui y travaillent et qu’on ne peut et ne veut pas, toujours par respect, vivre que d’aides sociales, alors qu’on sait pertinemment qu’un avenir professionnel est plus qu’incertain ?

Émigrer vers un autre pays est une démarche qui se prépare lorsqu’on n’est pas victime d’une catastrophe ou d’une guerre, une initiative qui demande de l’humanité, de la sensibilité et surtout du respect !

Toute l’équipe de Tonic Magazine vous souhaite une agréable lecture de ce nouveau numéro.

Claude Schaeffer

Tonic 173 - octobre 2013

Tonic 173 – octobre 2013

1 octobre 2013 à 12:00 - Aucun commentaire

Schiltigheim : Tapage nocturne : les riverains sont excédés !
Voitures électriques : Pas assez de bornes de recharge dans la région
Wingen-sur-Moder : Un bout de plastique dans le taboulé
Haguenau : La petite porteuse d’eau
Alsace : Collation punitive à l’école !
Reyersviller : Un cheval saccage une pelouse… son propriétaire n’assume pas sa responsabilité !
Rosteig : Une volte-face de 180°
Colmar : Rallye mariage !
Metting : En guerre avec son assurance
Bitschwiller-les-Thann : Constructeur fantome à Bitschwiller-les-Thann…
Thann : Huissiers, mandataires judiciaires et liquidateurs : main-basse sur les gens honnetes…
Mulhouse : Les coups volent sous la ceinture
Bettborn : Un trottoir pas pratique pour tout le monde !
Bust : Propriétaires contre locataires : la guerre du feu !
Portrait : Ralph WILLIG, Maître ramoneur
Strasbourg : Défaillances d’arracheurs de dents
Mulhouse : Licenciées de Soléa pour des arrêts maladie
Niederroedern : Coiffeur irresponsable… la cliente n’a pas les moyens de se défendre !
Benfeld : On ne lui remplace pas ses toilettes
Le vétérinaire diagnostique la mauvaise affection : Droit de réponse

DOSSIER : Le Vin en Alsace

La légitime défense

Le 11 septembre dernier un bijoutier niçois a abattu un malfaiteur. Âgé de 19 ans et déjà condamné 14 fois, celui-ci venait de braquer la bijouterie en menaçant le commerçant d’une arme et en le frappant avant de prendre la fuite en scooter.
Quelques jours plus tard, la sœur du jeune homme tué aurait prétendu que son frère n’avait sur lui que des armes factices et que le bijoutier lui aurait tiré dans le dos et l’aurait abattu comme un chien.
Bien sûr que le bijoutier a été mis en examen puisque c’est un fait… personne n’a le droit de tuer !
Pourtant, si cette sœur aussi maternelle avait proposé à son frérot de faire une partie de « T’en fait pas » au lieu de le laisser partir braquer cette bijouterie, il serait encore vivant aujourd’hui.
Mais, visiblement, tout un chacun aurait la possibilité de s’introduire dans n’importe quelle maison ou dans n’importe quel commerce sans y être invité, cagoulé et armé jusqu’aux dents, de menacer et de brutaliser l’occupant, d’emporter n’importe quel objet, de prendre tout l’argent, et ceci en toute impunité tant qu’il n’a pas vraiment décidé de commettre un crime.
Donc, le jour où vous vous faites braquer ne pensez surtout pas user de la fameuse légitime défense puisqu’il semblerait qu’elle ne peut de toute manière pas être retenue pour défendre un bien.

Donc Messieurs les malfaiteurs, profitez-en ! Agressez vos victimes tant que vos coups ne tuent pas et n’ayez surtout pas peur lorsque vous êtes pris car les peines que vous infligera la justice ne seront que fictives. De plus, si vous vous débrouillez bien (une victime qui ose riposter), vous pourrez même porter plainte pour agression physique !

En tant que victime et avant de vouloir agir pour votre défense lorsqu’un agresseur vous braque un Colt 45 sur le front, assurez-vous quand même que les quatre cas d’application de la légitime défense – Agir pour faire face à une atteinte injustifiée à son encontre. Que l’acte de défense soit nécessaire. Que les moyens de votre défense que vous comptez employer soient proportionnés à la personne ou de l’infraction en cours. Que la riposte intervienne au moment de l’agression en cours et non après – soient bien réunies. Sinon, proposez à votre agresseur le café et les « Bredele » sans oublier de lui remettre le double de la clé de votre porte d’entrée ainsi que l’agenda de vos heures de sortie… ça vous évitera de prendre des beignes la fois d’après !

Mais dans quel monde vit-on ?
Une chose est certaine ! Alors que vous êtes en train de finir la lecture de cet éditorial et si jamais vous vous décidiez à prendre du temps pour lire quelques prochains articles dans la foulée, vous ne vous prendrez aucune balle dans le dos et vous ne serez pas abattu comme un chien en essayant de vous enfuir sur un scooter ! Comme quoi… Tonic détourne des bêtises et sauve des vies !

Toute l’équipe vous souhaite bonne et agréable lecture de ce nouveau numéro !

Claude Schaeffer

Tonic 172 - septembre 2013

Tonic 172 – septembre 2013

1 septembre 2013 à 12:00 - Aucun commentaire

Altenstadt : Transit interdit : les poids lourds passent toujours !
Uttwiller : Personne ne respecte les panneaux « stop »
Niederroedern : Le coiffeur lui fait perdre tous ses cheveux
Rosteig : Je suis une vache à lait du sivom
Waldhambach : Il laisse mourir sa jument dans d’atroces souffrances
Rosteig : La commune paie les dettes du football-club
Kaltenhouse : Le vétérinaire diagnostique la mauvaise affection
Rosenau : La société n’assure pas le service après-vente
Wingen-sur-Moder : Lalique : les confidences d’un trafiquant !
Gundershoffen : Le messti fait trop de bruit
Rahling : Les eaux usées lui coulent dans la cave
Ingwiller : Une dentiste indélicate
Coup de gueule de la planète septembre
Comportementaliste… Un métier qui a du chien
Mulhouse : Drôle de chuchotement
La foire-kermesse de Mulhouse : Les manèges désenchantés !
Mulhouse : Élections municipales : la balayeuse du PS racle le trottoir !
Keskastel : Les pêcheurs ne peuvent plus pêcher
Strasbourg : Pas d’eau chaude pendant cinq mois !
ça c’est passé en juillet/août
Rencontre : Djamila Sonzogni
DOSSIER : Comment bien assurer votre enfant

Toutes les bonnes choses ont une fin

Voilà, c’est la rentrée, les vacances sont finies !
Le salon de jardin et le barbecue sont remisés au fond du garage, la valise et le sac de voyage se retrouvent sur le haut de l’armoire, et le slip de bain, le drap de plage et la crème solaire dedans. Il n’y a rien à redire, cette année l’été a été beau. Bien sûr, il y en a toujours pour qui il a fait trop chaud certains jours mais, il ne faut pas s’arrêter à leurs réflexions puisque, ce sont aussi les mêmes qui beuglent lorsqu’il fait froid ou lorsqu’il pleut. De toute manière ceux-là ne sont jamais contents… et ce, peu importe le temps qu’il fait !
Une chose est certaine, le soleil ne bronze pas seulement nos corps qui ont l’habitude d’être au blanc PVC mais il met aussi de la chaleur dans nos esprit.
Lorsqu’il fait beau, les gens paraissent plus avenants, aimables et courtois (même ma belle-mère avait un semblant de sourire sur sa figure qui tire une gueule d’enterrement toute l’année) et on a l’impression que tout se passe à merveille. Le soleil chasse nos soucis, balaye nos tracas, déloge nos anxiétés… il est un antidote à chacune de nos préoccupations !

Avec lui, la reprise économique est revenue dès le 14 juillet, plus de 400 couples d’homosexuels se sont mariés, Nelson Mandela est resté en vie, et nos politiques ont pris des vacances. Durant deux mois, les piscines étaient pleines à craquer, les terrasses de café aussi et même les hôteliers ont fièrement annoncé que la saison estivale était presque parfaite.
Seuls les maraîchers et les producteurs de fruits sont un peu dépités puisque les fruits et les légumes ne sont pas aussi abondants que d’habitude mais ça, c’est plus la faute au trop plein de pluie du printemps dernier.

Demain les enfants retourneront donc à l’école, et les plus grands reprendront leur travail. Toutes les bonnes choses ont une fin. Il nous restera toujours les photos, les vidéos, le billet d’avion ou le ticket du péage de l’autoroute pour nous remémorer nos belles vacances.
De quoi demain sera-t-il fait… personne ne le sait ! Il faut espérer qu’un été indien succède à ce bel été qui va bientôt s’achever et que le soleil sera encore au rendez-vous durant quelques semaine… histoire d’entretenir un peu plus longtemps notre enchanteur optimisme. Mais ça, c’est encore une autre histoire !

Une chose est certaine !… Toute l’équipe de Tonic magazine s’est démenée comme un beau diable pour vous apporter, une fois de plus, une lecture éclairée qui, elle aussi mettra, à n’en pas douter, du soleil dans votre esprit.
Claude Schaeffer

Tonic 171 - juillet-août 2013

Tonic 171 – juillet-août 2013

1 juillet 2013 à 12:00 - Aucun commentaire

Gries : École maternelle : on ne rigole pas avec les retards !
Oberhoffen-sur-Moder : Un véhicule toujours garé en infraction
Saverne : Moto en panne : ça n’était que le bouchon du réservoir
Mulhouse : Filage et fayotage, la joyeuse ambiance à la mairie
Mulhouse : Pierre freyburger n’aimerait pas tonic ?
Haguenau : Il ne verra plus jamais la couleur de son argent
Mulhouse : La complainte de sire Jean
Reichshoffen : Il n’y a plus un chat à Reichshoffen
Strasbourg : La fin des commerces de proximité…
Billet d’humeur : Youpi ! Du pain et des jeux !
Bourde : Rottner enterre Mandela et ressuscite Binder
Reichshoffen : Un sinistre mal remboursé
Mulhouse : Le Ramadan
Pfaffenhoffen : Il se fait escroquer par sa curatrice
Coup de gueule de la planète juillet : Courage, fuyons pour oublier !
Dannelbourg : La commune déclare la guerre à un agriculteur
Ca c’est passé en juin
Dabo : Le maire refuse de marier un couple d’hétéros

Rosteig : On lui a enlevé sa fille
Rencontre : Raphaël Dargent, Le prof qui écrit des livres d’histoire
DOSSIER : Vacances gâchées…
Juridique :
Validation des acquis de l’expérience (VAE)

Souriez… c’est l’été !

Enfin nous y sommes… voila l’été !
C’est qu’on l’attendait celui-là. Purée, qu’est-ce qu’il fait moche depuis des mois et des mois déjà. En tout cas, même s’il n’est pas certain que l’été va être beau et chaud, j’ai quand même rangé mes vêtements d’hiver et j’ai sorti mes shorts, mes T-shirts et les claquettes. Il est vrai qu’aujourd’hui, avec les 17°C qu’il fait dehors, je pense que je vais encore rester un peu dedans.
Tous les jours, à partir du premier juillet, il y aura des grillades au menu, de la salade de pommes de terre, de concombres, de carottes. Je mangerais dehors, sur ma terrasse, les doigts de pied en éventail et une bonne blonde à mes côtés… je ne sais pas toi, mais moi, j’ai un petit faible pour la… Météor !
Et dans très peu de semaines… les vacances… les vraies ! Ceux-là où on charge la bagnole à fond, où l’on fixe la chaise longue sur le porte bagage, où la petite princesse et son frérot bien installés à l’arrière demandent, après seulement 30 km de route, si le trajet est encore loin, alors qu’il en reste encore plus 1 000 km à rouler.
Une chose est certaine, on ne sera pas les seuls sur les routes. Une aubaine pour l’Etat et surtout pour ses finances en crise. Imagine le pactole qu’ils vont gagner rien qu’avec la traditionnelle petite hausse des carburant avant les grands départs. Et là je ne parle même pas du fric qu’ils empochent avec les radars… parce que nous roulons trop vite. Difficile de leur échapper car, désormais, il y en a plus de 4 000 qui sont éparpillés sur les routes de France. Et on vient de nous promettre que, prochainement, ils seront encore plus intelligents et plus efficaces. Plus le droit à la moindre erreur ! Ils sont même en train d’étudier la possibilité d’intégrer des boîtes noires dans nos caisses roulantes mais, comme le prétend un délégué interministériel à la Sécurité routière « Pas dans le but d’espionner les voitures et leurs conducteurs ! ». Ah ! Et pourquoi alors ?
Leur problème actuellement, c’est que le Français fait désormais très attention à sa vitesse lorsqu’il roule en voiture. Trop même puisqu’il ne se fait plus assez avoir par les radars et provoque donc, par sa conduite exemplaire, un manque à gagner pour l’Etat.
Manuel Valls n’exclut en conséquence plus de réduire les limitations de vitesse. Officiellement il est « convaincu qu’en baissant davantage la vitesse sur les routes, et notamment les routes secondaires, que nous aurons une baisse de la mortalité ». Officieusement il doit aussi être convaincu qu’avec une réduction des limitations de vitesse les flashs des radars vont à nouveau crépiter beaucoup plus.
Pourquoi se cassent-ils tant la tête pour essayer de nous piéger alors que la solution à leur problème d’argent serait très vite trouvée ?
Pourquoi n’enverraient-ils pas un PV d’office tous les trimestres à chaque automobiliste français ? Tous font des excès de vitesse à un moment ou à un autre lorsqu’ils roulent en voiture et… on économiserait même les radars !

En tout cas faites comme moi. Lorsque vous verrez un radar… souriez !… si déjà vous êtes flashé !

Toute l’équipe de Tonic magazine vous souhaite de passer d’agréables vacances et… une bonne route et rendez-vous à partir de septembre pour un nouveau numéro.
Claude Schaeffer

Tonic 170 - juin 2013

Tonic 170 – juin 2013

1 juin 2013 à 12:00 - Aucun commentaire

Niederbronn-les-Bains : On l’oblige à payer le loyer de son appartement… alors qu’elle n’y habite plus !
Mulhouse : Sondage : une vérité qui dérange
Arnaque aux faux annuaires téléphoniques : Une escroquerie qui n’en finit pas !
Wimmenau – Ingwiller : Un radar mal placé
Strasbourg : Drame évité à la maison d’arrêt
Mulhouse : Le vilain petit Qatar dans le nid de nos cigognes
Goetzenbruck : Un tagueur vandalise une maison d’habitation
Wingen sur Moder : Un beau cadeau communal
Politique : Y’a d’la joie, les couteaux sont sortis à Mulhouse
Politique : Appel pour le pluralisme de la presse en Alsace
Coup de gueule de la planète juin
Mulhouse : Centre socioculturel quartier Drouot (suite)
Strasbourg : Pas de pitié pour les colocataires
Fénétrange : Les remparts de la ville s’effondrent
Uhrwiller : Heiratsschwindlerin
Colmar : Sculpteur d’images
Donon – grandfontaine : L’hotelier-restaurateur aurait entamé la construction d’un chalet… sans autorisation !
Mulhouse au fil de l’eau : Le canal du Rhône au Rhin
Rhinau – Friesenheim – Diebolsheim : Pot de terre contre pot de fer
Bliesbruck : On leur a vendu une cuisine contre leur gré
Niederbronn-les-Bains : Mais que se passe-t-il à l’office du tourisme ?
Rencontre : Nicole Spannagel, la femme qui a fait renaître Le Point-Mulhouse.
ça c’est passé en mai
DOSSIER : Les personnes âgées en maisons de retraite

Pluies et émeutes… la météo du futur ?

L’événement majeur, le fait le plus important qui a autant marqué les esprits que l’actualité quotidienne durant tout le mois de mai fut, sans ambiguïté aucune, le temps exécrable qui nous a été servi du 1er au 31. Et il semblerait que ça ne soit pas fini puisqu’aujourd’hui, personne ne sait si c’est le dernier hiver qui se prolonge ou si c’est le prochain qui commence tôt… trop tôt !
Alors que, par une carence évidente d’ensoleillement, la Vitamine D commence à manquer sérieusement, aussi bien chez les adultes que chez les enfants, et qu’il faille remplacer l’action des rayons du soleil sur notre organisme par des apports vitaminés en comprimés, la seule chose qui a vraiment augmenté entre mars et juin est bien le niveau des rivières et des fleuves. Et si jamais – après le printemps qui devrait lui aussi encore montrer qu’il existe – l’été se décidait quand même encore à venir avant la fin de l’année 2013, j’espère tout simplement qu’ils n’iront pas jusqu’à nous décréter une canicule avec restriction d’eau au bout de deux journées à + 25°C !
Une chose est certaine, les gens en souffrent, de ce temps de cochon, aussi bien physiquement que psychiquement. Les salles d’attente chez les médecins sont pleines à craquer et le moral général est à la baisse.
On en a marre du mauvais temps, marre d’un hiver qui n’en finit pas, marre que de l’eau se rajoute là où il y en a déjà assez !
Pourtant, alors que les météorologues se veulent confiants et nous promettent des jours meilleurs pour bientôt, c’est le temps qui leur fait la nique, qui nous fait la nique, et qui décide, seul, de quoi seront faits nos prochains lendemains.

L’autre événement majeur de ce mois de mai qui vient de s’écouler, et qui a aussi frappé les esprits, était l’émeute urbaine qui a eu lieu à Paris, après le 3ème titre de champion de France de football décroché par le PSG. Ce qui devait être une grande fête du foot s’est vite transformée en « guerre » de la rue. Les fauteurs de troubles furent rapidement désignés du doigt. D’abord les « Ultras » de la Tribune Boulogne (des supporters bannis du Parc des Princes), ensuite les hooligans parisiens et enfin les casseurs… !
Et si le vrai responsable de ces débordements, qui ont fait une trentaine de blessés, des vitrines brisées, des voitures brulées et des touristes agressés, était notre météo politico-gouvernementale française ?
Comme l’hiver, la crise nous plombe le moral. Comme la Vitamine D, l’argent commence sérieusement à nous manquer et la seule chose qui augmente depuis des mois est le niveau de la rivière et du fleuve où sont déversés nos taxes et nos impôts. Les gens souffrent de ce temps de cochon, aussi bien physiquement que psychiquement.
On en a marre de ces conditions de vie, marre de cette crise qui n’en finit pas, marre que des chômeurs se rajoutent là où il y en a déjà assez !
On nous promettait un changement… des jours meilleurs pour bientôt !
Le ras-le-bol est général mais peu de personnes osent encore vraiment l’extériorisé sauf ceux qui s’immiscent dans des mouvements de protestation quelconques où ils peuvent lâcher leur déception et leur dégoût de la politique menée.
Un début de révolution ?

Toute l’équipe de Tonic vous souhaite un ensoleillé mois de juin.
Claude Schaeffer

Tonic 169 - Mai 2013

Tonic 169 – Mai 2013

1 mai 2013 à 12:00 - Aucun commentaire

Haguenau : Une commerçante peu commerçante !
Volksberg : L’agriculteur laboure un chemin et son fossé !
Aline Parmentier : Secrétaire départementale du PCF 68
Coup de gueule de la planète mai : En mai, fait ce qu’il te plaît… opération transparence !
Wingen-sur-Moder : Pas de crise au Conseil Général
Neuwiller-les-Saverne : Un chemin de discorde
Brumath : Erreur médicale… la patiente a eu beaucoup de chance !
Grandfontaine : Où est passé le bardage amianté ?
Catherine Kohler, une artiste photographe dans les villes
Affaire Anaïs : Me Moser réagit à l’émission de Karl Zéro
Drulingen : Danger dans la rue du Levant
Brunstatt : Une relaxe partout
Colmar : Fusion et effusion
Haguenau : Epuisée par les troubles que lui impose son voisin !
Mulhouse – Centre socioculturel du quartier Drouot… Quoi de neuf ?
Strasbourg : Un combat pour un travail durable
Environs de Batzendorf : Le restaurateur refuse de servir de l’eau en carafe
Mulhouse : Un petit jeu de filage pour égayer l’ambiance à la mairie
Trois-Epis : Jamais deux sans trois
Mulhouse : Tensions politiques
Renée Hallez, écrivaine à double lecture
Politique : Jérôme Cahuzac et sa part d’ombre

Que ferons-nous en ce mois de mai ?

Les week-ends, les jours fériés et les ponts sont tellement nombreux ce mois-ci que certains d’entre-nous ne travaillent même pas la moitié des 31 jours qui le composent. On a souvent tendance à dire que le mois de mai est un des plus beaux de l’année… certes ! C’est peut-être le mois du vrai premier soleil, le mois de transition entre le printemps et l’été mais c’est certainement aussi l’un des plus monotones et des plus ennuyeux dans la série des douze… surtout cette année.
Avec notre escarcelle qui tire la gueule jusqu’en-dessous des genoux, il sera difficile de combler tout ce temps libre en voulant faire autre chose que de rester à la maison. Il y a peu de temps, on pouvait encore s’offrir une petite escapade de 2 ou 3 jours dans un hôtel des Vosges ou de la Forêt Noire, une p’tite virée à l’Europa-Parc, au Haut- Koenigsbourg et à la Montagne des Singes, visiter une partie de la Route des Vins ou tout simplement siroter une boissons, en famille, sur la terrasse d’un restaurant en mangeant une belle part de tarte aux fraises ou à la rhubarbe.
Fini tout ça depuis qu’on doit chercher la baguette chez LIDL parce qu’elle est moins chère que chez le vrai boulanger… et tant pis si elle est moins bonne !
A défaut d’aller faire le tour du village ou celui du quartier à pied, nous resterons donc gentiment à la maison, de préférence devant la « Klotzkischt » à attendre que les jours fériés passent.
De plus, depuis que les Alsaciens ont massivement refusé l’idée d’un Conseil unique d’Alsace, on ne discute plus que du beau temps si celui-ci n’est pas mauvais. La fièvre du référendum est retombée et aucune élection, à part peut-être celle de la miss Radis rond, n’est au programme avant l’année prochaine.
Rien ne se passera au mois de mai et on aura vraiment l’impression d’être au beau milieu d’un Sahara alsacien.

Heureusement qu’il reste Tonic Magazine ! Rien de tel pour égayer copieusement ce fade mois de mai, rien de tel pour permettre à nos lecteurs de trouver ce moi de mai un peu moins long !
Tonic, une oasis en plein désert !

Claude Schaeffer